UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 décembre 2009

Mon cœur au soir

Trakl.jpgLe soir on entend le cri des chauves-souris,
Deux chevaux galopent dans la prairie,
L’érable roux frissonne.
Le promeneur voit paraître la petite auberge au bord du chemin.
Délicieux, le goût du vin jeune et des noix,
Délicieux, le vertige de l’ivresse dans l’obscure forêt.
À travers de noires futaies résonnent des cloches douloureuses.
Et des gouttes de rosée tombent sur mon visage.


Georg Trakl
Rêve et folie & autres poèmes, traduction Henri Stierlin
(suivi d’un choix de lettres traduites par Monique Silberstein)
Éditions Héros-Limite, 2009

15:47 Publié dans Écrivains | Lien permanent

jeudi, 24 décembre 2009

Traité du rouge-gorge

rouge-gorge.jpg« Jésus est sur la croix. Un petit oiseau gris tout à coup descend du ciel et volette autour de la croix. Il s’approche de Jésus et essaie à l’aide de son bec d’arracher le clou qui est à la droite du Seigneur et qui perce sa main.

*


Le clou bouge un peu ; le sang divin coule sur sa gorge ; il recommence encore.


*


Jésus ouvre les yeux, tourne son visage vers le petit oiseau gris, le regarde qui s’échine. À voix très basse il lui chuchote qu’en souvenir du secours qu’il a cherché à lui porter sa poitrine restera marquée de son sang jusqu’à la fin du temps, jusqu’à l’extinction du monde, jusqu’à l’engloutissement des oiseaux dans l’espace. »


Pascal Quignard
Petits traités, XXIIe traité
Maeght éditeur, 1990, rééd. Folio 2976, 2002

17:12 Publié dans Au jour le jour | Lien permanent

vendredi, 18 décembre 2009

Lettre à Monsieur Besson

Les élections approchent. Il est grand temps d’agiter l’épouvantail de l’invasion barbare, de ressouder la Nation derrière des velléités fumeuses! Trois piliers nous semblent fonder la notion d’identité nationale en France : Liberté, Egalité, Fraternité. Ces trois symboles sont sérieusement mis à mal, Monsieur Besson, par le gouvernement auquel vous appartenez, après une volte-face qui en dit long des convictions politiques qui furent les vôtres. En effet, il y a une indécence des Privilèges dans ce pays, qui s’est trouvée confortée par le fameux bouclier fiscal qui n’empêche nullement la régression économique et le “Casse-toi pauvre con!”, fameux lapsus qui est la marque d’un mépris profond de l’idéologie de droite vis-à-vis des classes populaires. Nous passerons sur les dérapages racistes, les blagues de certains membres de votre majorité. Cela, souvent bien enfoui dans la Mémoire collective, prompte à dénicher les boucs émissaires d’aujourd’hui et de demain. L’histoire ne serait donc jamais donneuse de leçons !
J’ajouterai un quatrième pilier qui nous apparaît comme fondamental: celui de la laïcité, bafouée depuis des lustres,  et de plus en plus,  par votre gouvernement dont la politique va accroître la ghettoïsation sociale. La première injustice est celle du logement, du travail. Depuis longtemps, dans la réalité, les enfants des classes populaires n’ont pas les mêmes chances de réussite scolaire que les enfants des classes sociales supérieures qui vous soutiennent électoralement, même si elles ne sont pas les seules. On assiste aujourd’hui à un apartheid scolaire progressif, reposant sur le fait social, économique et religieux. En effet, tout petit, institutionnellement, on sépare les enfants qui n’ont rien demandé, eux. Ecole privée traditionnelle, catholique, juive, musulmane désormais, école où les enfants ne doivent pas être mélangés, ainsi en ont décidé les adultes, appuyés par une politique discriminatoire. Les écoles de la République devenant peu à peu des ghettos que vous aurez tout loisir de dénoncer à l’avenir, après avoir bradé l’école républicaine.
Est-ce de cette façon là que vous voulez fonder l’Identité nationale?
En outre, les forces sociales qui sont votre fer de lance (à de rares exceptions): industriels, financiers de tous bords, prédateurs aux visages invisibles, ne craignent pas de délocaliser, de spéculer, jetant les personnes dans la grande misère, l’angoisse, la tragédie. Quel est leur souci de l’intérêt national ? N’ont-ils pas plutôt souci de leurs intérêts privés ? En 1936, ces forces là clamaient déjà, Plutôt Hitler que le Front populaire. Ce sont les mêmes forces qui sont avec vous, aujourd’hui, accusant, au fond, les pauvres, les immigrés, plus largement les étrangers, de mettre à mal cette identité nationale que vous semblez tant chérir avec eux, tous ceux là qui s’abreuvent à l’esclavage moderne, embauchant les sans-papiers, sortes d’êtres virtuels, sans existence de chair, d’os et d’esprit: les Noirs, les Arabes, les Afghans, etc. Vous le savez, votre politique d’exclusion, d’expulsion, est un panier percé. Mais, sur le plan électoral, elle peut s’avérer féconde. C’est sans aucun doute cela qui fait s’agiter votre gouvernement, lui suggérant de faire resurgir les vieux démons pétainistes, cajolant les agriculteurs que le système capitaliste jette dans une impasse tragique, en conduisant un grand nombre au suicide.

