UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 février 2020

Christine de Pizan, « Ce jour saint Valentin… »

christine-de-pisan-352638.jpg

Christine de Pizan  & Etienne de Castel, The British Library Board.

 

L’amant

 

Ce jour de la Saint-Valentin, ma belle dame,

Je vous choisis pour dame pour l’année

Et pour toujours une fois pour toutes.

Bien que je vous aie déjà donné

Mon amour sans faille,

Ce jour, pour maintenir l’usage

Des amoureux dont je fais partie,

Je vous retiens à nouveau, belle et sage.

 

Le doux printemps où tout se renouvelle

Commence ce soir ; tout amoureux

Doit donc ce jour retenir pour maîtresse

Dame ou jeune fille, mais jamais

Ne s’achèvera l’amour que sans partage

Je mis en vous, c’est pour toujours,

Et pour montrer que je ne cherche pas à m’en repentir

Je vous retiens à nouveau, belle et sage.

 

Je serai gai dans la saison nouvelle

Pour votre amour, soir et matin,

Car j’espère avoir beaucoup de nouvelles

De vous ; j’en manifesterai une grande joie,

Comme il est juste, si votre doux cœur

Veut consentir à mon bonheur.

Quoi qu’il en soit, jusqu’au mourir,

Je vous retiens à nouveau, belle et sage.

 

Souveraine de toutes, sans mentir,

Amour m’a mis dans un tel servage

Qu’il ne pourrait faiblir :

Je vous retiens à nouveau, belle et sage.

 

La dame

 

Très doux ami, pour ta grande joie

Je te choisis de nouveau et retiens

Ce jour de Saint-Valentin, où Amour

Prend volontiers sa proie : je te donne

À nouveau mon cœur. Bien que depuis longtemps

Il fût tout à toi, je te le confirme à nouveau

Et promet de t’aimer d’un amour sûr.

 

Pour ami, pour toujours, où que je sois

Je t’ai retenu et jamais le lien

N’en sera rompu. Mettons-nous sur le chemin

De la joie dans ce doux temps, plein de félicité,

Qui commence ce soir ; je l’affirme,

Je suis à toi, rien ne peut m’en détacher,

Et promets de t’aimer d’un amour sûr.

 

Il est juste que ton cœur s’en réjouisse

Et que pour moi, en acte et en maintien,

Tu sois joyeux en ce temps où tout

Se réjouit ; je me tiens aussi

Au doux plaisir que je retiens de mon côté,

Car vrai amour me l’a durablement donné,

Et promets de t’aimer d’un amour sûr.

 

Ainsi, ami, je suis à toi, sans fin

Et promets de t’aimer d’amour sûr. »

 

Christine de Pizan

Cent ballades d’amant et de dame

Présentation, édition et traduction de Jacqueline Cerquiglini-Toulet

Poésie / Gallimard, 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.