UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 mai 2019

Jude Stéfan, « Aux poètes »

98608136.jpg

DR

 

« Chers collègues,

 

car d’eux d’entre nous sont déjà morts, comme nous disons en notre langage d’aveugle, morts autrement que nous, Salabreuil, Perros, j’eus de l’amitié pour eux, de la reconnaissance, de l’estime pour d’autres – mais que recouvrirait le terme impossible d’“ami” ? Qu’est-ce que la poésie en ce moment pour moi, pour nous, en partage ? On connaît la chanson : on apprend la mort effective par suicide, vieillesse ou cancer, à trente ou cinquante ou quatre-vingts ans du poète X qui avait publié trois ou cinq – c’est meilleur signe – ou cinquante recueils remarqués des trois cents amateurs parisiens ou étrangers : alors peut-être on fouillera dans ses traces pour trouver quoi ? de la vie, mais lui, l’était, la vie, peut-être, lorsqu’il y était, en elle. Entretemps comment donc avoir vécu, sans ou avec la poésie ? Vivre est un fait de prose et qui se suffit à soi-même : manger, dormir, marcher, parler, lire des journaux. On écrit à défaut, ou en outre, ou à côté de la poésie qu’on épouse parfois dans l’enfance, l’effusion corporelle, des instants de voyage et qui restent, la joie de disparaître. Il y a un désastre de la poésie des années 60-80, dont quelques rocs, quelques noms commençant par D. ou R. témoigneront aux mains des béats successeurs, tous les bricoleurs actuels – électriciens ou concasseurs, étoileurs de pages, aussi les éternels vieux sentimentaux radotant leurs émotions, ou les asphyxiés du verbe – eux, oubliés de leur vivant même, pâlis, effacés, dépassés. Or je ne suis pas de ceux qui continuent et mes vers ne dureront pas plus ni moins que ceux d’un “écrivant” : honteuse justification ! Non, une tombe gravée sera notre seul poème vrai : on s’incline, on lit enfin avec respect les dates et les noms. Certes on écrit - vit - aime ; je ne dissocierai pas ma mort de mes cris vifs; il n’est aucune poésie dans la naissance, cette expulsion au champ du pire, ce miracle pour sages-femmes et bêtasses – mais elle est tout ce qu’on invente après-coup, malade d’un désir. J’ai écrit de faux vers, parfois de beaux à l’ancienne, la métrique est pour les professeurs. Il nous faut être debout, nous chausser, nous savoir, croire en tel siècle : rude courage ! La poésie (re) commencera grâce à des gueux artisans sensibles qui n’auront pas plus la pudeur de se taire, on recommencera l’effort de Rimbaud et Denis Roche, par comble ! Un “jeune” poète aura toujours quarante ans. Souvent je suis dans l’impensé, ayant honte d’avoir vécu inacceptable, incapable de savoir quoi se rate dans l’usage de la langue, pris dans l’inguérissable manie de raturer le sens qu’on a mis partout, dans les cités, les rapports humains (il n’y en a que de sexuels), les destins, à me voir incapable de dormir innocent de mes rêves, à devoir deviner qui je marche, qui je suis, qui je parle. Donc je suis : c’est la conclusion; or ce n’était que le commencement. Heureusement l’univers n’a pas de sens, ni la mort, ni la nuit, ni la beauté, ni l’amour, ni donc la poésie. Oui, c’est vrai, je n’aurais voulu écrire que par tout cela effaré, si seul écrire me guérissait de moi-même. »

Jude Stéfan

Lettres tombales (ad familiares)

Le temps qu’il fait, 1983

http://www.letempsquilfait.com/Pages/Pages%20auteurs%20A-Z/Page%20auteurs%20S.html

mardi, 23 avril 2019

Pascal Quignard, « La vie n’est pas une biographie »

Capture d’écran 2019-04-23 à 14.04.39.png

 

« Le nostos

 

“À ceux qui partent on souhaite le retour.” C’est le songe. Le rêve – qui habite au-dessous du songe – va directement au contraire de cette prière des anciens Grecs.

On quitte l’enfer.

On quitte l’enfer où les ombres vous hèlent, où les grandes robes sombres vous poursuivent. Où les visages hurlants, les chignons dénoués, les cheveux défaits, flottants, crient contre vous, ou geignent timidement.

