UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 septembre 2019

David Collin, « La grande diagonale »

preview.victor-segalen---75078_token_9avfuvxs.jpg

Victor Segalen en Chine

 

Voici un petit livre rose qui est bien plus copieux qu’il n’en a l’air. C’est que l’histoire conjointe de Victor Segalen & de David Collin est passionnante. D’une rencontre dans la boîte d’un bouquiniste avec quelques livres au début des années 2000 à la publication de ce livre, il y eut une belle & longue diagonale entre les deux écrivains avec de magnifiques évitements, de splendides bifurcations, des échecs qui sont des avancées lumineuses. Ce livre ne serait-il que cela, l’histoire d’un échec à écrire sur Segalen, qu’il serait déjà une réussite, mais, mieux, il est, sur le fil, une ouverture, un partage, une lecture, de la vie & des livres de l’auteur des Immémoriaux, de René Leys, d’Équipée, de Stèles & autres Peintures qui doivent ne jamais quitter la bibliothèque de l’honnête homme. De livre en livre, David Collin, trace sa propre diagonale qui passant par des Cercles mémoriaux se dirige Vers les confins improbables et absolument nécessaires.

 

« La devise Segalen est un sceau chinois qui s’apparente au plan d’une ville labyrinthique. Couleur cinabre, le sceau dépose son empreinte empoisonnée sur la stèle de papier et signale aux correspondants l’origine d’une lettre, la physionomie de l’expéditeur. Le sceau rouge déploie l’étendard de l’amitié et dépose l’impérial salut.

 

L’assemblage des caractères sigillaires doit tout au hasard. On pourrait tout aussi bien dire le contraire.

 

Le labyrinthe est un espace de pensée.

Le labyrinthe est une ville.

Il est Pékin.

 

Il est fait d’avancées, de reculées, des défilés et des portes de la Ville Impériale, qui forment le noyau, compliquent et allongent le chemin (Lettres de Chine), où déambulent Segalen et les personnages de René Leys. Il est la Cité interdite aux innombrables portes et couloirs et, par extension, la Chine entière.

Le labyrinthe est une ramification de signes et de directions opposées qui reviennent après mille détours vers le centre de soi. Le labyrinthe est le manifeste d’une manière de progresser et de cheminer. Si la diagonale guide, donne la direction principale et la résolution sans faille qui consiste à accomplir un exploit, à ne laisser aucun obstacle entraver la route, le labyrinthe honore la ligne brisée, géographique et temporelle, les départs démultipliés, ajournés, les impasses, l’errance et le vagabondage comme secrets exercices de la liberté. Pour retrouver la ligne, échapper aux pillards et aux révolutionnaires sans perdre l’horizon à atteindre : le détour. Comme sagesse d’un voyageur qui garde la cap malgré les écarts nécessaires, qui tourne autour d’un axe de progression avec marches de crabes et spirales successives qui s’écartent et se rapprochent mais s’en vont bien plus vivement encore vers une destination lointaine.

 

Prenez donc le chemin de la terre, méticuleusement divisé, et qui d’ailleurs, par de longs détours, conduit à peu près au même but. Victor Segalen, Peintures.  »

 

David Collin

La grande diagonale

Coll. Les Singuliers, Hippocampe, 2019

http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=7424&menu=2

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.