UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 mars 2011

Isabelle Baladine Howald, "La Douleur du retour"

la_douleur_du_retour.png André du Bouchet est enterré dans le cimetière de Truinas, modeste commune de la Drôme. Philippe Jaccottet a consacré un livre à l’enterrement, à la mémoire de son ami poète, à ce qui les réunissait, au « chagrin qui est une espèce de joie », