UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 février 2017

Hugh Raffles, « Insectopédie »

level_02_author2.png

DR

 

« “Il n’y avait aucune raison de dénier une âme à ces bestioles*”, dit Jacques Austerlitz dans le roman de W.G. Sebald. Se souvenant des nuits de son enfance, il s’interroge : Les phalènes rêvent-elles ? Savent-elles qu’elles sont perdues quand, égarées par la flamme, elles entrent dans une maison pour y mourir ?

Quelle était la question de von Frisch : L’abeille est-elle douée de parole ? Non, ce n’était pas cela. Tout d’abord, il s’est dit : Il n’y a vraiment aucune raison de penser que les abeilles soient privées de langage. Puis il s’est mis à interroger : Ma petite camarade, que dit-elle ?

Pauvres abeilles. Elles sont à plaindre et il nous faut les protéger. En cela, également, leur indifférence est vaine. Elles sont trop prisonnières du langage. Les abeilles et nous, maintenus dans une si distante proximité. Même par von Frisch et Lindauer, qui les aimaient si intensément, qui trouvaient en elles une forme de rédemption loin des horreurs brutales de leur temps… Vous vous souvenez de tout ce qu’ils pouvaient mettre en œuvre pour prouver les capacités de leurs petits protégés ?

Mais laissons là les paradoxes. Leur accorder le langage était à la fois célébrer leur différence et les condamner à l’impossibilité, les cantonner à un registre purement mimétique, dans lequel elles ne pouvaient qu’échouer, et (mé)prendre “l’autoréférentialité linguistique [pour] le paradigme de l’autoréférentialité en général**”. Mais bien sûr l’échec est humain (scientifique, certes, mais humain tout de même) ; nous échouons en étant incapables d’imaginer la sociabilité et la communication autrement qu’à travers quelque chose qui s’apparente au langage, nous échouons en nous plaçant d’emblée au sommet de cette pyramide linguistique. Quelle folie de juger les insectes – si anciens, si divers, si accomplis, si performants, si élégants, si étonnants, si mystérieux, si inconnus – selon des critères qu’ils ne pourront jamais remplir et dont ils n’ont cure ! Quelle idiotie de mépriser leurs talents et de ne voir que leurs supposées déficiences ! De quelle misérable pauvreté d’imagination faisons-nous preuve lorsque nous ne les considérons que sous l’angle de ce qu’ils peuvent apporter à notre compréhension de nous-même ! Quelle tristesse terrible, lorsque le langage nous fait défaut. »

 

* W.G. Sebald, Austerlitz, traduit de l’allemand par Patrick Charbonneau, Actes Sud, 2002

** Eva M. Knodt, préface à Niklas Luhmann, Social Systems, traduit de l’allemand par John Bednarz Jr et Dirk Baeker, Palo Alto, Stanford University Press, 1995

Hugh Raffles

Insectopédie

Traduit de l’anglais par Mathieu Dumont

Coll. Domaine sauvage, éditions Wildproject, 2016

http://wildproject.org/

http://www.insectopedia.org/about.html

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.