UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 décembre 2016

Pétrarque, « Canzoniere »

Portrait-de-Petrarque_reference.jpg
Pétrarque par Giorgio Vasari, Palais Fesch, Ajaccio

 

« Il se compare au papillon

 

Comme parfois, au temps des chaleurs, on voit l’ignorant papillon charmé par la lumière voler pour son plaisir dans les yeux d’autrui, d’où il arrive qu’il meurt et qu’un autre est affligé ;

Ainsi sans cesse je cours vers mon fatal soleil qui brille en ces yeux d’où me vient une si grande douceur ; car Amour ne respecte pas le frein de la raison, et celui qui voit est vaincu par celui qui veut.
Et je vois bien à quel point ceux-ci me trouvent fâcheux, et je sais que j’en mourrai certainement, puisque ma vertu est impuissante contre ce tourment :

Mais Amour m’éblouit si délicieusement, que je pleure l’ennui d’autrui, et non mon propre malheur ; et mon âme aveugle consent à son trépas. »

 

Pétrarque

Canzoniere

Traduit du latin par Ferdinand L. de Gramont

Préface et notes de Jean-Michel Gardair

Poésie/Gallimard, 1983

Commentaires

Molto bello!

Écrit par : Jouanard | mercredi, 28 décembre 2016

merveilleux et je me procure le livre,
merci
j'acques

Écrit par : J'estager | mercredi, 28 décembre 2016

Les commentaires sont fermés.