UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 juillet 2017

Ingeborg Bachmann, « Avec douceur et délicatesse »

arton1274.jpg

DR

 

« Tout est mort. Tout mort.

Et dans ma panière à pain argentée

moisit le trognon de pomme séché

qui ne pouvait plus descendre.

 

Sur mes assiettes, qui y mange,

il doit rester un morceau de la corde

qui a été tressée pour moi.

Dans mon lit, qui y est couché,

doit encore bruisser la nuit le bout de papier

que j’y ai cousu.

 

Si peu de présence ! Il n’y a

que les objets lointains que je hante encore,

la lampe, la lumière,

là je l’allume et signifie :

 

tout le sang, ce flot de sang qui

a coulé. Mes assassins. »

 

Ingeborg Bachmann

Toute personne qui tombe a des ailes

Édition, introduction et traduction de l’allemand (Autriche) par François Rétif

Poésie / Gallimard, 2015

 

 

 

12:17 Publié dans Écrivains, Édition | Lien permanent

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.