UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 10 avril 2020

Sergueï Essénine, « Je suis toujours le même »

3-1.png

 

« Je suis toujours le même.

J’ai toujours le même cœur.

Tels des bleuets dans le seigle,

Mes yeux fleurissent sur mon visage.

Déployant la belle nappe de mes vers,

Je veux vous dire quelque chose de doux.

 

Bonne nuit !

Bonne nuit à tous !

Dans l’herbe du crépuscule,

La faux s’est tue.

Aujourd’hui j’ai très envie

À ma fenêtre de pisser sur la lune.

 

C’est une telle lumière bleue !

Dans ce bleu même on mourrait sans peine.

Tant pis si je ressemble à un cynique,

Une lanterne accrochée au derrière !

Vieux et bon Pégase fourbu,

Ai-je besoin de ton trot mollasson ?

Je suis venu comme un maître sévère,

Chanter et glorifier les rats.

Ma caboche est comme l’août,

Elle répand le vin écumeux de mes cheveux.

 

Je veux être une voile jaune

Dans ce pays où nous voguons. »

                                                            Novembre 1920

 

Sergueï Essénine

Poèmes 1910-1925

Bilingue

Traduction du russe et postface de Christian Mouze

Avant-propos : Mots pour Sergueï Essènine (Poèmes) par Olivier Gallon

La Barque, 2015

https://www.labarque.fr/livres09.html

mardi, 18 août 2015

Sergueï Essénine, « Poèmes 1910-1925 »

b3f6454001dd7a1c780e144e6c81d1819e1662b2.jpg

 

« Par les soirs bleus, les soirs de lune,

Autrefois, j’étais beau et jeune.

 

Et sans pouvoir s’arrêter tout est

Passé pour ne jamais revenir…

 

Yeux délavés, cœur refroidi…

Ce bonheur bleu ! Ces nuits de lune !

4 / 5 octobre 1925

 

*

Pauvre plumitif, est-ce bien toi qui composes

       Des chansons à la lune ?

Depuis longtemps je me suis refroidi devant

        Le vin, le jeu, l’amour.

 

Cette lune qui entre par la croisée

Verse une lumière à vous crever les yeux…

La dame de pique j’ai levé

Pour jouer enfin l’as de carreau.

4 / 5 octobre 1925

 

 *

Au revoir mon ami, au revoir.

Mon cher, tu es tout près de mon cœur.

Cette séparation prédestinée

Promet bien une rencontre à venir.

 

Au revoir mon ami ; ni

Poignée de main, ni un mot,

Ne va pas t’affliger ici, –

C’est que vivre n’est pas nouveau

Et mourir, il est vrai, non plus. »

1925

 (Dernier poème d’Essénine, écrit le jour de sa mort, avec son sang)

 

 Sergueï Essénine

Poèmes 1910-1925

Traduction du russe & postface Christian Mouze

Avant-propos d’Olivier Gallon

La Barque, 2015