UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 juillet 2016

Anonyme, L’esprit d’idéal

yuan.jpg

Zhao Mengfu, Homme à cheval, 1295, dynastie Yuan

 

Air : « En audience auprès du fils du Ciel ».

« Aux ignorants le pouvoir,

Aux illettrés l’argent ;

Aux bons à rien les louanges et puis les compliments.

Il a de ces penchants-là, figurez-vous, le vieux Ciel vénérable :

À ne point distinguer le sage du crétin,

À confondre le brave,

À éprouver le bon,

À mettre des bâtons dans les roues du capable,

Ayez de l’idéal haut comme Lu Lian*,

Des mœurs plus pures que Min Qian**,

Et votre destinée vous jettera à terre, méprisé de tout un chacun.

 

Les ignorants au firmament,

Les illettrés mis au pinacle ;

Les bons à rien fêtés et admirés.

Il ne veut rien savoir du pur et du turbide, le vieux Ciel vénérable :

Vous traite le bien, le mal, sans rime ni raison,

À insulter le charitable,

À humilier le misérable,

À mettre l’ami des livres en posture de coupable.

À l’âge de raison la petite étude,

La grande à celui où l’on se perfectionne***:

Mais tant de science et de raison ne seront rien, qu’on se le dise, face aux billets noir-de-canard**** ! »

 

* (v. -305 - 245) conseiller politique à Qi, sous les royaumes combattants, était sage, avisé et détaché du monde.

** (-536 - 487) un des disciples de Confucius, se distinguait par la pureté de sa conduite, sa piété filiale et sa fidélité en amitié.

*** à l’âge de raison, on entrait, selon les préceptes aristocratiques de l’Antiquité, dans les apprentissages de base de la vie en société ; à quinze ans venait la grande étude, celle des livres et des classiques.

**** dans l’argot des Yuan : l’argent (à cause de la teinte sombre du papier-monnaie).

 

« La dynastie des Yuan (Mongols, 1279-1368) »

Textes traduits, présentés et annotés par Rainier Lanselle

in Anthologie de la poésie chinoise

La Pléiade / Gallimard, 2015

19:56 Publié dans Écrivains, Édition | Lien permanent

mercredi, 13 juillet 2016

Lambert Schlechter, « Inévitables bifurcations »

P1010236.jpg

© : cchambard

 

« étourdi mais pas ivre / solitaire mais pas fou, mots que j’avais calligraphiés en grands caractères chinois sur un panneau que j’avais cloué sur la porte d’entrée de mon logis provençal en 1991, mots de Su Tung Po écrits à la fin du XIe siècle, Jim Harrisson est mon aîné de cinq ans, j’aime le fréquenter, viens d’acquérir ses derniers poèmes, écrits en 2009 et 2010, il écrit : je suis un vieux môme, et il feuillette, infiniment mélancolique, les pages de Su Tung Po que moi aussi je feuillette depuis vingt-cinq ans, depuis avril 1988, à côté de certains poèmes j’ai mis une dizaine de dates, le 6 août 1990, mon fils (il avait sept ans) était venu me voir pendant que je lisais dans notre maison provençale, je lui traduis le poème que Su a écrit le 14e jour du 12e mois de l’année 1063, dans le crépuscule seuls les corbeaux connaissent mon sentiment / bruyamment ils s’envolent, mille flocons tombent des branches froides, dix minutes plus tard mon fils revient : dis-moi le poème encore une fois, Jim Harrisson, à 70 ans, écrit une séquence de poèmes qu’il intitule “Onze aubes avec Su Tung Po”, dans le premier poème il cite un vers du poète chinois : je suis un cheval fatigué / débarrassé de son harnais, et dans le dernier texte il note : Su Tung Po est mort, mais je continue / de lui parler comme à mon père / décédé voilà cinquante ans, dans la brume matinale du premier jour de l’automne je lis & relis les poèmes infiniment mélancoliques du vieux Jim, éphémère mais intense unisson avec notre ami venu de l’an mil, comme disait Caude Roy, la vie va la mort vient, tout compte & rien n’importe, quand passera mon fils un de ces jours (il va avoir trente ans), je lui ressortirai le poème de Su, je ne pense pas qu’il se souvienne, ci & là nous laissons une petite trace dans la mémoire, une chétive empreinte sur le papier, quelques syllabes, pattes de mouche, tout cela est si évanescent et passager, tout cela est déjà en train de se dissoudre, mais voilà que quelques vers de Su Tung Po traversent dix siècles pour atterrir sur ma page, appuyé sur ma canne, je regarde les choses se transformer / je contemple aussi ma vie / dix mille choses, chacune vient en son moment / ma vie, jour après jour, se précipite…, la brume du matin a fini par se lever, et par une brèche dans les nuages quelques rayons soleilleux passent pour faire sourire un peu les dernières trémières »

 

Lambert Schlechter

Inévitables bifurcationsle Murmure du monde 4

Les doigts dans la prose, 2016

http://www.lesdoigtsdanslaprose.fr/

mercredi, 06 juillet 2016

Françoise Ascal, « Le fil de l’oubli »

Noir-racine002.gif

« “Maison à vendre”. Une pancarte est accrochée au-dessus des portes de la grange.

