UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 mars 2008

Rosmarie Waldrop

942728212.jpg

« Deux quels qu’ils soient, s’opposent. Vous marchez sur du bruit. Le vent le plus froid souffle des confins de la peur. Qui a été couché par écrit. La passion n’est pas naturelle. Mais le corps et l’âme sont meurtris par la mélancolie, fruit des rives sèches et tordues. La perte décolore la peau. Par moments vous dévorez des pommes, à d’autres vous vous mordez la main. »

Rosmarie Waldrop
Différences à quatre mains
Traduit de l’américain par Paol Keineg
Spectres Familiers, 1989

14:39 Publié dans Au jour le jour | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.