L’histoire nous rappelle que des étrangers, les classes populaires ont souvent tout donné au moment sombre de notre histoire pour défendre la Patrie. Manouchian, par exemple, auquel rend hommage en ce moment un film de Robert Guédiguian. De quel côté était le Patronat français, Monsieur Besson, en 1939 ? Cessez donc de  faire glisser  le débat sur l’Identité Nationale sur un versant ethnocentrique, stigmatisant une nouvelle fois les Métèques. Prenez garde, cela est un brûlot. La seule identité que nous nous reconnaissons, c’est celle qui fait de chaque citoyen un homme libre, égal aux autres, fraternel. Nous sommes en effet loin du compte car la politique de casse sociale, culturelle, qu’applique avec soin, cynisme et arrogance, votre gouvernement,  nous entraîne, dans les faits, aux antipodes. Notre espoir est que s’oppose à vos projets un mouvement massif et pensé, en mesure d’inventer autre chose que la fatalité désastreuse du capitalisme financier qui n’en a pas fini de tenter de nous faire avaler la couleuvre de la crise. La crise, pour qui, Monsieur Besson, pour les enfants gâtés de la République dont vous êtes ?
Oui, nous devrons inventer un autre monde si nous ne voulons pas que naissent d’autres barbaries. Pas seulement dans le verbe mais dans les actes. L’identité nationale est mise en péril par l’injustice sociale, ce que votre gouvernement n’admettra jamais puisque,  pour lui,  les intérêts de classe sont une vieille lune
L’avenir nous le dira. En tout cas, je ne me reconnais pas dans cette Identité Nationale que vous pensez refonder. Pourtant, je me sens français tout autant que vous.

Joël Vernet, écrivain

Dernier livre paru : le Séjour invisible

9782356080134_0.jpg

 

Dès son premier livre, Joël Vernet tentait de répondre à la violence du monde par la recherche éperdue des sensations de l’enfance. Il ne peut se résoudre à accepter les coups portés à la beauté et à l’innocence.

Ce nouveau livre a pour cadre la maison de l’enfance, les terres isolées de la Margeride. L’auteur y est réfugié et, tout en se livrant au courant des jours, il évoque les visages et les voyages qui ont jalonné sa vie. La figure du père, le grand "absent", la figure mythique de Rimbaud, la petite gitane qui envahit l’espace et la mémoire... C’est un voyage immobile, rythmé de temps de contemplation et de temps de réflexion, au cours duquel l’auteur ne cesse de s’interroger sur l’utilité, la portée, la sincérité des mots écrits ou parlés.

14X21 ; 15 € ; ISBN 9782356080134 ; EAN 9782356080134

L'Escampette, B.P. 7 - 86300 Chauvigny

Diffusion/distribution : Les Belles lettres

15:29 Publié dans Réflexions | Lien permanent