UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 24 mai 2014

Claude Tasserit, « Maison Blanche »

claude tasserit,maison blanche,l’escampette

 

« Une fois que la voix de chair est enregistrée, tu ne la réécoutes pas. Pour le moment, il ne s’agit pas de choisir. Tu ne peux que parler à cet autre en toi, et le laisser parler aussi – que laisser parler les autres, et leur parler aussi. Des heures et des heures de propos incertains, quand plus tard tu les écouteras, parfois méconnaissables, prononcés dans la confusion du souvenir ou du demi-sommeil, dans l’enchevêtrement des époques et des visages.

 

Mais les fantômes auxquels tu t’adresses, sauras-tu ensuite les changer en un lecteur à venir et à chaque fois unique ? Transmuer la voix de chair en voix de silence ?

Ton travail ne fait que commencer.

Ces paroles, il te faudra encore les démêler quand elles se confondaient, les relier quand elles se dispersaient. Tous ces fragments, tu devras leur accorder une cohésion qu’ils n’avaient pas, les inscrire dans un ordre factice et une durée nouvelle : leur prêter enfin la forme trompeuse d’un livre. »

 

Claude Tasserit

Maison Blanche

L’Escampette, 2014

mardi, 21 janvier 2014

Alberto Manguel, « Monsieur Bovary & autres personnages »

alberto manguel,monsieur bovary & autres personnages,françois gaurdy,l'escampette

 

Le docteur Faust (extrait)

 

« Dans les siècles passés, lorsque le troc d’une âme était considéré comme un acte effrayant, les choses étaient pour Méphistophélès relativement simples, qu’il eût ou non du succès. Aujourd’hui que l’âme a infiniment moins de prestige et que chaque jour on troque des âmes contre des bagatelles comme des appartements à Marbella ou un poste dans un cabinet ministériel, la tâche de Méphistophélès est paradoxalement plus difficile. Perdre son âme en échange d’un misérable bien accorde à celle-ci peu de valeur, et Méphistophélès (qui est aussi banquier) convoite ce qui est précieux. Aussi le Faust d’aujourd’hui ne cherche-t-il ni connaissance ni amour, mais célébrité, succès populaire, son nom en haut de l’affiche. Et là, Méphistophélès est dans son élément. Tu veux être un auteur populaire ? dit-il à Faust. Tu veux vendre des millions d’exemplaires de ton livre ? Marché conclu : tu auras des piles de tes œuvres à la fnac et au Corte Inglés, tu seras en tête des best-sellers internationaux, on t’achètera les droits pour faire un film avec Tom Cruise dans le rôle du héros, tu voyageras en 1re classe et tu t’installeras en Irlande pour ne pas payer d’impôts. Et pour obtenir tout cela, tu n’auras quasiment rien à perdre, sauf la qualité artistique, le style, la grammaire, l’invention narrative, la responsabilité morale, la position éthique, la reconnaissance des futurs lecteurs, le respect de tes contemporains : ton âme. »

 

Alberto Manguel

 Monsieur Bovary & autres personnages

 Traduit de l’espagnol par François Gaudry

 L’Escampette, 2013

jeudi, 02 mai 2013

Alexis Pelletier, « Comment quelque chose »

alexis-pelletier-photo.jpg

« Je regarde la nuit

les nuages et je ne sais pas ce qui tremble

au lointain

les arbres ou le désir

et je ne sais pas te répondre

je ne sais pas dans le monde ce qui est possible

et comment l’affirmer

il y a c’est sûr une obligation

dans les mots

celle d’une écoute

il y a toujours la crainte que celle-ci

ne rende sourd à d’autres ouvertures

il y a aussi la volonté d’être avec

les mots dans l’acceptation du monde

et de toutes ses horreurs

ou plus exactement le fait que le refus

soit une part prégnante de l’acceptation

d’être au monde avec la volonté

de chanter celle-ci

par des rythmes inégaux ou non

en suivant le vol des oiseaux

les jardins de Chaumont-sur-Loire

les poèmes d’Anna Akhmatova

ceci même qui fait que chaque mot

est une ouverture

une chance plus vaste que le monde lui-même »

 

 Alexis Pelletier

Comment quelque chose suivi de Quel effacement

L’Escampette, 2012

 

Dix-neuvième page pour fêter les vingt ans de L’Escampette

Demandez le programme : http://www.livre-poitoucharentes.org/fichiers/Escampette_...

Dernière minute Julie Proust-Tanguy ne sera pas des nôtres. Nous le regrettons et lui souhaitons le meilleur.

mercredi, 03 avril 2013

Rafael José Díaz, « Le Crépitement »

2011-02-22_IMG_2011-02-22_15-27-45_escritor.jpg

les sept gorges

 

« Le volcan n’est pas un rêve. Nous en avons fait le tour

toi et moi, par les sept gorges sous le soleil

qui tournait plus lentement que nous.

 

Le volcan ne dormait pas. Il tenait compagnie

aux pas entre les fleurs, aux étreintes furtives

comme des incendies au bord d’un autre ciel.

 

Tu découvris pour moi deux oiseaux

qui conversaient embrasés sur les branches

brûlantes du feu ancien du volcan.

 

Le soleil ou l’œil ou le cratère

jetaient leur lumière et absorbaient

la seule lumière jetée par les paupières du rêve.

 

Paupières,

tes paupières,

prises au rêve des miennes.

 

Comme la toile d’araignée

que nous vîmes résister à la brise,

à la présence obscure du volcan,

de même, les fines paupières

cherchaient dans l’air le centre intact

de la vie et de la mort.

 

Demeure secrète de l’amour, où

tu  accourais de très loin, du centre

d’une toile tissée entre le soleil et le néant.

 

Il n’était pas un rêve, le volcan. Par les sept gorges

la lumière nous disait qu’il n’était pas un rêve

l’amour, que les yeux verraient d’autres lumières à l’ombre du rêve. »

traduit par Guy Rochel

 

Rafael José Díaz

Le Crépitement

Préface de Philippe Jaccottet

Traductions de l’espagnol par Jacques Ancet,

 Bernard Banoun, Roberto San Geroteo,

 Claude Held, Guy Rochel

 Bilingue

L’Escampette, 2007

 

Douzième page pour fêter les vingt ans de L’Escampette

 

dimanche, 17 mars 2013

Hélène Lanscotte, « Rouge avril »

shapeimage_1.png

« Toute tachée, dans les framboises il y a des fées, elles prennent les fruits pour des paniers, elles y fourrent tout à l’intérieur, leurs provisions et leurs amants, les fées ont des amants et personne ne l’a jamais dit, on ne sait pas à quoi ils ressemblent, ce ne sont ni des lutins ni des princes, peut-être que ce sont aussi des fées, toute tachée, même la robe, a essuyé ses mains dessus, a laissé des traînées, des ronds, des carrés, tous tachés les doigts et le cœur à se faire gronder, n’a pas honte, et les vaches non plus toutes tachetées — mets tes mains pour te cacher, mets ton corps, ferme les yeux, toute tachée ta présence sur le fond lumineux, tu auras essayé de croquer, tâche au moins de boire sans dégoutter, tout ce vin sur ta robe immaculée, tout ce clair comme un fait exprès, il n’y a plus qu’à frotter, frotter et refrotter jusqu’à  ce qu’il y ait un trou, disparais dans le trou, il y a bien des rougeurs qui montent au front des poissons, cache-moi ces taches de rousseur. »

 

 Hélène Lanscotte

 Rouge avril

 L’Escampette, 2011

Neuvième page pour fêter les 20 ans de L’Escampette