UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 mars 2020

Lambert Schlechter, « Piéton sur la voie lactée »

P1010227.jpg

© cchambard

 

 

« à côté de mon oreiller, la nuit, j’écris :

voilà, il y a eu ce jour-ci, il se termine

 

jour printanier, soleil & ciel bleu

ce jour-ci, un jour de ma vie

 

viendra le jour de demain, j’y vais

encore un jour de ma vie

 

je ne sais si c’est le dernier

ou s’il y en aura encore mille

 

nuit me prend : dormir pour vivre demain

 

*

 

écrire pour préparer le terrain d’écriture

écrire encore ceci avant de commencer à écrire

 

écrire vite vite choses simples & banales

avant d’ouvrir la brèche vers les profondeurs

 

écrire vite vite les petits rien de la vie

afin de conjurer le grand tout du néant

 

écrire le frémissement de l’herbe

avant de thématiser le frisson de l’existence

 

balbutier encore & encore : je ne suis pas mort

 

*

 

quand les mots ne servent plus

à marchander les radis ou le bleu du ciel

 

quand les phrases renoncent

à commenter les tribulations du moi

 

quand le langage n’est plus utile à rien

sauf à baliser sans fin un domaine sans nom

 

quand les mots soudain te chaotisent

tout ce que tu croyais savoir & connaître

 

c’est ce que tu demandes au poème : du vertige »

 

 

Lambert Schlechter

Piéton sur la voie lactée – Petites parleries au fil des jours

Avec des dessins d’Anne Weyer

Phi, 2012

http://www.editionsphi.lu/fr/francais/353-schlechter-lambert-pieton-sur-la-voie-lactee.html