UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 janvier 2009

Jacqueline Cahen

images.jpgSon compagnon, Jean-Pierre, vient de m'apprendre  le décès de notre amie Jacqueline Cahen. C'est une terrible nouvelle et chacun qui la connaissait ne peut qu'être effondré.

Poète, et traductrice, Jacqueline Cahen vivait à Paris et à Belle-Île-en-Mer où ses cendres sertont dispersées après une cérémonie qui accompagnera la crémation au cimetière du Père-Lachaise à Paris, le 4 février à 14 h.

Créatrice en 1979 avec Jean-Jacques Lebel de Polyphonix, collectif d’artistes, elle organisait des festivals de poésie-musique-vidéo-performances dans le monde entier. Elle a travaillé et fait de nombreuses performances en France et en Europe, seule et avec des musiciens.

 

Mer haute                       Marée descendante

 

Un autre jour est né

de la dispersion des ordres élémentaires

Après disparition des remous

d'eaux grises

opaques et salées

un ciel immobile s'est installée

couvrant des corps bien au-delà de notre vision

Du point unique où je me tiens

les angles sont nuls

et je sais que les vagues n'atteindront plus mes pieds

D'une lunaison l'autre

l'oubli passe    Un frisson

notez-en le pourquoi

(L'écume de mer est un bois dit-on

mais il me semble que l'on ment)

Le ressac vide le sable d'eau

Du bruit toujours     Pas

d'oiseaux

 

Et l'émotion naît d'on ne sait où

 

in L'immédiat labile, Polyphonix/Nèpe, 2007

 

Elle a avait publié :


L’immédiat labile, poèmes accompagnés de dessins de Jean-Jacques Lebel, éd. Polyphonix/Nepe, mars 2007

Scènes de crime, éd. ADN, Suisse, 2005

Polyphonix 25 ans, collectif, Flammarion/Léo Scheer, 2004

Les blasons du corps féminin, collectif, Spectres familiers, 1993

Les maux par les mots, avec Marie-Rose Lefèvre, Mercure de France, 1989

Impressions graphiques avec illusion d’optique – Livre-objet avec Sophie Boursat




 

18:08 Publié dans Écrivains | Lien permanent

Commentaires

et aujourd'hui c'était aussi, à Paris (Bagneux) le dernier voyage de Louisette Kahane, une femme intelligente, sensible ... qui avait adopté par chic la coiffure de Louise Brooks, adieu Louisette

Écrit par : gilda | mercredi, 28 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.