UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 avril 2008

Siegfried Plümper-Hüttenbrink

100477758.jpg« Ainsi s’écouterait-on lire, jusque fort tard, dans la nuit, du fond de son oreille. À flotter et s’absorber épongeusement – comme seul un buvard sait le faire – au plus creux de ce que serait notre silhouette de lecteur.  L’épelant en aveugle, du bout des doigts se la tâtant hâtivement en tête, la palpant dans sa découpe d’ombre.
Silhouette de nous-mêmes, elle l’est, à nous faire toucher à nous-mêmes en notre absence. Tactile – absente – muette.
Penché à la renverse, nous retournant d’entre le froissé des pages, dans un corps tenu en éveil, comme blanchi de son ombre, chu en inertie… Une sorte de poids mort, de gisant dont seule l’ouïe resterait vive, et que serait le corps lisant d’un dormeur qui n’en finirait pas d’enregistrer une espèce d’histoire à dormir debout. »
Siegfried Plümper-Hüttenbrink
De la lecture
(Selon Walter Benjamin et Ludwig Wittgenstein)
La main courante, 2006

17:06 Publié dans Au jour le jour | Lien permanent

Commentaires

c'est la poésie dans tes pensées que j'aime.
felicitation, Siegfried!
un grand bonjour de New York
Nina

Écrit par : nina goedé | mardi, 26 août 2008

Les commentaires sont fermés.