UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 11 février 2017

Éric Pessan, « Sang des glaciers »

c8a878cb016b9eb378590e722b7c2525_400x400.jpg

DR

 

« Le Barbo, Machicruta, Ratepenate, Nitoula, le Coco peint par Goya, Carabibounet, la Came-cruse, Papotchantel, Micaraouda, la Lamia, Babo, le Grand Lustucru, Mâchecroute, Rafagnaoude, Pattier, le Fillou, le Cueulo, Carco-Vieio, la Rafagnoude, le Bègue, la Marie-Couette sont des croquemitaines, des Père ou Mère Fouettard, des ogres qui punissent les fils et les filles désobéissants. La Marronne, la Garaoude, Couché-huit-heures, Sarramauca, Pelharot le chiffonnier se chargent de châtier les enfants. Des milliers de créatures vivant dans des puits, dans les bois, sous les toits, dans la cendre des cheminées ou dans les angles des chambres observent les enfants pour mieux les frapper ou les battre ou les manger s’ils ne sont pas sages. Banya Verde, le Coquelin, Chiapacan, la Faye daou mau parti, Barbe-Citrouille ou l’Ome pelut vont bouffer les gosses, les déchiqueter, les conduire dans l’ombre d’où jamais ils ne reviendront. Rampono et la Mère-de-la-nuit viendront avec Grand-Papa Janvier et le Père Babaloum et ils sauront mater les gamins les plus indociles, ils les tortureront, ils les briseront s’il le faut, ils broieront leur âme et leur volonté et les enfants rentreront dans le rang.

L’homme ne sait plus où il a lu que dans toutes les cultures, sur tous les continents, l’humanité a su ajouter des dangers imaginaires aux dangers réels.

Mère-en-Gueule et la Vouivre, Nòchtgròbbe et Bonhomme Misère planteront leurs dents gâtées dans la chair des gosses. Des hordes et des hordes de choses mi-humaines mi-griffues qui menacent les enfants avec la complicité de leurs propres parents. Des crocs et de la méchanceté qui peuvent compter sur la complaisance des adultes. C’est le répugnant scandale des croquemitaines : ils secondent les parents, ils ne sont pas des menaces extérieures comme une armée ennemie ou un diable, ils viennent prendre le fils indocile désigné par son père, la fille dénoncée par sa mère. Ils sont les instruments d’une justice terrible et atroce, d’une justice sans pardon ni compassion. Qu’un garçonnet escalade un mur pour voir ce qu’il y a derrière, qu’une fillette s’aventure jusqu’au croisement du chemin et ils seront là pour les attraper et les dissoudre dans la douleur infinie. »

 

Éric Pessan

Sang des glaciers

Coll. « Pépites », La Passe du Vent, 2016

http://www.lapasseduvent.com/

jeudi, 09 février 2017

Tom Raworth, « Cat Van Cat »

TR par Charles Bernstein.jpg

© Charles Bernstein

 

« TOUT UN COUP

 

l’alphabet se demande

ce qu’il devrait faire

le papier se sent inutile

les couleurs perdent leurs nuances

 

pendant que toutes les notes de musique

ne jouent plus qu’en bleu

 

au bout du lac

un peuplier lombard

ombre la terre

parsemée de duvet de cygne

 

voilant la rumeur

de la route au sud

 

au-dessus dans le ciel de nuit

éparpillés au hasard

les étoiles cessent leur mouvement

les coquelicots ne dansent pas

 

dans l’herbe immobile le long

du chemin personne ne marche »

 

Tom Raworth (19 juillet 1938-8 février 2017)

Cat Van Cat

Traduit de l’anglais par Liliane Giraudon, Audrey Jenkinson, Yvan Mignot, Florence Pazottu, Jean-Jacques Viton

Coll. Les comptoirs de la Nouvelle B.S., cipM, 2003

https://www.youtube.com/watch?v=YyMcd0BoRZE

mardi, 07 février 2017

Hugh Raffles, « Insectopédie »

level_02_author2.png

DR

 

« “Il n’y avait aucune raison de dénier une âme à ces bestioles*”, dit Jacques Austerlitz dans le roman de W.G. Sebald. Se souvenant des nuits de son enfance, il s’interroge : Les phalènes rêvent-elles ? Savent-elles qu’elles sont perdues quand, égarées par la flamme, elles entrent dans une maison pour y mourir ?

