UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 octobre 2007

CIPM

03abec201a3adf8cdf5075d64b64268d.gifLes incertitudes du cipM

Imprimer cette page

 


Ce jeudi 25 octobre, 11 h 30, à l’Opéra de Marseille va être présenté le projet de candidature de Marseille Provence, capitale européenne de la culture en 2013.

À l’heure où cette présentation va avoir lieu, et après les incertitudes qui ont pesé ou qui pèsent encore sur le comptoir Toussaint / Victorine et sur le théâtre de la Minoterie, des incertitudes pèsent aussi depuis quelque temps sur le cipM (centre international de poésie Marseille).

La convention d’occupation triennale entre le cipM – créé en 1990 à la demande de la Ville de Marseille – et cette dernière arrive légalement à terme le 6 mai 2008.
La DGAC (Direction Générale des Affaires Culturelles) ne souhaite pas renouveler cette convention, aux prétextes de sécurité et de circulations différenciées pour des publics non muséaux.

Cette situation n’est pas nouvelle puisqu’elle dure depuis plus de trois ans, mais finit par nous lasser et par nous empêcher de travailler sereinement.

Pour mémoire, la même demande, quitter la Vieille Charité, nous avait été faite il y a quelques années, nous avons alors prospecté plusieurs locaux, et proposé à la DGAC d’occuper sur la Canebière l’ancienne librairie Flammarion. Après visite et chiffrage, la DGAC nous demande de trouver avec ses autres partenaires environ 50 % du financement de l’ensemble des travaux d’aménagements.
Le cipM les trouve, la DGAC nous fait alors part de notre incompréhension, nous signifiant que les 50 % s’appliquent à l’ensemble de l’opération ! Nous ne nous décourageons pas et quelques mois plus tard (assez fiers, il faut le dire), nous annonçons que nous avons trouvé auprès de nos autres partenaires (État, Région, Département) 950 000 euro.
C’est alors que se fait un assourdissant silence : nous n’aurons jamais de réponse écrite à propos de ce projet de la part de la DGAC.

À l’heure de la candidature de Marseille Provence, capitale européenne de la culture en 2013, hors l’injonction de la DGAC de nous faire quitter la Vieille Charité, nous ne savons pas quelles seraient les conditions, notamment financières, d’un relogement. Conditions que nous avons pourtant demandées à plusieurs reprises.

À l’heure de la candidature de Marseille Provence, capitale européenne de la culture en 2013, hors l’injonction de la DGAC de nous faire quitter la Vieille Charité aux prétextes de sécurité et de circulations différenciées pour des publics non muséaux (mais comment donc différencier un public muséal d’un public non muséal ? Ne vont-ils pas, publics confondus, visiter un bâtiment, regarder une exposition, travailler dans une bibliothèque ou un centre de documentation, se restaurer dans un café, acheter des livres dans une librairie ?), nous ne savons pas quelles seraient les conditions de sécurité à respecter afin de pouvoir rester à moindres frais pour la Ville de Marseille sur ce lieu.

À l’heure de la candidature de Marseille Provence, capitale européenne de la culture en 2013, nous nous demandons tout simplement si la DGAC a le désir de soutenir le cipM, de lui laisser la possibilité de continuer son travail entamé il y a bientôt dix-huit ans.

Travail, action, ténacité, rayonnement que nous avons su donner à ce lieu, cohérence et originalité de notre démarche, mais aussi compréhension, écoute et soutien de nos partenaires, des poètes et écrivains, qui nous ont valu une reconnaissance nationale et internationale.

À l’heure de la candidature de Marseille Provence, capitale européenne de la culture en 2013, nous ne voudrions pas commencer une nouvelle année en ne sachant pas dans quel lieu nous pourrons assurer notre programmation, dans quel lieu se trouveront les quelques 40 000 documents de notre bibliothèque unique en France, dans quel lieu nous pourrons accueillir nos résidents, dans quel lieu nous pourrons montrer nos expositions, dans quel lieu nous pourrons organiser nos lectures et performances, dans quel lieu nous pourrons tout simplement continuer à faire rayonner la poésie.

Pour nous exprimer votre soutien, signez cette pétition via internet, à cette adresse : Les Incertitudes du cipM


JE SOUTIENS LE CIPM

Nom :
Prénom :
Profession :
Adresse :
Signature :

11:20 Publié dans Manifestations | Lien permanent

mercredi, 10 octobre 2007

Ritournelles

c6f912405649d87db6d8e2a57b4dc73b.jpgOuverture du festival Ritournelles
autour des éditions Inventaire-Invention

mercredi 10 octobre

Loft privé, 9 rue Maurice, 33000 Bordeaux
Parking Chartrons Hangar 15/16
Tram B Arrêt Cours du Médoc


Lectures et concert avec Eddie Ladoire et Mathieu Immer
Avec : Philippe Adam / Julien Blaine / Patrick Bouvet / Jean-Michel Espitallier

