UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 avril 2011

Pascal Quignard, "nostalgia"

Pascal Quignard, Abîmes, Hofer, Mulhouse, Grasset, Folio«  Le mot nostalgia fut créé par un médecin de Mulhouse qui s’appelait Hofer. Cette invention eut lieu en 1678. Le médecin Hofer essayait de trouver un nom pour définir une maladie qui frappait les soldats mercenaires, particulièrement ceux natifs de Suisse.

Soudain ces Suisses, piétons ou officiers, sans même chercher à déserter les troupes dans lesquelles ils s’étaient engagés, se laissaient mourir dans le regret de leurs alpages.

Ils pleurent.

Quand ils parlent, ils rapportent sans fin les souvenirs des mœurs de leur enfance.

Ils se pendent aux branches des arbres en nommant les chiens de leurs troupeaux.

Le médecin Hofer chercha dans son dictionnaire de langue grecque le mot de retour puis préleva celui de souffrance. De l’addition de nostos et d’algos il fit nostalgia.

En façonnant ce nom, en 1678, il baptisa la maladie des baroques.

[…]

La nostalgie est une structure du temps humain qui fait songer au solstice dans le ciel.

[…]

La maladie du retour impossible du perdu — la nostalgia — est le premier vice de la pensée, à côté de l’appétence au langage. »

 

Pascal Quignard

Abîmes, extraits du chapitre xii

Grasset, 2002, rééd. Folio n°4138, 2004

photo © : C. Chambard

Commentaires

Texte magnifique, à l'image de ce mot qui a la beauté du désespoir. La nostalgie, source aussi de l'écriture (peut-être). Je pense encore (et toujours) à Celan, dont le recueil La Rose de Personne cherche à dire l'absence - qui n'existe que parce qu'il y a eu présence, donc nostalgie de cette présence évanouïe dans le temps qui passe ( ce "solstice dans le ciel" qui restera gravé en moi - merci beaucoup de nous le donner à lire):
"Un mot,
pour lequel j'ai bien voulu te perdre:
le mot
jamais.

Il y avait,
de temps en temps tu le savais aussi,
il y avait
une liberté.
Nous nagions.
[...]
Sais-tu encore que je chantais?

Cette -
ô cette dérive.

Jamais. Aval du monde. Je ne chantais pas. Ouverte
tu étais devant moi, devant
l'âme en voyage."
(Celan, La Rose de Personne, "Arbre-aux-lueurs", trad. Martine Broda).
Désolée d'avoir été si longue. Le texte de Pascal Quignard a suscité en moi cet écho...

Écrit par : Anne-Françoise | mercredi, 27 avril 2011

Un tres beau texte qui suscite des grosses émotions.

Écrit par : Achat guitare électrique pas cher | samedi, 22 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.