UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 juillet 2018

Gu Hengbo, « La pensée nocturne dans le pavillon Haiyue »

Orchidées solitaires. Musée national du palais, Taipei..png

Gu Mei, Orchidées solitaires (détail). Musée national du palais, Taipei.

 

« Au-delà du rideau parfumé

La pluie fine mouille le ciel nocturne

Les feuilles jaunes s’envolent

Je me couvre de vêtements du soir.

 

La cour peinte ombragée par des lianes

Leurs tiges en harmonie avec l’automne

Les saules cachent la balustrade rougeâtre

La lune jette sur le sol des ombres timides.

 

Les fleurs grelottent dans le froid nocturne

Ma silhouette amaigrie tremble dans la pénombre

Le perron froid sombre dans une obscurité profonde

Les oies sauvages restent silencieuses sur les branches.

 

Dans cette montagne la forêt est immense

Je savoure cette vie d’ermite

Le vent se lève du côté des pins robustes

La porte bien fermée je me couche sur la natte. »

 

Gu Hengbo, prostituée et chanteuse très connue dans la capitale de la dynastie des Ming, était l’une des « huit beautés de Nankin » de son époque. Animée d’une générosité chevaleresque, elle sauva la vie à plusieurs guerriers qui résistaient à l’invasion des Mandchous qui allaient bientôt fonder la fameuse dynastie des Qing. Dégoûtée par la vie de prostitution, elle épousa Gong Hefei, en tant que concubine de grand lettré. Ses poèmes sont célèbres pour la description minutieuse des différents sentiments. Elle mourut à Pékin à quarante-six ans, laissant le Recueil des poèmes écrits dans le pavillon des chatons de saules.

 

Gu Hengbo – Gu Mei, 1619-1663

In Femmes poètes de la Chine

Traduction, annotations et calligraphies de Shi Bo

Le Temps des Cerises, 2004

https://www.letempsdescerises.net/?product=femmes-poetes-...