Quelle était la question de von Frisch : L’abeille est-elle douée de parole ? Non, ce n’était pas cela. Tout d’abord, il s’est dit : Il n’y a vraiment aucune raison de penser que les abeilles soient privées de langage. Puis il s’est mis à interroger : Ma petite camarade, que dit-elle ?

Pauvres abeilles. Elles sont à plaindre et il nous faut les protéger. En cela, également, leur indifférence est vaine. Elles sont trop prisonnières du langage. Les abeilles et nous, maintenus dans une si distante proximité. Même par von Frisch et Lindauer, qui les aimaient si intensément, qui trouvaient en elles une forme de rédemption loin des horreurs brutales de leur temps… Vous vous souvenez de tout ce qu’ils pouvaient mettre en œuvre pour prouver les capacités de leurs petits protégés ?

Mais laissons là les paradoxes. Leur accorder le langage était à la fois célébrer leur différence et les condamner à l’impossibilité, les cantonner à un registre purement mimétique, dans lequel elles ne pouvaient qu’échouer, et (mé)prendre “l’autoréférentialité linguistique [pour] le paradigme de l’autoréférentialité en général**”. Mais bien sûr l’échec est humain (scientifique, certes, mais humain tout de même) ; nous échouons en étant incapables d’imaginer la sociabilité et la communication autrement qu’à travers quelque chose qui s’apparente au langage, nous échouons en nous plaçant d’emblée au sommet de cette pyramide linguistique. Quelle folie de juger les insectes – si anciens, si divers, si accomplis, si performants, si élégants, si étonnants, si mystérieux, si inconnus – selon des critères qu’ils ne pourront jamais remplir et dont ils n’ont cure ! Quelle idiotie de mépriser leurs talents et de ne voir que leurs supposées déficiences ! De quelle misérable pauvreté d’imagination faisons-nous preuve lorsque nous ne les considérons que sous l’angle de ce qu’ils peuvent apporter à notre compréhension de nous-même ! Quelle tristesse terrible, lorsque le langage nous fait défaut. »

 

* W.G. Sebald, Austerlitz, traduit de l’allemand par Patrick Charbonneau, Actes Sud, 2002

** Eva M. Knodt, préface à Niklas Luhmann, Social Systems, traduit de l’allemand par John Bednarz Jr et Dirk Baeker, Palo Alto, Stanford University Press, 1995

Hugh Raffles

Insectopédie

Traduit de l’anglais par Mathieu Dumont

Coll. Domaine sauvage, éditions Wildproject, 2016

http://wildproject.org/

http://www.insectopedia.org/about.html

 

dimanche, 05 février 2017

Caroline Sagot Duvauroux, « Le Vent chaule »

b_1_q_0_p_0-2.jpg

© Brigitte Palaggi, 2005

 

« Alors tout le savoir des manuels et mamelles ne suffit plus à faire signe au passant. Juste on est rongé parfois quelqu’un dit oh ! un fossile. C’est qu’on attend longtemps beaucoup trop de cracher l’encre et c’est petit le temps du jet. On se souvient on se remplit tout entier de se souvenir pour couler la bile après l’encre et croire au flot qui nous fit flux ce jour qu’on était si jeune à aimer les récifs qu’on s’y fit fendre l’âme jusqu’au cul. C’est ainsi qu’on était devenu femme, laissant par distraction son sexe d’homme au rocher. Laissant au rocher le soliloque et la stérilité.

 

Se dit-on soit récif se dit-on quand les mots ne me trouveront plus que me servira d’être récif au vent debout.

 

Quand la mer ne viendra plus s’ouvrir sur moi, me limer l’arsis et la douce finale, me poncer le genre et l’accent me faire et défaire le caractère et me creuser l’œil et l’hampe alors d’avoir été récif aussi passera. Se cantonnera dans le mot, le récit du récif.

 

On s’allonge pour redresser la cambrure du peindre. Ou la morfondure d’écrire. On est recouvert d’oiseaux. Du blanc coule. La lune ? On dit bleu.

 

On suce de la lumière ou de l’ombre dans un crayon. On a la bouche toute noire à force et pour langue un pilon de langues. Plutôt francophone. Le français n’existe que pour les étrangers depuis le temps de l’école.

