UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 octobre 2011

Iñigo de Satrustegui, "Tientos"

 image_large.jpg1

 

«  Représente-toi ce que cela veut dire, mourir : n’avoir jamais été. » Attrapée je ne sais où, enfant, dans un livre qui ne m’était pas destiné, cette phrase m’a imprimé par viol le sceau de la Ténèbre — mais encore, et comme un contrecoup, de tout ce qui vient et qui subsiste.

Rien d’autre, peut-être, malgré la frappe et ma jeunesse, que de très ancien et de très fruste, trop éprouvé, trop usé ; pourtant, cela se concentrait peu à peu sans que je fusse en mesure d’en rendre compte, avec la frayeur et la joie, dans le double sentiment, plus précis au fil des années, que toujours ce qui semblerait s’offrir d’abord à mes yeux se creuserait de soi-même, me demeurerait étranger sans recours possible et que les paroles destinées à le rapprocher comme à le soutenir se disperseraient dans je ne sais quel vide et pourraient aussi bien aller s’appliquer ailleurs. Ma ville, le fleuve, son port et, au-delà des faubourgs de maisons sans étage, ses zones marécageuses d’arbres rabougris et de roseaux, je la retrouvais dans la descriptions d’autres villes, en Amérique, au bord d’autres estuaires, et des ciels vastes tout pareils ; mais surtout mon étang au fond d’une combe boisée où le matin, venant à la pêche, qui fut ma passion jusqu’à quinze ans, je voyais se dessiner le jour dans la montée de la brume sur l’eau parmi toutes sortes des chants de l’aube et les sauts des poissons et le vol rasant et rabattu des hirondelles et les cris, certains jours, sans raison, il m’avalait ainsi que la baleine fit Jonas: je me trouvais séparé des choses familières mais compris dans un monde et comme par ce monde.

 

À quoi d’autre occupé-je ma vie, hors le travail par lequel je gagne mon pain, qu’à laisser advenir ce sentiment, parce que c’est ma vocation si ce peut en être une de ne rien faire de positif ? À vrai dire, je n’ai guère le choix: pour moi, tout se joue toujours là, et j’entre dans le discours convaincu que seuls les accents qui y résonnent apportent une réponse satisfaisante à son interrogation du monde et à la mienne — une réponse toujours spectrale, au-delà de son contenu, qui ne peut sourdre que dans le train de la création ou de la contemplation esthétiques, et à ses interstices. Reprendre, dès lors, comme ici, agencer, reculer, avancer, laisser inachevé, changer de pied, c’est-à-dire varier ce train et multiplier ces interstices, cela ne me semble pas vain.

Iñigo de Satrustegui

Tientos

in revue Fario n° 3


Iñigo de Satrustegui sera ce soir

jeudi 27 octobre à 18 h 30

à la Machine à lire

8, place du Parlement

où il présentera, en ma compagnie, son nouveau livre

Trois cahiers

publié à la William Blake & co. édit

 

14:19 | Lien permanent

jeudi, 13 octobre 2011

François Dominique, "Solène"

arton26442-41073.jpg« Si vous m’entendez, c’est que je serai morte depuis longtemps. »

Nous l’entendons Solène, mais je ne la crois pas morte pour autant. Elle vit, près de Lyon, sur les hauteurs, dans une grande maison, entourée d’un parc — étang, arbres & potager, bêtes… —, avec ses trois frères & ses parents. Elle vit, elle est vivante dans un temps indéterminé qui est peut-être celui qui suit une catastrophe ou plus simplement encore celui dans lequel nous nous débattons & qui est une catastrophe en soi. En tous cas dans le temps de la narration qui nous embarque dans le cerveau d’une petite fille qui entend peut-être ce que nous pensons. Nous lisons ses pensées sur la page, nous assistons à ses activités, ses rapports aux autres, à sa famille, au monde de l’autre côté des murs des Lisières, à ce qu’elle veut bien nous confier — à nous d’un temps qui serait postérieur au sien si nous l’en croyons — par la grâce de François Dominique qui écrit là un des livres les plus surprenants, les plus attachants, les plus déroutants, un petit événement dont on a peur qu’il passe inaperçu au milieu de l’agitation de cette rentrée éprouvante.