On quitte l’autre monde pour le monde totalement autre que soi. On se déroute où on ne sait plus. On ne sait plus la forme que l’on a. On ne sait plus dans quel règne on peut être.

 

Puis il y a un moment dans l’opacité impénétrable de la nuit, à la fin du sommeil, où les images s’arrêtent. Alors les mots sortent comme les chants des oiseaux commencent. Des phrases complètes se déroulent sous les paupières refermées, elles poussent dans l’ombre irrésistiblement, elles circulent, se développent, s’éploient, hantent, s’affirment et il faut se lever. Il faut les noter. On monte en titubant l’escalier dans le noir, on va s’étendre et se receler dans le petit lit de l’aube, juste à l’aplomb du velux pour pouvoir écrire à la première lumière qui tombe de l’astre. Pour l’instant on allume la lampe et on transcrit la phrase toute faite et on laisse, à partir d’elle, buissonner d’autres mots, des racines de mots, des préfixes ou des morceaux de mots ou bien des assonances, d’autres phrases, un rythme, des périodes, des contrastes, des attaques, des heurts. On ne s’éveille pas tout à fait en écrivant.

Enfin la nuit insensiblement se résorbe.

La lumière naît bien avant que l’étoile paraisse.

Une pâleur illumine la page.

 

C’est l’aube. À l’instant où l’incroyable pluie de lumière commence de tomber d’un coup du vasistas on peut fermer les yeux, on peut chercher du bout des doigts l’olive sur le fil qui pend, on peut couper la lumière électrique, le corps peut s’alanguir et le souffle s’apaiser, on est heureux, on pose le crayon ou le minuscule feutre à la pointe si fine. On recommence de lire. La nuque et le dos reposent si bien sur les oreillers contre le mur de l’ancien grenier de la maison devenue une minuscule chambre d’enfant ne laissant place qu’à un minuscule matelas large de 80 centimètres posé sur rien, à même le plancher de bois. Petite solitude naine, étroite, indestructible, aussi enveloppante que l’arrière-faix du premier monde inguérissable, sublime. »

 

Pascal Quignard

La vie n’est pas une biographie

Galilée, 2019

 

Recopier une page de Pascal Quignard pour son anniversaire.
Bon anniversaire Pascal.

dimanche, 21 avril 2019

Pierre Jean Jouve, « Le monde désert »

-1734479119.jpg

DR

 

« Parce qu’il l’avait tellement suppliciée, Face de Baladine s’assit sur un divan et le regarda. Face de Baladine (c’était Baladine). (L’écho immémorial de la présence de Baladine se produisait, la face était froide, digne, douce, un peu renversée en arrière, le corps vague formait le prolongement, magnifique et sans importance. Habillée ? non habillée ? Comme vous voulez.)

Oui elle s’assit sur le divan dans l’appartement noir et commença par longtemps se taire, naturelle avec une immobilité frappante du regard, certains gestes petits et incompréhensibles du bout des doigts, et Luc la regardait courageusement de telle manière qu’une journée entre eux passait comme un clin d’œil.

Il fallut d’abord que Luc fît un certain effort pour l’obtenir. Il fallut aussi qu’il renonçât à tout travail quelque temps avant de l’évoquer. Elle était plus spontanée la nuit, plus incomplète et troublante le jour. Pourquoi Luc lui aurait-il parlé ? On ne s’adresse pas à une image. Cependant une fois elle se donna à lui dans le lit, pendant l’insomnie qu’il avait si souvent avant l’aube. Certainement elle avait choisi ce moment où toute la création devient confuse dans le cerveau de Luc. “Elle se donna” est d’ailleurs une manière de parler. Puisqu’elle n’était qu’une Face.

Quand elle venait, Luc prenait la position qu’elle aimait le mieux : le coude appuyé sur sa table et la main soutenant le front. “Car elle a toujours dit qu’elle chérissait ma main.” Face Baladine était toujours dans le même angle, celui que la clarté de la fenêtre touche à peine : sachant que sur le fond sa Face pâle se détachait parfaitement et vivait. Les lèvres remuaient et Luc comprenait que Baladine se parlait à elle-même, elle avait bien raison. Les lèvres étaient fardées et disparaissaient les dernières quand l’image s’en allait.