 

Et puis ça arrive. Ça a lieu. Les mots voient quelque chose qu’on ne voit pas. Des cigognes. Du temps commun. Mais y pense-t-on ? Du temps passe.

 

Il y a des rêveurs terribles, incorrigibles, des enchaînés, des nègres. Et puis un visage rigolard et autoritaire, une folle. Il y a un passage avec des courants violents. Mais que sait-on des maelströms ? qu’aa est un maelström en Norvège mais on l’apprend trop tard, le bateau est à l’eau. C’est par derrière qu’un vent nous traverse. On est branlant. Une cadence. On est sur la méditerranée. On se souvient de la bataille d’Alger sait pas pourquoi. On pense qui perd gagne. Mais quoi ? une seconde. Une belle seconde. Une mouette. On sait que le danger vient de la mer. Et les langues. On pense femmes en méditerranée. On voit des courages. On voudrait rejoindre les balkans. On reste entre des continents. Le vent viendra. On pleure aussi. Les mutilations. Pas de jambes ou la petite tête. Ils ont tranché le frère siamois. Celui qui savait. On est en prison sur la toue de langue. Pont ponton ponton pont. Dessus le temps qu’étions libre poiscaille. On pense à la mer rouge comme à un plat de sang peut pas traverser. On prie ce que chanter ne peut. On pense les chemins ne s’enfuient pas. On nous a perdu l’honneur dans les mornes d’une Martinique. On est un très vieil homme plein de détermination. Plein d’indifférence. Nos os dessineront près d’une roche amérindienne. Quelqu’un passera. Racontera. Ça suffira peut-être. »

 

Caroline Sagot Duvauroux

Le Vent chaule suivi de L’Herbe écrit

Corti, 2009

jeudi, 02 février 2017

Joël Bastard, « Une cuisine en Bretagne »

b_1_q_0_p_0.jpg

© : Michel Durigneux

 

« Aujourd’hui, je le sais, je suis un écrivain contre ma volonté. La chose a grandi en moi sans que j’y prenne garde. Je ne sais rien de plus qu’hier. Ce sont les mots qui ont pris possession de mon corps. Rien de plus éphémère, à l’image de ce blanc sur lequel je m’appuie.

 

Ces textes méritaient-ils deux cigarettes et un verre de whisky à trois heures du matin dans une cuisine et dans le noir de l’océan qui flûte à ma fenêtre.

 

Je ne suis pas plus heureux que lorsque j’écris. Tout est là, le possible et l’impossible. Les absents que je peux inviter sur mon papier sans qu’ils ne le sachent. Les morts que j’utilise à toutes heures pour agrandir ma phrase. Je peux écrire tout à trac : regret, île, vagin, lumière, sourcils, fosse, encoignure, onde, amande, pierre, vague, fille, barbarie, souplesse, échange, crépuscule, chanson, avance, perte, sommeil, orgasme, silence, enfants, outils… Enfin, tous les mots du dictionnaire.

 

En fait, je fais ce que je veux, mais avec les mots des autres, donc ! Allons-y et faisons ce que nous pouvons.

 

Je ne souhaite rien d’autre que d’habiter mon chagrin.

 Roland Barthes »

 

Joël Bastard

Une cuisine en Bretagne

Lanskine, 2016

http://www.editions-lanskine.fr/accueil

samedi, 28 janvier 2017

François Dominique, « Délicates sorcières »

b_1_q_0_p_0.jpg

FD, bibliothèque Mériadeck de Bordeaux, 2 décembre 2015. DR

 

« La Bibliothèque de Harvard, aux Etats-Unis, possède trois livres reliés de peau humaine. Le plus ancien date du dix-septième siècle ; il est intitulé Practicarum Quaestionum circa Legies Regias Hispaniae et fut relié avec la peau d’un homme écorché vif en 1632. L’auteur explique dans une préface que la reliure est un hommage fraternel à cette malheureuse victime de l’Inquisition.

Le second est le livre d’Arsène Houssaye (ami de Nerval, auquel fut dédié La Bohème galante). Il s’intitule Des destinées de l’âme et fut relié au dix-neuvième siècle avec une peau prélevée sur une patiente morte dans un asile psychiatrique.

