UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 novembre 2013

Claude Favre, « Vrac conversations »

GetBlob.jpg

« ­­_Me souviens je me souviens me semble ma toute première fois lecture d’autres avant moi le journal à l’envers il y était question de mondes à découvrir de brèches d’énigmes d’autant plus réjouissantes que les signes noirs semblaient si proches presque pareils presque de même envergure de même départ presque de même corps avec un goût de too much qui ne se démentira pas et c’est ce presque à la fois ça et pas ça qui fut la plus merveilleuse découverte de la vie presque ça presque

 

_M’exténue à lire à bout j’y vais tendue il me faut lire à moitié assise sur un bord dur ou debout un pied sur la chaise ou accroupie comme une bête sauvage aux aguets approchée par le corps qui joue de tout son asthme jamais au lit détendue serait d’énerves comme quoi lire m’est un pourchas un duel une bagarre un ravage y arriverais-je cette fois-ci comme dans un galop frémissant battant la forêt les jambes du cheval roulent les pierres diminuent le chemin le précipice est si près et il sied parfois de couper les ponts 

 

_Fougue pour rassembler le corps pour aller de l’avant quoi qu’on découvre un tel voyage peut ne pas avoir de retour lire me distance me renie me met en danger alors lire en marches le livre rentré dans la tête qui fait battre le cœur debout »

 

 Claude Favre

 Vrac conversations

 Éditions de l’Attente, 2013

12:49 Publié dans Écrivains | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.