UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 mars 2020

Lambert Schlechter, « Piéton sur la voie lactée »

P1010227.jpg

© cchambard

 

 

« à côté de mon oreiller, la nuit, j’écris :

voilà, il y a eu ce jour-ci, il se termine

 

jour printanier, soleil & ciel bleu

ce jour-ci, un jour de ma vie

 

viendra le jour de demain, j’y vais

encore un jour de ma vie

 

je ne sais si c’est le dernier

ou s’il y en aura encore mille

 

nuit me prend : dormir pour vivre demain

 

*

 

écrire pour préparer le terrain d’écriture

écrire encore ceci avant de commencer à écrire

 

écrire vite vite choses simples & banales

avant d’ouvrir la brèche vers les profondeurs

 

écrire vite vite les petits rien de la vie

afin de conjurer le grand tout du néant

 

écrire le frémissement de l’herbe

avant de thématiser le frisson de l’existence

 

balbutier encore & encore : je ne suis pas mort

 

*

 

quand les mots ne servent plus

à marchander les radis ou le bleu du ciel

 

quand les phrases renoncent

à commenter les tribulations du moi

 

quand le langage n’est plus utile à rien

sauf à baliser sans fin un domaine sans nom

 

quand les mots soudain te chaotisent

tout ce que tu croyais savoir & connaître

 

c’est ce que tu demandes au poème : du vertige »

 

 

Lambert Schlechter

Piéton sur la voie lactée – Petites parleries au fil des jours

Avec des dessins d’Anne Weyer

Phi, 2012

http://www.editionsphi.lu/fr/francais/353-schlechter-lambert-pieton-sur-la-voie-lactee.html

samedi, 14 mars 2020

Juan Gelman, « Notes XII & XIII »

AVT_Juan-Gelman_2787.jpg

DR»

 

« NOTE XII

 

les rêves brisés par la réalité

les compagnons brisés par la réalité/

les rêves de compagnons brisés

sont-ils vraiment brisés/perdus/rien/

 

pourrissent-ils sous la terre ?/leur éclat brisé

disséminé en petits morceaux sous la terre ?/un jour

les petits morceaux vont-ils s’unir ?

va-t-il y avoir la fête des petits morceaux qui se réunissent ?

 

et les petits morceaux des compagnons/se réuniront-ils une fois ?

marchent-il sous terre pour se réunir un jour comme dit manuel ?/se réuniront-ils/ un jour ?

de ces petits morceaux aimés est faite notre concrète solitude/

nous avons per/du la douceur de paco/la tristesse d’haroldo/la lucidité de rodolfo/le courage de tant et tant

 

à présent ils sont de petits morceaux disséminés sous tout le pays

de petites feuilles tombées de la ferveur/de l’espoir/de la foi/

de petits morceaux qui furent joie/lutte/confiance

dans les rêves/les rêves/les rêves/les rêves/

 

et les petits morceaux du rêve/se réuniront-ils une fois ?

se réuniront-ils un jour/les petits morceaux ?

nous disent-ils de les accrocher au tissu du rêve général ?

nous disent-ils de rêver mieux ?

à manuel scorza

 

 

NOTE XIII

 

chaque compagnon avait un morceau de soleil/

dans l’âme/dans le cœur/dans la mémoire/

chaque compagnon avait un morceau de soleil/

et c’est de cela que je parle

 

je ne parle pas des erreurs qui

nous ont conduits à la défaite/pour l’instant/non

je parle de l’arrogance/de l’aveuglement/du délire militariste de la direction/

je dis que chaque compagnon avait un morceau de soleil

 

qui lui illuminait le visage/

lui donnait chaud dans l’effroi nocturne/

l’embellissait en lui mettant la joie aux yeux/

le faisait voler/voler/voler/

 

se sont-ils éteints ces morceaux de soleil à présent ?/à présent que les compagnons sont morts/se

sont-ils éteints leurs morceaux de soleil ?/ne leur éclairent-ils pas toujours

âme/mémoire/cœur/leur réchauffant

le talon les os mitraillés d’ombre ?

 

petit soleil qui ainsi s’éteignait/

tu éclaires encore cette nuit/

où nous restons à regarder la nuit

vers le côté où monte le soleil »

Juan Gelman

Vers le sud et autres poèmes

Présenté et traduit de l’espagnol (Argentine) par Jacques Ancet
postface de Julio Cortázar

Gallimard, coll. Poésie, 2014