D’abord pôle multimédia de création littéraire, la revue Inventaire-Invention créée en 1999 est devenue peu à peu une petite maison d’édition pas tout à fait comme les autres. Les courts textes publiés et diffusés en librairies par ces éditions sont aussi disponibles en accès libre sur Internet. http://www.inventaire-invention.com
« Ce qui me tient à coeur, c’est la question de l’écriture du réel. Cette notion extrêmement contradictoire, complexe, qui veut tout et rien dire mais qui me parle. Le réel ne tient pas en place, ne se laisse pas saisir, il est fuyant. Vouloir croire comme dans l’écriture réaliste que c’est en employant une langue plate et sans recherche qu’on va saisir le réel est une erreur fondamentale. Le réel se fout de ça. Il attend autre chose. L’idée d’Inventaire/Invention est basée sur cette espèce d’instabilité foncière, l’impossibilité de dire ‘‘le réel est là’’. Le réel est tout sauf là. Il est où on ne l’attend pas. »

Philippe Adam est l’auteur d’un premier roman remarqué, De Beaux restes (Verticales, 2002). Il a ensuite conçu pour la collection Minimales un étrange pari littéraire avec La Société des amis de Clémence Picot (Verticales, 2003). Canal Tamagawa, son troisième texte, a été écrit à la Villa Kujoyama à Kyoto en 2004 (Verticales).
Il a également publié chez Inventaire/Invention éditions
Chirurgie, 2002.
Le syndrome de Paris, 2005.
France audioguide, 2007.


Julien Blaine. Poète et performeur, Julien Blaine est un acteur incontournable de la littérature contemporaine. Il est également le créateur du Centre International de Poésie de Marseille (cipM), de la revue d’avant garde Dock(’s) et de nombreuses manifestations publiques.
« Pas besoin d’en rajouter, JB, est un pilier majeur de la poésie contemporaine française et l’un de ceux qui passent le mieux la rampe des lectures publiques, y compris à l’étranger. Mais c’est aussi un hyper-activiste que les ennemis de la poésie et les artistes plus ou moins usurpateurs des découvertes des poètes ont bien du mal à contenir ! C’est dans ses débordements tonitruants ou drolatiques qu’on le préfère.»
sitaudis.com

Patrick Bouvet. Écrivain et plasticien, Patrick Bouvet expérimente une écriture croisant
les techniques musicales du remix et celles du collage en arts plastiques. En détournant les formulations médiatiques, il propose une interrogation poétique sur la représentation du monde induite par le médiatique. (Inventaire-invention)
Bibliographie
Aux éditions de l’Olivier : In situ, 1999 ; Shot, 2000 ; Direct, 2002 ; Chaos boy, 2004 ; Canons, 2007.
Aux éditions Inventaire-invention :
Ciel à l’envers, 2000 ; Expérience, 2001 ; Client zéro, 2002 ; Flashes, 2005.


Jean-Michel Espitallier.
« Jean-Michel Espitallier est l’un des poètes les plus mobiles et véloces de sa génération. » Patrick Kéchichian, Le Monde
Il a publié Gasoil : prises de guerre, 2000 et Le Théorème d’Espitallier, 2003, éditions Flammarion ; En guerre, 2004, éditions Inventaire-invention ; Toujours jamais pareil (avec Pierre Mabille), éditions Le Bleu du ciel, 2005 ; Tractatus logo mecanicus (pensum), éditions Al Dante, 2006 ; Pièces détachées : une anthologie de la poésie française aujourd’hui, Pocket, 2000 et Caisse à outils, un panorama de la poésie française aujourd’hui, Pocket, 2006.

Mathieu Immer et Eddie Ladoire
Après une première apparition en mars 2007 (Nuit de la Création - TNBA), deuxième opus d’un duo bordelais : les musiques digitales d’Eddie Ladoire se mêlent de nouveau à la contrebasse de Mathieu Immer. Deux approches instrumentales opposées, un même souci du son.


Mathieu Immer
Contrebassiste, Mathieu Immer multiplie les rencontres avec des artistes, musiciens, écrivains, danseurs ou gens de théâtre. Il a fondé avec Didier Lasserre et dirige le label de musique improvisée Amor fati.

 

67a97b3e25d877929c0f55cf4a06fc59.jpgJeudi 11 octobre : 10h00-16h00
Théatre Molière - Scène d’Aquitaine Bordeaux
L’écrit contemporain et la musique
Journée de réflexion Musique improvisée & électronique

en partenariat avec l'Arpel Aquitaine 


        09h30 : Accueil
        10h00 : Introduction d’Omar Berrada (modérateur)
        10h30 : Ecriture et musique improvisée

        Intervenants : Beñat Achiary, Julien Blaine, Didier Lasserre
        11h30 : L’exemple d’une résidence de création
        Intervenants :Patrick Bouvet, Eddie Ladoire
        12h30 - 13h45 : Déjeuner libre
925f774155493b8ff03b6e9f7f25faa1.jpg13h45 : Promouvoir les créations croisées
Intervenants :Didier Arnaudet, Julien Blaine, Mathieu Immer
14h45 : Quelques exemples de créations
Intervenants : Julien Blaine, Jean-Michel Espitallier, Joëlle Léandre
16h00 : Conclusion d’Omar Berrada

 

Programme complet de la manifestation sur www.permanencesdelalitterature.fr/ 

10:30 Publié dans Manifestations | Lien permanent