Luc Pascal arrangea bientôt toute sa vie pour elle. »

 

Pierre Jean Jouve

Le monde désert

Mercure de France, 1927, remanié en 1960, L’Imaginaire n° 287, 1993

jeudi, 18 avril 2019

Jean-Michel Delacomptée, « Écrire pour quelqu’un »

AVT_Jean-Michel-Delacomptee_9275.jpg

DR

 

« L’indicible sanglot en nous. Ce qu’on n’a pas dit, ce qu’on voulait dire, ce qu’il aurait fallu dire, le silence volontairement gardé ou gardé malgré soi, par crainte, pudeur, agenda chargé, négligence.  Il y a quand même, quelquefois, à l’improviste, une image qui s’empare de nous. Un fait par lequel l’image du défunt surgit, une scène dans un film, une conversation entre amis, l’épisode d’un récit dans une réunion de famille, les mimiques d’un inconnu, et alors on étouffe, et ce qui nous écrase éclate en sanglots. Mais plus généralement, ce sont, je crois, les mots qu’on a tus. On a différé, on n’a pas osé, on a omis, on s’est contenté de peu, on n’a pas dit ce qu’on aurait dû, ou pas assez. Et maintenant c’est fini, les mots manqués nous manquent, moments irrécupérables qu’on n’a pas su ouvrir aux paroles qu’on devait prononcer et auxquelles, souvent sans claires raisons, on a renoncé.

Sanglots, encore lorsque nous submergent les phrases nécessaires pour rappeler ce qui a disparu et qu’aucun langage, si vaste soit-il, ne pourrait contenir. On parle d’elle ou de lui et tout à coup la voix se casse, là de même les mots nous manquent, un détail nous emporte, c’est une expression du visage, une intonation, une plaisanterie qui nous faisait rire, des cadeaux reçus, donnés, une attitude pleine de douleur, des caresses éperdues. Tout monte très vite, la gorge se serre, un spasme, l’enfant se débat en nous, cherche de l’air, et voici les sanglots, irrépressibles. »

 

Jean-Michel Delacomptée

Écrire pour quelqu’un

Coll. L’un et l’autre, dirigée par J.-B. Pontalis, Gallimard, 2014

dimanche, 31 mars 2019

Yves Lemoine, « Tu oublies son nom, roman »

IMG_5533.JPG

© Bernard Moninot

 

 

«             C’est l’heure presque.

 

au moment où la nuit casse

le joueur finit son air

l’heure oublie ses paroles

 

un peu amère d’avoir perdu

jusqu’à

l’oubli

 

           On ne se retire pas

doucement des mots.

           Il faut seulement

un peu de mémoire pour blesser l’oublié.

——————————————

Écrire ou disparaître.

Ainsi commence la nuit

du premier souffle.

À peine traduit

sous l’ombre

débutant le nouveau signe

l’annonce

d’une mort récente

de sa voix peut-être.

 

Écrire ou disparaître

du corps même

du souffle.

 

Qui dit souffle ne dit pas

ici, juste. »

 

Yves Lemoine

Tu oublies son nom, roman

Gravure de Bernard Moninot

Fata Morgana, 1977

jeudi, 28 mars 2019

Dominique Preschez, « L’enfant nu »

dominique preschez,l'enfant nu,mathieu bénézet,seghers

DR

 

 

« Qu’y-a-t-il de plus beau, quand on commence un chant qui se termine, que de louer un enfant perdu à la chair si brune, et son ami dont la hauteur introduit un sens dans l’homme ! Seulement des larmes… Tu ne seras plus longtemps amant. Ô mortelle lassitude, sur les chemins aimés les âmes te suivront et au plus profond de toutes nos prières, à toi d’offrir le sacrifice — terre froide et aveugle ! Mon enfant, tu te détournes de moi. Tu me fuis le long des jours et le long des nuits. Ta pensée joue le mannequin.

Je sens mon regard rendormir dans la mort la mémoire d’un enfant qui n’est plus.

Le doux repos, ton corps l’effacera.

 —————————————————————

Souviens-toi des roses noires sur le front de l’enfant relâchant le bouquet des draps — son empreinte de neige sous la paupière close —, l’œil muré faisant reculer l’horizon au creux du matin — sa perte, ta douleur et tes pleurs — comme un vaste filet jeté par le pêcheur sur un lit placé bien bas…

C’est l’heure à présent où mes prunelles amères ont l’inflexion de sa voix, ainsi qu’une pierre invincible où loge le vers.

