UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 mars 2020

Lu Yu, « La nuit du 18e jour du 7e mois, composé sur l’oreiller »

luyu1-1.jpeg

 

« un éclair jaillit, il fait clair comme en plein jour

pas encore apaisé le tonnerre gronde

les nuages défilent confusément puis disparaissent

lentement monte la lune solitaire

dans les herbes couvertes de rosée des criquets conversent

le vent dans les branches effraie les pies

dès que la fraîcheur naît je me sens enfin à l’aise

je dors profondément jusqu’à ce qu’à la fenêtre il fasse jour »

 

Lu Yu

Le vieil homme qui n’en fait qu’à sa guise

Poèmes choisis et traduits du chinois par Cheng Wing fun & Hervé Collet

Moundarren, 1995, rééd. 2012

https://moundarren.com/livre/lu-yu/

Commentaires

Merci, Claude Chambard, cette collection est d'ailleurs merveilleuse. Dommage que les prix des ouvrages soient assez élevés mais on fait des sacrifices pour s'en procurer, et leur lecture demeure un long bonheur !
Bien à vous.

Écrit par : yves lemoine | vendredi, 06 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Bon, j'ai enfin compris qu'il fallait s'identifier !!!!
Magnifique livre.

Écrit par : Gil Jouanard | vendredi, 06 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.