 

Le toit fuit.

L’eau goutte, imbibe plafonds et planchers.

La véranda n’a plus de vitres.

Les murs se lézardent.

Le salpêtre monte.

 

Maison qui retourne à la terre.

Qui dit l’étable et la paille originelle.

 

On ouvre une dernière boîte. On répand sur la table son trésor de pacotille. On fouille à deux mains dans ce bric à brac. Boutons de nacre de bois de cuivre, épingles à cheveux, attaches de jarretelle en caoutchouc rose durci, boutons de manchettes dépareillés, briquets à essence hors d’usage, stylo laqué dans capuchon, plumes d’or ébréchées, fèves rescapées d’anciennes épiphanies, glands de rideaux, dés à coudre, Jésus de porcelaine, éclats de miroir, médailles d’argent, médailles d’étain rapportées de pèlerinages à Notre-Dame-du-Haut. On brasse encore et encore du temps solidifié.

 

On a tout de suite remarqué l’enveloppe de papier bistre fermée par un ruban, contenant cinq cartes postales qui portent la mention “Franchise militaire”. Mais pour l’heure on cherche autre chose. L’objet manquant déposé au creux de la mémoire. Obsédant. Intercesseur de l’invisible.

 

C’est un canif de fer-blanc. Le manche a la forme d’un soldat au garde-à-vous, droit dans son uniforme d’apparat. Humour macabre ou signe de l’inéluctable, la lame, en se repliant, coupe son corps en deux.

 

On songe à celui qui le glissait dans sa poche du temps de sa jeunesse.

On l’imagine, penché sur la meule de grès rose, attentif à parfaire le tranchant de la lame.

On l’aperçoit, au bord de l’étang coupant des roseaux pour tresser une barque de rêve.

On ne connaîtra pas son visage. On ne saura rien de ses yeux, de son sourire.

Personne ne l’a revu manier la faux dans les prés pentus qui mènent à la rivière.

 

Figure de l’ombre retournée à la nuit, comme des milliers, qui ont quitté leur village, leur ferme, leur verger, pour ne plus revenir et n’ont survécu à leur mort que le temps bref des battements de cœur de ceux et celles qui les ont veillés sous la clôture des habits noirs.

 

Puisse chacun, chacune, avoir laissé quelque objet familier qui, passant de main en main, fera résonner leur être singulier.

Écho de ce qu’ils furent.

Coquillage au creux de l’oreille des vivants pour prolonger leur murmure. »

 

Françoise Ascal

Noir-racine, précédé de Le fil de l’oubli

Monotypes de Marie Alloy

Al Manar, 2015

http://www.editmanar.com/

dimanche, 03 juillet 2016

Jean-Christophe Bailly/Éric Poitevin, « Le puits des oiseaux »

eric-poitevin-sans-titre.jpg

© éric poitevin

 

« […] cette chute que l’on voit, c’est sa répétition infiniment recommencée qui s’espace d’image en image d’une photographie à une autre, ce qui revient à dire que chacune de ces images est comme un tombeau léger, comme une feuille légèrement posée sur la mort. Cette chute n’est pas absolu, n’est pas une essence – c’est celle, à chaque fois, d’un être qui, vivant, fut la vie même, et dont la vie, ainsi, nous est renvoyée. La vie, c’est-à-dire aussi, dans son rayonnement, le pays dans lequel l’oiseau vivait, le territoire d’air et de brindilles, de terres lourdes et de soirs distendus où il avait fait son nid. Dans la conception chinoise de l’émotion musicale, la qualité la plus grande est atteinte lorsque justement le son commence à s’en aller – c’est au moment où elle s’évanouit que peut-être perçue dans sa plénitude l’exacte résonance du timbre. Les oiseaux morts, ici, sont les sons disparaissant du pays qui les porta ou qui les vit passer. Et ce n’est pas seulement qu’il y ait une solidarité native entre les lignes de crête des collines et les trajectoires des envols, ou entre les plus fines matériologies du sol et les enchevêtrements des ramures et le jeu, en eux, sur eux, du soleil et de l’ombre, c’est aussi que, sous la portée des ailes et selon leur idée, c’est tout le pays survolé qui revient. »

 

Jean-Christophe Bailly

Le puits des oiseaux – nature morte

pour des photographies d’Éric Poitevin

Seuil / Fiction & Cie, 2016

la série de photographies présentée dans ce livre est l’objet d’une exposition organisée par le centre d’art Vent des Forêts dans la nef de l’ancienne église fortifiée à Dugny-sur-Meuse, durant le mois de juillet 2016

http://ventdesforets.org/oeuvre/le-puits-des-oiseaux/

mercredi, 29 juin 2016

Tarjei Vesaas, « Vie auprès du courant »

arton489-d73b1.jpg

 

« Le Chemin

 

Les traces ne paraissent pas.