Il agonise crucifié comme cette fin d’été sous un ciel de novembre. Le voici nu et blanc dans le cercle des tombes, sous les arbres d’un chemin penché sur l’hôpital, dépouillé de corps à l’heure où finit son absence. La fin vient sur toi au détour de l’allée et

“…moins fort que moi, tu absous…”

 ——————————————————————

L’amant de la mort est exempt d’ambition mauvaise ; il se met à l’abri des parleurs, attend le couteau sur la gorge. Or la peur est là, qui lui dit : “Tout le monde en fait autant.”

Voyant alors des arbres dans la rivière, il y jette sa vie, et le ciel se recouvre soudain de nuages en blocs de neige où meurent les oiseaux. »

 

Dominique Preschez

L’enfant nu

Précédé de Pourquoi cette douleur par Mathieu Bénézet

Seghers, 1981

mardi, 26 mars 2019

Dominique Fabre, « Les enveloppes transparentes »

dsc_3947.jpg

DR

 

« Parfois

les lettres dans les enveloppes transparentes

semblent vivre leur propre vie

vers luisants au bord des routes

oubliées au fond des boîtes

elles font des luminaires orgues de barbarie

pour les dormeurs des rues

ceux qui attendent un coup de fil

jamais venu

raidis dans la cabine des télécom

ceux qui attendent d’être chassés

des bancs du métro par les tordus

de notre temps

ceux qui ne peuvent pas dormir

et arpentent la banlieue de Paris ou Paris

comme un nouveau continent endormi

s’enfoncent où

dans l’irrespirable présent

comment savoir de quel enfer

ils trouvent le paradis ?

parfois un balayeur

de la plus matinale brigade

vient avec ses collègues

au sortir du dernier café de la nuit

briquer la boîte

où l’enveloppe transparente

chante et résonne

dans le rêve

d’une jolie fille dénudée

d’une famille qui tourne en rond

d’un postier qui ne dort plus

depuis qu’il sait

que dans quelques tournées

il va partir

et personne chez lui

ne l’attend

_______________________________________________

Elle lui disait

tiens bonjour

ce sont des factures aujourd’hui ?

il lui répondait oui ou non

ou désolé

elle lui disait au revoir

et surtout revenez demain

vous êtes la seule âme qui vive

que j’aurais pesée aujourd’hui

mais quand on est dimanche

c’est vraiment terrible

oh que oui

il allait vite

par habitude d’aller vite

de ne pas se laisser aller

car tant de choses vont si vite

comment va la douleur

aujourd’hui ? »

 

Dominique Fabre

Les enveloppes transparentes

coll. Ré/velles, L’Attente, 2018

https://www.editionsdelattente.com/

19:10 Publié dans Écrivains, Édition, Livre | Lien permanent

dimanche, 24 mars 2019

Salvatore Quasimodo, « Presque un madrigal »

salvatore-quasimodo-9449401-1-402.jpg

DR

 

« Le tournesol penche vers le couchant

et précipite déjà le jour dans son

œil en ruines, le ciel d’été

s’épaissit et courbe déjà les feuilles et la fumée

des chantiers. Il s’éloigne avec le cours

sec des nuages et le cri des foudres

cet ultime jeu du ciel. Une fois encore,

et depuis tant d’années, ma mie, il y arrête la mue

des arbres serrés dans l’enceinte

du Naville*. Mais c’est toujours notre jour

et toujours ce soleil qui s’en va

avec le fil de son rayon affectueux.

 

Je n’ai plus de souvenirs, je ne veux plus me souvenir ;

la mémoire se relève de la mort,

la vie est sans fin. Chaque jour

est le nôtre. Il en est un qui s’arrêtera pour toujours,

et toi avec moi, quand tu paraîtras en retard.

Ici, sur la digue du canal, en balançant

les pieds comme des enfants,

nous regardons l’eau les premières branches dans

sa couleur verte qui s’assombrit.

Et l’homme qui s’approche en silence

ne cache pas un couteau dans ses mains

mais une fleur de géranium. »

 

* Le Naville est un canal navigable en Lombardie (ndb)

 

Salvatore Quasimodo

« La vie n’est pas un songe » (1949) in Ouvrier de songes

Traduit de l’italien et préfacé par Thierry Gillybœuf

La Nerthe, 2007

http://librairielanerthe.blogspot.com/2010/03/salvatore-quasimodo-ouvrier-des-songes.html

jeudi, 21 mars 2019

Olivier Domerg, « La méthode Vassivière »

martigues-11.jpg

© Brigitte Pallagi

 

« […] Toute cette enfance enviait

la rumeur de la forêt et du lac

* * *

Poèmes jetés,

                   structures téméraires.