La plupart des livres qui existent dans le monde sont consacrés à des auteurs morts, et la plupart des auteurs vivants nourrissent l’ambition secrète d’être reconnus à titre posthume, ce qui les rattache par avance à l’immense cohorte des défunts. C’est tout.

Au fond, les seuls vivants sont les lecteurs ; d’ailleurs, ne possèdent-ils pas le privilège immense de donner vie par la lecture aux millions de pages qui reposent dans l’ombre ? Ils alimentent ainsi leur propre vie de pensées et de rêves, selon une voie intime. Les lecteurs appartiennent donc au présent de la vie, plus que les écrivains.

On peut envisager le “livre vivant” de bien des façons. Dans la belle histoire de l’Éducation Populaire en France, la lecture publique fut l’objet d’un soin attentif, fondé sur la rencontre et le partage – à cent lieues de ce qui devint “la société du spectacle”.

Mais le lecteur de ces pages-ci ne sera pas étonné d’apprendre que le livre est aussi un territoire où se côtoient les revenants et bien d’autres personnes imaginaires dont la fréquentation n’est pas sans danger. Il n’aura besoin de croire ni à dieu ni à diable pour convaincre aisément, au contact de certains ouvrages, que la frontière entre réel et fiction est des plus incertaines. »

 

François Dominique

Délicates sorcières

Champ Vallon, 2017

http://www.champ-vallon.com/

jeudi, 26 janvier 2017

Camille de Toledo « Le livre de la faim et de la soif »

Capture d’écran 2017-01-26 à 13.42.10.png

un des 51 dessins de Camille de Toledo in texte

 

« Le livre voudrait, dans toutes les langues, conjurer le regret, effacer les traces de sa nostalgie, entrer dans l’existence, et, reprenant le traîneau, le pousser, le tirer en avant, pour accueillir tout, l’effondrement et l’honneur tel un drapeau honni sur lequel on crache en comptant les croix des cimetières profanés et toute l’horreur, le pathétique, le tragique, la farce de cet âge où les âmes meurent comme celle du Prince, laissant à la place des curseurs, des écrans. Le livre, maintenant, pris d’une pulsion incontrôlable de réaction, voudrait excommunier toute la modernité et souffler, souffler pour en faire une torche. Je dois dire, à cette charnière du livre, que je suis prêt. Prêt à le suivre. et là, justement, en entendant ses plaintes, ses litanies sur la Grande Russie et la neige, les âmes, j’accours. Je cherche à le relever, parce qu’à le voir ainsi dans cette chambre du Prince mort, observant par la fenêtre les flocons qui recouvrent et tapissent la glace du fleuve, là­-bas, vers l’Ermitage, je sens qu’il va flancher. C’est sa pente naturelle, la déploration. Le livre, ce réactionnaire, je crains, là, franchement, qu’il ne dérape. Âme, Russie, Ivanovna, le musée des Mondes Anciens, le conservatoire des émotions puissantes. Je crains que mes doigts, tous mes doigts qui ont accepté, par pitié, par compassion, de le suivre, le livre, je crains qu’ils n’abandonnent. Je redoute, pire, la mélancolie du livre. et l’âme, et la main reposée sur ses pages. et la mort, et son crâne, et une bougie, et le sablier pour le Temps, et, derrière, la sœur qui pleure son frère et, avec lui, la Russie. Je le sens. Le livre plonge, s’apprête à plonger. »

 

Camille de Toledo
Le livre de la faim et de la soif 
Gallimard, à paraître le 9 février 2017

dimanche, 22 janvier 2017

Frédérique Germanaud, « Courir à l’aube »

ob_8d9ed6_fg-18.jpg

DR

 

« Ma table de travail est le cœur de ma prison. Autour, des appartements, d’autres vies, mal connues, mal comprises, autour garde son mystère, fait de vides et de pleins mal calés, qui choquent parfois, porte claquée, cri d’enfant, dégringolade dans l’escalier. Dehors, juste un bout de ciel. Au huitième étage, rien d’autre, plus d’arbres, de fils électriques qui relient les habitations et donnent de l’énergie, aucun chant d’oiseaux dans les matins humides. Il faut de l’imagination pour créer une place à tilleul avec son café ombragé. Poser ici ou là des jeux d’enfants. Un soleil de plomb sur des oliviers. Des orages malfaisants. Sur la table, du papier, un stylo, une vieille enveloppe à l’adresse presque effacée. Là naissent les obsessions. Là aussi le renoncement. Le manque de courage. La paresse de descendre l’escalier pour voir ce qui se passe hors de moi, ou de me jeter par la fenêtre pour vérifier la consistance du ciel. Tout est blanc à force d’être regardé.

