UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 février 2015

Lu Yu, « Le vieil homme qui n’en fait qu’à sa guise »

lu yu,levieil homme qui n'en fait qu'à sa guise, moundarren

La chambre chaude

 

ma fourrure douce est supérieure à du renard blanc

mon poêle est aussi chaud que ceux chauffés au charbon de première qualité de la Cour

le paravent en papier a la forme d’une montagne

la couverture en tissu ressemble à un quadrillage de calligraphie

pour ménager mes yeux le store est rarement enroulé

pour préserver l’encens la porte est souvent fermée

au soleil du crépuscule d’un profond sommeil je me réveille

je me lave et scande les classiques de la Cour jaune*

 

Lu Yu

Le vieil homme qui n’en fait qu’à sa guise

poèmes choisis et traduits du chinois par Cheng Wing fun & Hervé Collet

Moundarren, 1995, rééd. 2012

 

 * Les Classiques de la Cour jaune : les Classiques taoïstes

Les commentaires sont fermés.