UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 14 mars 2020

Juan Gelman, « Notes XII & XIII »

AVT_Juan-Gelman_2787.jpg

DR»

 

« NOTE XII

 

les rêves brisés par la réalité

les compagnons brisés par la réalité/

les rêves de compagnons brisés

sont-ils vraiment brisés/perdus/rien/

 

pourrissent-ils sous la terre ?/leur éclat brisé

disséminé en petits morceaux sous la terre ?/un jour

les petits morceaux vont-ils s’unir ?

va-t-il y avoir la fête des petits morceaux qui se réunissent ?

 

et les petits morceaux des compagnons/se réuniront-ils une fois ?

marchent-il sous terre pour se réunir un jour comme dit manuel ?/se réuniront-ils/ un jour ?

de ces petits morceaux aimés est faite notre concrète solitude/

nous avons per/du la douceur de paco/la tristesse d’haroldo/la lucidité de rodolfo/le courage de tant et tant

 

à présent ils sont de petits morceaux disséminés sous tout le pays

de petites feuilles tombées de la ferveur/de l’espoir/de la foi/

de petits morceaux qui furent joie/lutte/confiance

dans les rêves/les rêves/les rêves/les rêves/

 

et les petits morceaux du rêve/se réuniront-ils une fois ?

se réuniront-ils un jour/les petits morceaux ?

nous disent-ils de les accrocher au tissu du rêve général ?

nous disent-ils de rêver mieux ?

à manuel scorza

 

 

NOTE XIII

 

chaque compagnon avait un morceau de soleil/

dans l’âme/dans le cœur/dans la mémoire/

chaque compagnon avait un morceau de soleil/

et c’est de cela que je parle

 

je ne parle pas des erreurs qui

nous ont conduits à la défaite/pour l’instant/non

je parle de l’arrogance/de l’aveuglement/du délire militariste de la direction/

je dis que chaque compagnon avait un morceau de soleil

 

qui lui illuminait le visage/

lui donnait chaud dans l’effroi nocturne/

l’embellissait en lui mettant la joie aux yeux/

le faisait voler/voler/voler/

 

se sont-ils éteints ces morceaux de soleil à présent ?/à présent que les compagnons sont morts/se

sont-ils éteints leurs morceaux de soleil ?/ne leur éclairent-ils pas toujours

âme/mémoire/cœur/leur réchauffant

le talon les os mitraillés d’ombre ?

 

petit soleil qui ainsi s’éteignait/

tu éclaires encore cette nuit/

où nous restons à regarder la nuit

vers le côté où monte le soleil »

Juan Gelman

Vers le sud et autres poèmes

Présenté et traduit de l’espagnol (Argentine) par Jacques Ancet
postface de Julio Cortázar

Gallimard, coll. Poésie, 2014