 

Inventer pour que quelque chose s’écrive sur la page. Sinon, elle aussi reste blanche. Être enfermée n’est pas une épreuve. C’est sortir qui l’est, se confronter à une réalité intenable, où il est impossible d’oublier sa honte. Le monde est aussi vide qu’une école désaffectée. Propre et lisse. Plus vide encore d’avoir un jour accueilli des rires, des corps et des mouvements. La grande faille, invisible, si présente.

 

Quelqu’un ou quelque chose gratte au mur qui sépare mon appartement de celui d’à côté. J’ai dit que personne n’y réside, je ne sais pas. J’écris ce qui se passe près de moi sans savoir. Pourquoi pas un lieu ouvert au vent et peuplé d’animaux. Croire éclaircir le mystère en posant des mots sur la page et ne faire que l’épaissir. Je me lève pour coller l’oreiller à la cloison. Immanquablement, tout se tait et l’expérience se répète jusqu’à la nausée. Ce n’est pas grave. Poursuivre la vision par des mots est ce qui m’importe, prolonger les grattements qui ne sont peut-être qu’illusion auditive. Ne pas abandonner les signes infimes, ils sont traces d’humanité même s’ils n’existent que dans mes délires. De la fumée, un pli sur le drap. Je me demande si j’ai rêvé ce nous ou si nous l’avons vraiment vécu. »

 

Frédérique Germanaud

Courir à l’aube

La clé à molette, 2016

mercredi, 18 janvier 2017

Hubert Lucot, « Langst »

DSCN1793.JPG

 

« Je ne choisi pas mes mots. Ils me choisissent et me désignent. Me font, défont, défoncent. Attention au monde.

Pas à peu il commence l’écrivant. Chercher, naissent des moyens, chercher à faire – à partir de l’un des premiers gestes, acquis. Il couvrira terrain géant, migrations de ses phrases, de ses sèmes, scènes, schémas ; il est schème, modèle, celui qui à tous les coups commence, à voir, relire, délire.

Continuité discrète de mes livres, chacun contredit le précédent. Je : coupe court à ce qui serait du livre qui s’acheva ; généralise ce qui, inconsciemment voulu par le livre finissant, forme qui se refermait, demeure moteur.

Au début, quand ça va si mal, que rien n’est, je répartis des démarrages, que je grossis d’impuretés, car, non pas nouveau dire, je crache, pour poursuivre, certains accents d’œuvres anciennes, par le travaillage l’écrit vient, s’affranchissant peu à peu de ces limbes, alors que s’accomplit (s’exprime, irréalisable à jamais) le Désir qui est désir qui était, et je noterai ce soir la silencieuse beauté des appareils électroniques, ce soir, arrière-saison dans la gare de Soissons, buvette de cette petite gare de province.

Autrefois, je rassemblais des dissemblables pour établir une équation, d’où les déplacements de la phrase tout au long du texte, vaguement formé dès ses débuts en son global ; lire ainsi se faisait, en ses fractures, lesquelles donnaient la vie – le léger recul désordre –, durable et instantanée. »

 

Hubert Lucot
Langst
P.O.L, 1984

19:02 Publié dans Écrivains, Édition | Lien permanent | Tags : hubrt luct, langst, p.o.l

mardi, 17 janvier 2017

Nicolas Pesquès, « La face nord du Juliau »

b_1_q_0_p_0.jpg

DR

 

« Le 1er août

 

Ceux qui peignent, écrivent, sculptent etc. se présentent côte à côte, devant le monde. Ils sont les constructeurs d’un chassé-croisé, d’un ombrage pluriel. Ils procèdent par trouées et hybridations. Ils dressent des murs jaunes, des phrases. Ça prend forme. Ça meurt. Ça.

