UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 décembre 2019

Carl Rakosi, « Le vieil homme »

rakosi_1_article.jpg

DR

 

« D’abord les poils

poussèrent plus épais sur la poitrine

et le ventre

et les cheveux plus fins au sommet

de son crâne.

 

Puis le gris apparut

le long du côté droit

de sa poitrine.

 

Un jour il regarda

dans le miroir

et vit des poils épais

et gris dans ses narines.

 

Alors il voulut

admettre

que l’âge était venu.

 

Le vieil homme

retira son dentier

du verre d’eau

et coupa lui-même

une petite saucisse.

 

Jeune homme

il avait été si pressé

de vieillir.

Maintenant, il se sentait plus jeune

que jamais. »

 

Carl Rakosi

Amulette

Traduit de l’américain par Philippe Blanchon en compagnie d’Olivier Gallon

Suivi d’un entretien avec l’auteur

La Barque, 2018

http://www.labarque.fr/livres22.html

Carl Rakosi, « Le vieil homme »

rakosi_1_article.jpg

DR

 

« D’abord les poils

poussèrent plus épais sur la poitrine

et le ventre

et les cheveux plus fins au sommet

de son crâne.

 

Puis le gris apparut

le long du côté droit

de sa poitrine.

 

Un jour il regarda

dans le miroir

et vit des poils épais

et gris dans ses narines.

 

Alors il voulut

admettre

que l’âge était venu.

 

Le vieil homme

retira son dentier

du verre d’eau

et coupa lui-même

une petite saucisse.

 

Jeune homme

il avait été si pressé

de vieillir.

Maintenant, il se sentait plus jeune

que jamais. »

 

Carl Rakosi

Amulette

Traduit de l’américain par Philippe Blanchon en compagnie d’Olivier Gallon

Suivi d’un entretien avec l’auteur

La Barque, 2018

http://www.labarque.fr/livres22.html

mardi, 22 mai 2018

Carl Rakosi, « Amulette »

carl_rakosi.jpg

DR

 

 

« La déclaration de Pierrot

 

Je vais répudier ma pureté maintenant

et trouverai mon art en d’autres hommes

avant de finir comme une chandelle

dans la chambre d’une vieille fille.

 

J’en ai assez d’user mon siège

à regretter de n’être pas Shakespeare

et à essayer de faire que ma lecture

s’approche d’un âge comme le souvenir

du visage d’une mère, en restituant faiblement

ici une dent et là un sourire

 

ou en pinçant un luth

et en chantant un madrigal

 

Ce n’est pas le moment

de se pencher sur le passé. »

 

Carl Rakosi

Amulette

Traduction de l’américain : Philippe Blanchon en compagnie d’Olivier Gallon

Suivi d’un entretien avec Carl Rakosi

La Barque, 2018

http://www.labarque.fr/livres22.html