UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 octobre 2013

Jean-Charles Depaule, « Définition en cours »

jean-charles depaule,définition en cours,le bleu du ciel

où commence le travail

Josée Lapeyrère

 

faisant à soi-même coupures petites

ecchymoses conjuratoires

 

déchiffrant de nouveau

 

la lampe

 

de nouveau copiant

activités terrestres vues du ciel

                        fleuve de tout un tas de choses

d’eau de terre de bois de pierres sang rouge fer

glace miroirs écailles variables

étoiles et tresses d’eau indiscernables lignes

corps blond / soie jambe brunie

 

bouchons dansent mousses

lancer de bâtons en suspens sur le ciel

 

en rotation

tapis de feuilles sur l’eau l’ombre sur le fond

a tournoyé maintenant suit le courant

évolutions sans hâte de pales tiges fléaux dans l’air

ramassés

dispersés buisson lustre du monde

            la lampe a atteint sa durée de vie maximum

des musiques à entendre

l’air refroidit à l’approche du fleuve

 

maintenant tu manges des fraises qui les détestais

ni n’aimais Verlaine

 

je recopiais le visage d’Elisabeth reine

sur calque exposé au soleil de la fenêtre

fixé à l’hyposulfite dentelle

ou feuille sur feuille c’est photogramme

serait prose

je me rappelle le couronnement au cinéma

et Sous le plus grand chapiteau du monde

en face du coiffeur près de l’église Saint-Paul que je confonds

avec Sainte-Perpétue Dien Bien Phu

était une cuvette

 

je m’accoude à la même fenêtre

au-dessus de la cuisine

mouvement de bras de poignet commencé répété

 

 Jean-Charles Depaule

Définition en cours

le bleu du ciel, 2013

 

Les commentaires sont fermés.