UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 avril 2020

Jean Ristat, « Le Parlement d’amour »

AVT_Jean-Ristat_6601.jpg

DR

 

« J’aurai vieilli avant l’âge dans le regard

Des jeunes gens comme un miroir éteint l’ardeur

N’y fait rien quand les loups rôdent par les chemins

Sautent de rochers en rochers ou bien se terrent

Dans les cavernes immobiles l’œil mauvais la

Bouche pour mordre lorsque passe un enfant pâle

Et solitaire je poursuis ma route sans

Savoir où la nuit m’emporte j’attends le dé

Nouement à qui parler quelle épaule où crier

Je n’entends que le vent dans les pins sa chanson

Triste et monotone comme un air démodé

Demain peut-être il fera jour demain peut-être

Nous ne mourrons pas nous oublierons le malheur

Il y aura dans les verres un vin d’italie

Des palmes pour l’amour et dans la tête des

Cloches comme à pâques la volée bourdonne

Pour croire encore au printemps nous n’aurons plus peur »

 

Jean Ristat

Le Parlement d’amour

Gallimard,1993

Commentaires

conquise par ces mots," j'attends le dénouement," vérité criante par les mots du poète, le rayonnement d'un vin d'Italie, les envolées de cloches, nos repères.. j'aurais vieilli dans le regard des jeunes... le printemps là,inondé d'espoir

Écrit par : Sophie Marie van der pas | vendredi, 24 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.