 

Le charivari des oiseaux.

 

Depuis les pâturages

les clôtures vagabondent.

 

Lumière intrinsèque

du paysage,          

                 structurations de la campagne

tonitruante :

 

page magique telle l’ardoise.

La vie

         chaque jour poursuivie.

* * *

Le brouillard qui se lève

sur les champs.

 

Toute chose ramenée

à une forme

                   opaque.

 

Le cri des colverts

s’interpellant.

 

Nous avions appris ces mots

ruraux et les avions oubliés.

* * *

Par la suite, nous pensions

que le lac intense

était la “lumière de ce monde”.

 

Personne ne nous avait démentis

à ce sujet.

 

 

Nous nous dirigions vers ce bois

baptisé “de sculptures”,

 

nous pénétrions dans la forêt

et nous marchions

                           jusqu’à ce

qu’un changement s’opère.

 

Qui s’opérait,

                     de fait. »

 

Olivier Domerg

La méthode Vassivière

Dernier Télégramme, 2018

http://www.derniertelegramme.fr/La-methode-Vassiviere

mardi, 19 mars 2019

Jeanne Gatard, « L’esquif »

jeanne_gatard_-_pr_site.jpg

DR

 

« La barque lieu permanent

 

La barque, lieu perpétuel, conque des paroles, engrange, garde le passage de ceux qu’elle a passés.

Bac de toutes les traversées, mémoire de la mémoire. Tamis, elle écope et garde le grand vermoulu, gris de bronze après les siècles de pluie, devenu vert-de-gris de l’Aurige. Le petit corps de gaulois assis fait corps avec ce gris de bronze, autant que le trop petit cavalier sur le cheval archéologique d’Athènes, hors d’échelle.

Ce léger décalage suffit à l’émotion. Le rapport de l’homme à la barque est tel, elle qui n’arrête pas de changer de taille, de David en Goliath.

 

Elle a des ailes d’Hermès, a pris les flèches de tous les fous. Criblée des trous des balles, c’est la barque mitraillée, devenue légère.

Noire au départ, elle est blanche de tous les regards qui comptaient sur elle. C’est la barque restée ronde, lourde d’oubli. Elle attend ceux qui l’attendent.

 

Barque de tous les départs, elle n’est plus à quai, a dérivé, courbe dans le gris plomb qui l’entoure. De plomb, l’eau est devenue gypse et mercure.

Sur le mercure liquide, elle prend tous les risques, glisse, portant ses passagers.

Les flèches blanches ne l’ont pas coulée, elles l’ont aérée.

 

La perplexité en haute précision a pris la gifle du réel à travers le plan de mer et la multitude de ses pans écroulés.

Là pour un certain temps, un long laps vraiment, la barque recommence sa résonance.

 

Barque tam-tam, barque tambour, tonneau de Diogène, devenue ventriloque, elle n’est pas loin. Du fond de la conque, chacun raconte ce qu’il a vu.

 

Barque à trois voix dont les timbres ricochent le long des rivières.

Parfois au bord des larmes, elle inonde de compréhension.

 

Lieu fixe, elle flotte encore, n’est pas éperdue puisqu’elle est le lieu. Lieu dans le lieu, hors limites et plus fluide, elle s’allège tant elle est concentrée et rayonne dans son ombre. »

 

Jeanne Gatard

L’esquif

Dessins en couleurs de l’auteur

Tarabuste, 2012

http://www.laboutiquedetarabuste.com/fr/catalogue-exhaustif

https://gatardjeanne.wixsite.com/jeanne-gatard-site

vendredi, 15 mars 2019

Dominique Noguez, « Amour noir »

dominique-Noguez.png

DR

 