N’estampillent pas les flaques de boue,

les fondrières.

Le pied a été léger.

Mais celui qui est arrivé connaît le chemin.

Sait l’encoche essentielle

où placer le pied.

Arrive au sommet de la colline et contemple heureux

le chemin plus loin devant.

S’allonge sur le coteau pour se reposer

et attend de la compagnie.

Les voilà qui se présentent, tels d’aimables conseillers,

ceux qui ont déjà pris leur forme.

Il nous semble pouvoir leur parler de

nos affaires les plus secrètes,

tout en taillant une baguette

avec un petit canif.

Nous sommes tous rassemblés. Personne ne le sait

ni ne le saura.

Nous taillons de baguettes et les plantons dans la terre

et parlons jusqu’au coucher du soleil.

 

Après, alors que le crépuscule descend sur nous,

nous en savons davantage :

Il nous faut marcher dans le noir,

en grands virages et lacets.

Nous ne disons plus un mot.

Si nous parlions, le chemin sombrerait.

Mais arriver, personne n’ose le mentionner.

Cela doit se produire sur le vaste site

où des bassins limpides confluent

des quatre vents,

et fusionnent

en immenses espaces transparents

sans le savoir, sans le vouloir.

On est alors arrivé

et l’on n’est plus. »

 

Tarjei Vesaas

Vie auprès du courant – 1970

Traduit du nynorsk par Céline Romand-Monnier

avec la complicité de Guri Vesaas & Olivier Gallon

bilingue

postface d'Olivier Gallon

La Barque, 2016

mercredi, 22 juin 2016

Jacques Roman, « Proférations »

SC, Lambert, Jacques & cc.jpg

© : dcollin

« Le 19. 1. 1991 échoué

 

… veilleur ne criera pas éveillé échoué immobile boule dans la gorge en janvier œil sur la mort drapée d’étoiles et de galons aux quatre points cardinaux oubliés n’écrira pas sur les murs du vieux monde sa honte portée devant vous échoué à l’heure qu’il est ce soir il tourne en rond tandis qu’on lui arrache la bonté prie que soit donné à l’enfant pitié des années et des années d’oreille lui échoué muet sans rôle ici ne blâmez pas son espoir en vous l’être a fait son feu consolation par tous les pores de la peau entendez veilleur ne criera pas échoué n’écrira pas éveillé échoué en janvier parmi les miettes éparpillées de la joie qui nous fut ciel ici supplie brûlez ces mots toute la fausse monnaie afin que ne tombent et sa vie et la vôtre en été tous sens à l’abîme échoués la boule en la gorge nommez-la amour encore là-bas demain où sa poussière dansera dans un autre janvier où n’aura plus cours cet enfer qui prit en toutes lettres nom d’homme jusqu’en ce sable échoué terrassier de l’interminable dans la énième heure du matin ici où ne criera pas en janvier veilleur éveillé la boule en la gorge où ne saignons ni vous ni lui pourtant écoutez l’entendez-vous cette parole allant dans le silence ainsi l’abandonnant où le sang coule… »

 

Jacques Roman

Profération

Éditions Isabelle Sauvage, 2016

lundi, 20 juin 2016

Ishikawa Takuboku, « Une poignée de sable »

ishikawa-takuboku.jpg

« Tôt ce matin

écrite par cette jeune sœur qui a déjà passé l’âge de se marier

j’ai lu une lettre qui ressemblait fort à une lettre d’amour

 

Que quiconque la lisant

ne puisse m’oublier

telle est la longue lettre que je voulais écrire ce soir

 

Grondé

un cœur d’enfant éclate en sanglots

Tel est le cœur que je voudrais avoir

 

Comme une bête malade

mon cœur

dès qu’il entend parler du pays s’apaise

 

Souffrance de l’errance que je n’aurai su rendre

dans ce brouillon dont l’écriture

m’est si pénible à relire !

