UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 décembre 2014

Cécile Mainardi, « Rose activité mortelle »

Mainardi.jpg

 

« Le poète est celui pour qui chaque jour est différent, écrit le poète Umberto Saba. Est-ce parce qu’il est poète que chaque jour est pour lui différent ? Ou est-ce parce que chaque jour est pour lui différent qu’il est poète ? Est-ce que le fait d’écrire développe chez lui cette sensibilité-là à la non-régularité des jours/ la singularité des instants ? Ou est-ce qu’une allergie à leur monotonie lui fait préférer à toute autre activité, celle si nuancée d’écrire ? C’est là un exemple de commutativité étrange et fascinante qui s’opère à l’intérieur de cette phrase. Il y a des jours où je n’arrive plus à la comprendre et où son sens m’échappe entièrement. D’autres jours, où il me semble qu’elle n’en a jamais eu qu’un qui me déçoit presque parmi tous ceux dont je la parais, ou alors que c’est moi qui débloque/ surinterprète/ vais chercher midi à quatorze heures. Puis le lendemain, elle n’a plus qu’un sens à nouveau, seul et unique cette fois, d’une incomparable profondeur, et elle ne m’a jamais paru aussi vraie. Étrange phrase à coefficient de vérité variable (qui produit sur moi je ne sais quel charme de sens) (dont pour moi chaque jour la virginité se rejoue) et qui me porterait à croire que le poète est aussi celui pour qui chaque phrase est différente. »

 

 Cécile Mainardi

 Rose activité mortelle

 Flammarion/Poésie, 2012

samedi, 09 novembre 2013

Cécile Mainardi, « Rose activité mortelle »

cécile mainardi,rose activité mortelle,poésie/flammarion

« Connaître un texte par cœur, c’est faire l’expérience absolue et intégrale de sa prononçabilité. J’aimerais savoir écrire un texte que je connaîtrais immédiatement par cœur au moment où je l’écris. J’aimerais écrire un texte absolument et intégralement prononçable, et du coup forcément en avance sur le laps de temps qu’on passerait à le retenir. Un texte qui prédirait les choses l’espace de cette légère anticipation au lieu de simplement les dire. Toute la poésie versifiée n’inscrit-elle pas sa prononçabilité au cœur de ses vers, avant que de prédisposer son lecteur à les retenir. Un texte comme Baudelaire savait en écrire : tu te rappelleras la beauté des caresses, la douceur du foyer et le charme des soirs, prédisant aussi dans le souvenir de ces instants leur immédiat enregistrement en vers sonores. Et peut-être ne les écrivait-il que pour leur épanouissement à l’état prononcé dans le présent. Oui, peut-être en profitait-il pour se faire disparaître ou léviter dans le temps alors qu’aussitôt écrits, il les relisait pour en tester l’immatérielle portance. Et ça pouvait être debout dans son salon, ou allongé tard dans la nuit contre le corps de sa maîtresse. »

 

 Cécile Mainardi

 Rose activité mortelle

 Poésie/Flammarion, 2012