UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 septembre 2017

Pierre Reverdy, « Le Voleur de Talan »

b_1_q_0_p_0.jpg

DR

 

« DÉDICACE PRÉFACE

 

L’Arme qui lui perça le flanc

                  Sa plume

Et le sang qui coulait

noir

                  de l’encre

 

         O vie factice et délicieuse plus réelle

 

                  En bas c’est un abîme familier

                  qui s’ouvre

 

 

Une bête venait de remuer

On entendit un sabot gratter le pavé sous la paille

 

                       Puis un cri

 

Attendez-vous à ce qui va se passer

 

                       Quelqu’un mit un œil à la lucarne

                       et regarda

 

C’était encore la nuit mais la pendule balançait son battant sans sonner les heures et on dut attendre le jour pour savoir de quoi il s’agissait

 

                       Les années passent vite dans la tête

                       obscure d’un enfant

 

Puis il n’y a plus qu’un souvenir unique qui se transforme

 

                      Cependant si l’on regardait

                      attentivement le même point on

                      s’apercevrait qu’il n’a pas bougé

 

C’est un jeu de lumières

On ne voit plus les mêmes couleurs

Et les oreilles aussi auront changé

 

            Quelle épaisse fumée

 

En essayant d’écarter les ténèbres avec ses doigts il s’est déchiré la figure et le cœur

 

S’il s’était rencontré lui-même à quelque carrefour

 

La roue d’une voiture qui passait le frôla et son veston resta taché de boue jusqu’à la fin

 

                       Combien y avait-il de temps qu’il

                       était sorti

 

Entre tous les objets il y avait un vide qu’il aurait voulu combler et sa tête flottait de l’un à l’autre

 

                       Le vent l’aurait emporté au-dessus

                       des arbres s’il avait voulu

 

Et toi tu restes là penché sur le parapet

en ayant l’air d’attendre

 

                       La cloche qui sonne ne t’appelle

                       pas

 

                       Les sirènes font gémir les ardeurs

                       d’un autre climat

 

            Une image

 

Il faut couper toutes les entraves et partir

                                      les mains devant

 

Au fond de soi il y a toujours un pauvre enfant qui pleure »

 

Pierre Reverdy

Le Voleur de Talan – roman

Imprimerie Rullière, Avignon, 1917, rééd. Flammarion, 1967

Pierre Reverdy est né le 11 septembre 1889 à Narbonne et mort le 17 juin 1960 à Solesmes.