UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 septembre 2019

Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes

dsc_0106.jpg

 

 

Les dynasties des Song (du Nord, 960-1127 et du Sud, 1127-1279) furent prospères en tout, même en poésie. Zhang Xian, Yan Shu, Ouyang Xiu, Wang Anshi, Su Dongpo (Su Shi), Huang Tingjian, Qin Guang, Chen Yuyi, Yang Wanli, Lu You, Xin Qiji, Juang Kui… pour n’en citer que quelques uns, bien qu’arrivant après leurs illustres prédécesseurs des Tang, qui ont souvent les préférences des amateurs, produisent des œuvres très rythmées, très subtiles, souvent poèmes à chanter, où les grands thèmes sont abordés avec un angle particulièrement inventif, narratif, et comme une véritable voie de la connaissance de soi. Le choix proposé ici par les éditions de la Cerise offre des poèmes souvent inédits encore pour le lecteur français, si parfaitement accompagnés de peintures de Dai Dunbang toutes vibrantes des atmosphères si particulières de l’art chinois qu’elles sont un juste trait d’union entre passé et présent.

 

Li Qïng Zháo, « Sur l’air de Le printemps au Tombeau-des-Braves »

 

« Le vent est tombé, la poussière embaume, les fleurs sont déjà passées,

Il se fait tard et je suis lassée de me peigner.

Le monde est là, il n’y est pas, tout est fini.

Je voudrais parler, mais les larmes coulent en premier.

 

J’entends dire que sur les Deux-Rivières, le printemps reste beau,

Alors me vient le projet d’aller y canoter.

Je crains pourtant que sur les Deux-Rivières une sauterelle, ce frêle esquif,

Ne puisse emporter autant de chagrin. »

 

quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes,li qïng zháo,zhü xinbertrand goujard,dai dunbang,éditions de la cerise

 

Zhü Xi, « Dans l’estuaire vogue le navire »

 

« La nuit dernière sur le petit navire : un ciré pour la pluie,

Plein fleuve de vent et de vagues : à la nuit qu’y faire ?

Ce matin seul, on veut rouler la toile pour regarder,

Rien n’a changé : des montagnes bleues et des bois verts partout. »

 

Li Qïng Zháo, 1084-après 1149 – Zhü Xi, 1130-1200

in Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes

Poèmes Song traduits par Bertrand Goujard & illustrés par Dai Dunbang

La cerise sur le gâteau, éditions de la Cerise, 2017

https://www.editionsdelacerise.com/livre/quand-mon-ame-vagabonde-en-ces-anciens-royaumes

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.