UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 juin 2016

Isabelle Baladine Howald, « Hantômes »

P1000451.jpg

© : cchambard

 

« le sommeil les baisers ferment les yeux

sans la mort

ta bouche dans ma bouche – même souffle   j’inspire

et expire ton souffle   ne les distingue plus   j’aimerais

 

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

     fermer les yeux

– je ne veux pas

fermer les yeux –

 

 

 

Le gris bleu violet de l’iris, inimitable, j’ai laissé

ses yeux entrouverts,

je pas, peux pas, fermé

 

 –––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

L’élégie est l’arrivée et rien qu’elle.

Hantômes est le livre pour les enfants, à leur place –

de morts.

Fente. Déplacement définitif.

 

 

Non remplacés, regarde l’espace entre le carton

inséré et les bords en métal ou en bois, flottant,

non remplacés, non remplacé l’espace, non remplacé

le cœur de lui, et de lui, et de lui. Flottant battements

inaudibles. »

 

Isabelle Baladine Howald

Hantômes

Éditions Isabelle Sauvage, 2016