 

Ce qui les rapproche : la constance de l’action, la sécession. Les profondes dérivations de chaque geste, de chaque pas. Greffe et marcotage. Bientôt les frondaisons et l’ombre de chacun. Bientôt les disparus qui ne se ressemblent plus. La dissidence des corps, l’intrigue des généalogies.

 

Les fonctions sont nombreuses : tropes, images, souvenirs, afflux de toute espèce.

Dans l’affolante émulsion de tout ce que l’on voit.

 

Peindre ce qui ne se voit pas : l’air, la lumière, les peindre sans que ça se voie.

Peut-on remplacer peindre par dire ? »

 

Nicolas Pesquès

La face nord du Juliau – treize à seize

Poésie/Flammarion, 2016

samedi, 14 janvier 2017

Camille de Toledo, « Les potentiels du temps »

IMG_20140406_013023.jpg

Bordeaux, 5 avril 2014 © claude chambard

 

« ‘ Il faut imaginer Noé déçu…’

 

Traduire

 

Nous partons de la coupure entre ce qui peut parler et ce qui ne peut pas parler. Nous partons – nous coupons – d’avec cette vieille partition où le langage sépare. Les degrés de division, de coupure sont le propre de la langue. Nous avons divisé, par la langue, entre le soi et l’autre, entre nous et eux, entre les nationaux et les étrangers. C’est la langue, en soi, qui nous empêche de réinventer nos modes d’habitation, d’élargir, d’étendre, de transformer nos communautés de savoir, nos régimes de pouvoir. Nous proposons de substituer aux langues – outils de séparation, de domination – une autre capacité humaine. Non plus la capacité de parler mais la capacité de traduire. Si nous nous projetons, potentiellement, dans le monde, non comme locuteur, mais comme traducteur, si nous reconnaissons ce qui est propre aux humains non pas comme le fait de parler, mais de traduire, nous ne sommes plus au-dessus des choses, mais parmi elles, entre elles, à l’endroit même du conflit. Ce qui signifie l’adoption de la traduction comme langue, c’est d’abord l’acceptation que tout parle, que seule notre capacité d’entendre, autrement dit, de traduire, est limitée. Dans une relation potentielle, si plutôt qu’être parlants, nous sommes traducteurs, nous cessons d’être des entités dominantes et des communautés de mêmes. Nous devenons, de fait, des communautés d’entre-autres. Notre position – de prédation – est modifiée, puisque notre langue, fixant notre tâche, consiste à étendre nos capacités d’écoute, de traduction à tout ce qui parle. Nous ne sommes plus alors des sujets imposés, imposants. Nous sommes ce par quoi tout ce qui était vu comme objet peut accéder à la dignité de sujet, c’est-à-dire être traduit. Nous sommes les traducteurs potentiels de toutes les relations. »

 

Camille de Toledo

‘ Il faut imaginer Noé déçu…’

in Les Potentiels du temps – art & politique

avec Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós

Manuella éditions, 2016

http://manuella-editions.fr/

 

Camille de Toledo sera à la Machine à lire,

8, place du Parlement Saint-Pierre, à Bordeaux,

le jeudi 26 janvier à 18h30

jeudi, 12 janvier 2017

Bernard Noël, « Le même nom »

DSCN3612.JPG

Bernard Noël, 8 septembre 2011, Bordeaux © : claude chambard

 

« — J’ai peur, dit-il en montrant Son livre, il y a là mon nom qui veut me tuer.
— N’aies pas peur, dis-je, tu es déjà mort.

 

 

— La peur du nom ?
— Oui, la peur de rien

* * *

Tu vas devenir un nom. Tu l’es déjà. Qui voit l’œuvre de la mort ? Un nom n’est pas un visage. C’est une forme blanche. Un trou plein de rien.

 

Ce qui disparaît,

ce qui est la langue dans la langue,

l’adieu au sens :

mon corps.

 

Le nom permet l’indéterminé de la mort.

* * *

J’écris.

Je passe de l’autre côté de mon nom.

Le pas encore et le déjà-plus se

confondent.

 

J’écris.

je réalise ma mort.

L’usure est usée.

 

Pourtant, ici même, voici du fait : il restera toujours à l’user.

 

La pensée de la mort est fuyante,

comme le possible.

* * *

J’écris pour m’abîmer dans mon nom. »

 

Bernard Noël

Souvenirs du pâle, suivi de Le même nom

Fata Morgana, 1975