UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 mars 2013

Jean Rodier, « En remontant les ruisseaux »

AVT_Jean-Rodier_8479.jpg

« Je me souviens aussi des rivières qui n’existent pas, que j’ai visitées en rêve, dans une extension de territoires bien réels indétectable à l’état de veille. De tel modeste exutoire d’étang du Seuil du Poitou, j’ai fait un ru cascadant, qui creusait dans les parties molles du bois des refuges pour le vairons, les truites et les perches. Dans un pli du paysage je lui ai découvert un affluent que j’ai plusieurs fois remonté sans jamais parvenir à sa source. Je revenais le visiter, le reconnaissais, y pêchais, y retournais enfant aux jambes griffées par les épines noires et les ronces. Mes rêves m’y ramenaient avec une telle fidélité qu’il m’arrive de douter de leur inexistence. Je pourrais les décrire, les dessiner, énoncer les poissons que j’en ai extraits, ceux que j’ai ratés, les sentiments et les sensations qu’ils m’ont procurés. Les rivières sont le fond de l’esprit où nagent les rêves.

[…]

Ne plus faire que ça, se promener au bord du ruisseau, pêchant, ne pêchant pas. Ruisseau, élément presque complet pour l’homme (quoique moins que pour la loutre) : herbes des rives, eau claire et truites — ne manquent que le pain et le sel, quelques œufs, un jardin, les maigres fruits de Margeride.

Toute une vie attachée à décrire ce ruisseau, en tous ses accidents et figures, tous ses habitants, ses crues, ses étiages, sa couleur, sa température et sa force, se changements selon l’heure, la lumière, les météores, chaque péripétie des saisons, l’empreinte de rat, de vache, de loutre, de chèvre, d’oiseau, traces de serpent et de vers, les animaux qui s’y désaltèrent, ce qui s’y reflète, sa flore, son goût… »

 

Jean Rodier

En remontant les ruisseaux sur l’Aubrac et la Margeride

 L’Escampette, 2010


Dixième page pour fêter les 20 ans de L’Escampette

15:17 Publié dans Écrivains, Édition | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.