Le monde selon Solène, le périmètre dans lequel elle nous entraîne, est empli de végétation, de bêtes & d’inconnu(s) : les ombres létales, les Ravagés & les Blafards… ce n’est pas un monde tranquille. Pourtant, au cœur des Lisières, la famille survit, chacun s’occupe de ses affaires, de ses mystères. Le père médecin, la mère musicienne, les grands frères Nick & Rob, le plus jeune Ludo qui est très proche de la petite fille — ils dorment d’ailleurs dans la même chambre — forment une famille, mais une famille dans laquelle chacun à le sens de sa propre individualité & où chacun pour ainsi dire se méfie de l’autre.

Tout en haut, sous les combles, au sommet d’un escalier plaintif, il ya a cette chambre blanche énigmatique dans laquelle tout va se précipiter pour Solène, pour Ludo, & peut-être pour chacun. L’ombre gagne sur le blanc. Fallait-il entrer dans cette pièce, fallait-il risquer l’inconnu, le secret ? Fallait-il risquer le démantèlement de la phrase, la perte du langage, des mots, de la syntaxe, des jeux, des devinettes, des portraits chinois, pour un secret qui n’en est sans doute pas un… Fallait-il, en perdant l’innocence, laisser surgir la peur qu’elle avait si bien contenue jusque là ? Solène ne joue t’elle avec le feu, avec la vie, avec la narration qui les tient en vie, elle & les siens : « J’ai vu en rêve une horde de mots qui se perdaient dans l’air et revenaient en lambeaux… Je pense à ces millions de mots plus vite effacés que la poussière par le vent ;  je pense à tous les mots qui me précèdent, à tous ceux qui me suivront. Je voudrais tellement les ramasser, en faire quelques bouquets avant que le silence n’avale tout et ne s’avale lui-même ».

Le chaos rôde, mais où est-il le plus fort, à l’entour des Lisières ou au cœur de chacun ?

Solène n’est pas une fable, c’est un roman terrible & doux comme un rêve d’enfant, plein des mots qui constituent un être, une petite fille, qui se heurte au monde dans lequel ses mots n’auront plus la même valeur, l’oublieront, la nieront sans doute, elle seule en sera garante jusqu’au bout, jusqu’à ne plus pouvoir les prononcer, jusquà créer son propre langage dans lequel vivre &/ou disparaître : «  Cigales… abeilles… étoiles… fadosol… Sol… cig… ab… ét… cig… cig… cig… je… s’en va. »

 

Claude Chambard

 

François Dominiquefrancoisdominique.jpg

Solène

14x22 ; 136 p. ; 14€50 isbn : 978.2.86432.654.0

Verdier, 2011, http://www.editions-verdier.fr/v3/index.php

 

dimanche, 09 octobre 2011

Anne-Françoise Kavauvea, des trains à travers la plaine

Bien bel article d'Anne-Françoise sur le coffret "des trains à travers la plaine" où je suis en compagnie d'Éric Pessan, de Marie Cosnay & de Jérôme Lafargue, aux éditions de l'atelier In8.

http://annefrancoisekavauvea.blogspot.com/2011/10/des-tra...

COFFRET___Bashun_4e85c31ba1688.jpg

 

aussi les amis d'Aqui !

http://www.aqui.fr/cultures/la-rentree-des-editeurs-des-t...

 

& l'éditeur tout de même

http://editions.atelier-in8.com/catalogue/collection-porte-a-cote/coffret-bashung-des-trains-a-travers-la-plaine/index.php?category_id=2&flypage=flypage.tpl