UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 14 juin 2018

Lambert Schlechter, « Le Ressac du temps »

P1010236.jpg

© cchambard

 

« Les heures du jour, je ne les maîtrise pas bien, elles passent, elles tombent, elles vont, et vient la nuit, et je suis dans la nuit insomniaque, je déambule à travers la maison, le cœur pesant, la tête lourde, et je lutte contre la fatigue, les heures de la nuit, je ne les maîtrise pas bien, elles passent, elles vont, et vient le jour, je n’ai pas assez dormi, ne me réveille pas, dors la moitié du jour, et lutte contre le sommeil qui me tient, me retient, ma maison est trop encombrée, et ma tête aussi, le jour où j’aurai ma tête un peu désencombrée, j’écrirai une longue lettre à Chen Fou, lui ferai le simple récit de ma vie fugitive, je suis sûr que je trouverai les mots, je lui dirai : je me suis promis de te faire une page, je te ramasserai en quelques phrases l’essentiel de ma vie, mais pour le moment, ne m’en veux pas, ça ne va pas, aucun récit ne sortira de ma paresseuse & sèche plume, elle gratte le papier à vide, rien ne se passe le long de la page, c’est trop tard dans la nuit, ma tête est trop lourde, j’ai le vertige, je suis dans un profond désarroi, les heures du jour, je ne les maîtrise pas très bien, elles tombent, tombent, la nuit vient trop vite et ne m’accueille pas vraiment, la nuit pourrait être ma bulle de sécurité, tout est si étrange, si effrayant, je suis tout le temps angoissé, comme s’il y avait partout des menaces, un jour, Chen Fou, je trouverai les mots pour te faire le récit de ma vie fugitive, patiente un peu, un jour je te ferai une page qui te plaira. / feuille volante, lettre à Chen Fou, mai 1998 »

 

Lambert Schlechter

Le Ressac du temps – Le Murmure du monde, V

Les Vanneaux, 2016

Un extrait des Lettres à Chen Fou : http://www.unnecessairemalentendu.com/archive/2014/07/16/...

mardi, 28 février 2017

Lambert Schlechter, « Le Ressac du temps »

ML.jpeg

 

« Montaigne et les dates. Il y en a peu, explicitement, dans les Essais, mais il y en a.

 

Il date sa retraite du 28 février 1571, jour initial de sa trente-neuvième année. Il date le “Au lecteur” de ce premier mars mille cinq cent quatre-vingt, c’est le lendemain de son quarante-septième anniversaire.

 

&

 

Lire Montaigne. – Quelques mois avant de se suicider Stephan Zweig écrit qu’il lit Montaigne chaque jour.

 

Marcel Jullian écrit à propos du suicide de Zweig, que celui-ci est peut-être mort de l’avoir [Montaigne] de trop près connu, – et poursuit : Sur le mot qu’il a laissé, il confesse que, n’ayant pas la force d’âme de Montaigne, dont il avait entrepris la biographie, il ne pouvait pas attendre que vienne l’aurore.

 

Lire Montaigne. – Raymond Petit, jeune résistant luxembourgeois assassiné par les nazis était grand lecteur de Montaigne.

 

Lire Montaigne. – Nous ne lisons pas “Montaigne”, nous cultivons notre narcissisme dans une lecture sélective, qui trouve évident que l’auteur s’intéresse à son Moi. (Marie-Madeleine Fragonard dans la préface de son édition des Essais, Pocket, 1988). »

 

Lambert Schlechter

Le Ressac du temps – le murmure du monde 5

Les Vanneaux, 2016

https://editionsdesvanneaux.wordpress.com/

 

pour fêter l'anniversaire de Montaigne, 28 février 1533