UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 février 2008

...

“ Pourquoi faut-il qu’un homme prenne ainsi sur lui
tant d’inconnu, un peu comme le serviteur
d’un banc à l’autre porte la corbeille du marché
toujours plus étrangement pleine, et suit
sans oser dire : maître, pourquoi ce destin  ?

Pourquoi faut-il qu’un homme reste là comme un berger,
si exposé à l’excès de l’afflux,
si mêlé à l’espace plein d’événements
qu’adossé à un arbre dans le paysage
il aurait un destin sans même agir ? ”

Rainer Maria Rilke

extrait de La trilogie espagnole

traduit de l'allemand par Philippe Jaccottet,

in Œuvres 2, poésie, Seuil, 1972

16:51 | Lien permanent