 

Quelque part

traîne comme une odeur de peau de mandarine brûlée

voici le soir 

 

Venu dans ce parc un jour de beau temps

en marchant

j’ai pris conscience du déclin tout récent de mes forces »

 

Ishikawa Takuboku

Une poignée de sable

Traduit du japonais par Yves-Marie Allioux

Philippe Picquier, 2016

samedi, 18 juin 2016

Pascal Quignard, « Critique du jugement »

P1010638.jpg

© : cchambard

 

« La beauté est comme l’oiseau qui se réveille sur la branche dans l’aurore. Il prend son envol dès le premier rayon du jour. L’embellissement de la beauté au sein d’elle-même, telle est la modification de l’aube. Elle n’a pas d’autre fin que l’envol dans la première lueur pour rejoindre la source de la lumière naissante. La moindre araignée, la moindre mouche s’insère dans le jaillissement de tout ce qui est neuf, innocent, intact, irradiant. Alors la beauté est ce qui vient flotter dans l’extrême fraîcheur d’une espèce de natalité sans fin. Vague invisible dans l’air qui s’élève, qui ne retombe tout à coup que pour se réélever d’une façon toujours plus neuve. Éclaboussement toujours imprévisible. La beauté est contiguë à une liberté sans fin. »

 

Pascal Quignard

« Sur la merveilleuse ignorance divine »

Critique du jugement

Galilée, 2016

mercredi, 15 juin 2016

Isabelle Baladine Howald, « Hantômes »

P1000451.jpg

© : cchambard

 

« le sommeil les baisers ferment les yeux

sans la mort

ta bouche dans ma bouche – même souffle   j’inspire

et expire ton souffle   ne les distingue plus   j’aimerais

 

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

     fermer les yeux

– je ne veux pas

fermer les yeux –

 

 

 

Le gris bleu violet de l’iris, inimitable, j’ai laissé

ses yeux entrouverts,

je pas, peux pas, fermé

 

 –––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

L’élégie est l’arrivée et rien qu’elle.

Hantômes est le livre pour les enfants, à leur place –

de morts.

Fente. Déplacement définitif.

 

 

Non remplacés, regarde l’espace entre le carton

inséré et les bords en métal ou en bois, flottant,

non remplacés, non remplacé l’espace, non remplacé

le cœur de lui, et de lui, et de lui. Flottant battements

inaudibles. »

 

Isabelle Baladine Howald

Hantômes

Éditions Isabelle Sauvage, 2016

mardi, 07 juin 2016

Claude Dourguin, « Points de feu »

28180_p0008058.002.jpg

Andrea di Bartolo, dit Solario, La Déploration sur le Christ mort,

Musée du Louvre, cliché  A. Dequier - M. Bard

 

« Dans la Lamentation sur le Christ mort d’Andrea Solario, le fond du panneau, par ses bleus, son paysage de monts et de rivière se dégageant de falaises, évoque Patinir. Une tranquille irréalité, le songe acclimaté ici-bas avec une part de sa force rayonnante, la plénitude radieuse qui nous attend, l’assurance d’un autre pays – où est résolu ce qui nous obsède, où l’on a fait siens les secrets contre quoi nous nous heurtons mais leur charge de mystère nullement niée, présente comme familière sinon domestiquée (à l’instar de certain lion promenant sa majesté parmi les livres.) Des constructions humaines, villes et châteaux en campagne, bois et champs, une connivence tout à la fois humble et glorieuse, chaque élément répond à l’autre sans dureté, nul ne fait allégeance, chacun échange ses qualités plutôt, afin que notre séjour soit plus riche aux marches de l’au-delà. Le peintre murmure, pressent ce qu’affirmera Patinir : que l’ailleurs est atteignable, peut-être même ici, à notre portée. Il suffit de parcourir, le monde s’ouvre à mesure que nos pas nous conduisent. Le rêve . – notre destinée. »


 

Claude Dourguin

Points de feu

Éditions Corti, 2016

 

samedi, 04 juin 2016

Jennifer Barber, (Portail)

jennifer Barber,emmanuel merle,rumeur libre

© : cchambard

 

(Portail)

 

Hier la corde à linge

s’est effondrée sur le sol

dans le vent, la pluie a laissé place

 

à une autre pluie, plus fine,

qui a dissous la baie. J’ai vu

un traquet à la mangeoire,

 

une mésange noire, un chardonneret, un roitelet,

une éclaboussure de soleil

sur le fuchsia trempé.

 

Un bras géant, invisible,

a dévié un nuage de la montagne

jusqu’à la plage, puis dans l’autre sens.

 

Soulevant le loquet du portail, j’ai entendu

sept années d'abondance

suivies par sept de disette

 

dans les maisons en ruines sur la colline.

 

Jennifer Barber

traduit de l’américain par Emmanuel Merle

in revue Rumeurs

La Rumeur libre 2016

 

jeudi, 02 juin 2016

Septain — des flux — de Vézelay

P1010521.jpg

© : cchambard

 

Premiers jours de juin cette année ci.

Ils donnent à voir un visage du monde gris, assez irréel.

On se sent fébrile sous la pluie incessante.

La route est coupée, les champs sont inondés – en bas.

Qui suis-je pour savoir si les flux sont bienveillants

ou malveillants

ou neutres…

Claude Chambard

L’image première

travail en cours