UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 juin 2020

Marcelline Roux, « Carnet pour et avec Emma »

Les Inédits du Malentendu, volume 4.

bulle griffee e.glodt.jpg

Bulle griffée, Emma Glodt

 

Ce carnet aurait dû se refermer le 4 juin 2020 et être lu lors du vernissage de l’exposition des photographies d’Emma Glodt à la Galerie d’Art de Corbeil-Essonnes. Le confinement en a décidé autrement. Le carnet restera ouvert jusqu’en janvier 2021, date de report de l’exposition.

 

 

Celle qui regarde pourrait

 

être embarquée dans un sous-marin

voir le monde à travers un hublot, début du véritable savoir selon Jules Verne,

 

être enfermée dans une capsule spatiale jouant au-delà des nuages,

 

ou simplement spectatrice derrière une fenêtre, immobile face au monde.

 

Pour celle qui regarde,

des bulles de temps flottent, voyagent, passent comme le sang dans les veines.

 

Elle a la force d’y être, d’y revenir, d’oser la répétition surtout quand le corps rechigne.

 

Celle qui regarde n’est pas celle qui marche mais celle qui vient se déposer,

croit encore au cadre, au frémissement des couleurs, à la présence de l’arbre.

 

Elle invite au grain d’un soir, au bruissement d’un matin.

 

Sa contemplation charrie des ciels tourmentés, des lumières étrangères.

L’arrêt sur image n’en finit pas de passer.

Le rituel l’accroche, la retient tandis que la nature découd le dehors comme le dedans.

 

Celle qui regarde tisse avec le sauvage de la douleur, l’apprivoise,

y glisse des tremblements, des bougés, de l’épaisseur,

quitte à griffer la surface des choses.

 

Elle ne peut mentir,

adoucir le monde d’en face, qui se dresse chaque matin comme un défi,

une image à prendre ou à laisser s’évanouir dans un souvenir.

 

 

 

Sa chambre est camera obscura et pourtant capte la lumière.

Sa Vita Nova débute dans une autre chambre, imposée par le corps.

Sa vue cherche vallons, toits éloignés, brumes et natures mortes.

La ville et l’humain ont été mis à distance.

 

Elle a osé le repli au creux ou au sommet des monts

selon la foi qu’elle accorde au geste qui capte l’instant.

 

22 Février 2020, je lui envoie par texto : « J’attends tes images, comme on attend des nouvelles des éléments, des bouleversements cosmogoniques. Beau temps sur Corbeil ». Pour elle, j’ai ouvert un nouveau carnet. J’ai la manie des carnets et ses instantanés feront bon ménage avec ce genre du quotidien. Envie d’écrire à partir de ses percées et griffer moi aussi du papier. Envie d’une correspondance légère entre mots et images, au ras de l’ordinaire.

 

22 février 10H49, je reçois cinq images et une vidéo : une maison bouge, un chemin, une forêt-nuages, une encre, un nuage solitaire.

 

23 février 12H10, un portrait d’elle apparaît sur Facebook. Un regard face, des yeux ronds et bleus comme les bulles de ses photos, des pointillés comme un voile de pixels, tiré sur la moitié du visage comme si le portrait ne pouvait pas tout dire, qu’il fallait deviner sa part cachée, la construire autrement. Tirer des lignes, se montrer à points comptés, broder autour de soi, chercher les lettres manquantes comme dans une grille de mots croisés : n’est-ce pas le lot de chacun ?

 

29 février 18H43, me parviennent des images de brins d’herbe. La lumière est celle de mon jour : éclair entre giboulées. Le vent secoue et la cabane virtuelle laisse tout passer. J’ai cru que ma maison meulière ne résisterait pas plus que ces traits esquissés. Pluie, bourrasques, dérèglements non virtuels de nos temps présents.

 

12 mars, dans le TGV vers Angers, je goûte aux images à grande vitesse à l’exact opposé des prises immobiles d’Emma. Points communs : la vitre striée qui donne la sensation d’images retravaillées, l’écran de la fenêtre qui fait cadre, découpe le réel et invite à chercher ce qui se cache, à rêver de netteté, de captation de la vision fugitive.

 

21 mars , nous sommes tous passés de l’autre côté du miroir. On ne sort plus de chez nous : confinés depuis le début de la semaine et les photographies de nature, de brume, d’herbe sont comme des pieds de nez, des souvenirs insuffisamment savourés, ou déjà les images d’un avant. Elles deviennent mes randonnées visuelles. Pas envie d’ajouter un journal de confinement à tous ceux qui vont être écrits mais juste tenter de poursuivre ce carnet.

 

 

Marcelline Roux

Carnet pour et avec Emma

Inédit

https://www.emma-glodt.com/

Commentaires

j'ai beaucoup aimé ces lignes qui collent très bien aux photos d'Emma.
sensibilité et beauté chez toutes les deux.
cfg

Écrit par : cfg | mardi, 30 juin 2020

Répondre à ce commentaire

Absence de présence humaine dans la série de photos "paysages" mais le regard d'Emma rempli d'humanité.
J'aime beaucoup l'image du regard à travers un hublot à la fois un recul et une observation sensible.
Et le dé confinement, on ouvre le hublot!
Merci à vous
NM

Écrit par : méresse nicole | mardi, 07 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.