UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 janvier 2019

James Sacré – Guy Calamusa, « Et parier que dedans se donne aussi la beauté »

50324121_2015080681861203_1451875159966220288_n.jpg

 

« Le plus beau poème n’est jamais

Que le reste de quelque chose

**

On ne sait trop ce que pourrait être

Les chutes, les copeaux d’un poème,

Des mots restés dans un brouillon, venus pourtant

A cause d’un paysage qu’on a parcouru

Ou pour tenir compagnie

A des dessins qu’on t’envoie, non aboutis.

 

Des mots dont on a pensé

Qu’ils ne pouvaient pas

Se constituer en poème et pourtant les voilà

En forme de dizain pour faire semblant d’en être un

**

A force de vouloir être dans un brouillon d’écriture

Plutôt que d’arriver dans un poème bien foutu

(Oui, le mot qui convient : si grande jouissance de l’avoir écrit

Si même dans un peu d’inquiétude)

A force de mal dessiner exprès, et de jeter comme au hasard

De la couleur sur un papier

 

Si quand même voilà pas

Un vrai poème à te proposer, lecteur

Avec un vrai dessin qui le tient ? »

 

 

James Sacré

Et parier que dedans se donne aussi la beauté

Dessins de Guy Calamusa

Coll. Territoires

Æncrages & Co

http://aencrages.free.fr/rub/fiche/territoires3.htm

Les commentaires sont fermés.