UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 octobre 2014

Pierre Veilletet, « Querencia & autres lieux sûrs »

Pierre-Veilletet.jpg

 

Le canif

 

« Jamais, dans leur histoire d’animaux préhensibles, les hommes n’auront vu autant de choses et jamais ils n’en auront touché aussi peu. La multiplicité des images nous fait perdre la singularité du contact. Un de nos sens s’émousse, annonçant une évolution de l’espèce qui se recycle en voyeurs non-touchants. Comme si, désormais, la saisie était une activité dégradante, nous en abandonnons la besogne à toutes sortes d’intermédiaires mécaniques, de télécommandes, qui obéiront bientôt à la voix et à l’œil, non au doigt qui, du silex, a fait jaillir l’étincelle fondatrice et se transforme peu à peu en un appendice de chair.

Nous tuons à distance, supprimant ainsi le remords qui prenait dans nos cauchemars l’aspect d’une main ensanglantée dont aucune eau ne lavait les taches. De tous les assassins, seuls les surineurs méritent quelque estime, car ils se salissent les mains.

Je n’aime pas les armes, même blanches. Le petit canif que j’ai au fond de ma poche n’en est pas une. Je le verserais plutôt au nombre des gris-gris hérités de l’enfance, tels que le brin de celle ou le caillou ramassé en chemin, qui n’ont d’autre fonction apparente que d’être pris en main. De temps à autre, je palpe le manche de corne ou d’ivoire, l’acier de la lame, inoxydable comme il se doit, entretenue avec soin. Il me semble que toucher des objets usuels rassérène et libère l’esprit en favorisant son essor vers des contrées de la mémoire où ces objets avaient leur place, à proximité de gens dont les traits se précisent alors. Le stylo n’est pas d’une autre catégorie.

Le canif est utile. Il sert à couper la viande, à décacheter les lettres, à déculotter le fourneau de la pipe, à marquer une page dans un livre, à tailler un bâton pour l’enfant soudain admiratif. Et quand, en pleine page d’écriture, se présente une situation à couper au couteau, il suft de le regarder. C’est lui qui tranche. »

 

 Pierre Veilletet

Querencia & autres lieux sûrs

Arléa, 1991

 

Pierre Veilletet est né le 2 octobre 1943 à Momuy dans les Landes, et mort le 8 janvier 2013 à Bordeaux.