« C’est à ce moment étale du matin, entre petit matin et matinée. Tout est éveillé, mais se tait encore. L’énergie des choses est partout tapie, déjà doucement à l’œuvre et vigilante, à l’orée du rayonnement. Le discret soleil, clair et gai, posé, seulement , comme la simple présence, sans rien encore d’apparenté au feu, pactise avec la fraîcheur des feuilles. La ville est alors dans sa jeune éternité, plus elle-même qu’à aucune autre heure, presque sans âme qui vive, mais déjà si active, paisiblement humaine, suspendue entre l’odeur du café chaud et le passage des facteurs, dans l’arroi doux des bruits familiers et du premier travail. C’est le moment où le monde ronronne – le moment du vrai bonheur. L’essentiel est encore retenu derrière les façades et les visages, mais les volets ouverts laissent entrer la lumière comme des paupières d’amantes : la poussière des rayons tend ses liens dorés jusqu’aux piles de linge fraîchement repassé et aux guéridons qui sentent l’encaustique. Les enfants sont dans les classes, les fronts commencent à se pencher silencieusement sur les travaux de couture ou d’économie. Pas une voiture. Les quelques passants qu’on croise font un bruit léger, très en deçà de leur épaisseur réelle, à peine plus visibles que des silhouettes imaginées. C’est la gloire du matin – la grâce de quelques matins de mon enfance, retrouvée de loin en loin dans ma vie et précisément aujourd’hui, boulevard de Vaugirard et dans les rues avoisinantes. Une bribe de cantique me revient avec le mot qui veut dire en latin joie et beauté, lætitia

Et paradoxalement ce mot change tout. La résonance des bruits, la couleur des façades perdent, d’un coup, pour moi, leur clair éclat, comme on passe du technicolor au noir et blanc ou d’un si à un si bémol. Tout s’assombrit, un nuage paraît voiler ce joli soleil de mai tandis que je retombe dans le temps et la navrante réalité : Lætitia est morte, le sursis que je lui ai donné en la faisant revivre par ce récit s’achève et il me semble que j’ai désormais beaucoup moins de raisons de vivre. »

 

Dominique Noguez

Amour noir

Coll. L’infini, Gallimard, 1997, rééd. Folio n° 3262, 1999

 

Dominique Noguez est né le 12 septembre 1942 à Bolbec, il est mort ce 15 mars 2019 à Paris.

mardi, 12 mars 2019

Andrea Zanzotto, « Les Pâques »

AVT_Andrea-Zanzotto_5510.jpeg

DR

 

« IL Y AVAIT QUELQU’UN

 

Comme un soir nous arrivions

entre herbe et nuage     quelques peu dispersés     au-dehors

elle et les deux loupiots et de belles ombres impétueuses…

Fermentation du bois     une odeur de plus

et ce j’étais-ça uniquement physique

et me tenais dans un fort pauvre juillet

     indemne, ce juillet, de moi et des miens

moi pas indemne, eux tous (très bientôt) lapinots.

Parce qu’il y avait : bien close et toute petite

toute perdue, l’étable. Rêvée dans un rêve frugal

par un regard dénué d’enthousiasme — l’herbe

atteignant le bord des fenêtres —

les lapinots mère et fils dans l’étable

un peu prisonniers un peu         Ah, et

ne les aime pas ne suis les et personne n’est les.     Personne.

Et partout presque sans couleur ce qu’ils regardent,

le foin fil à fil ils mâchonnent et regardent : s’il pleut ?

Dure en bois-de-lapin la soirée

ici, deux fils broutés, l’œil

un peu doux un peu craintif.

Et quelle lointaine lointaine histoire.

Ce n’est pas une façon de marcher je le sais.

La pureté (du moins) entrebâillée, à deux pas, et ainsi l’au-delà,

c’est-à-dire nous : fussions-nous amoureux l’un de l’autre

fussions-nous amoureux d’un peu de nourriture

fussions-nous, dans la lueur du soir…

Maman-lapin deux poupons et — goute à goutte —

dans le dispersé le perdu.     Flou.

Mais enfin ce n’est pas en vain que tout arrive

si petit à petit tout lapine de légers

lapinements. Et je ne vais pas plus avant

que la fasciole du soir, que le rideau humide,

que le foin pris entre les signes         et j’écoutai :

hennir glapir marmonner         dans le revers le repli.

Il y avait une fois quelqu’un, à présent

il broute, fourre son museau où il peut.

Un dessin-design absolument parfait

pourtant : de là s’élancera :

lapinotant à nous refaire

gambarder, longues jambes, jampignons, de partout

         — Elle l’a dit l’institutrice

         l’ont dit Lewis et Alice. »

 

Andrea Zanzotto

Les Pâques

Traduit de l’italien par Adriana Pilia et Jacques Demarcq

Préface de Christian Prigent

Nous, 1999
http://www.editions-nous.com/zanzotto_lespaques.html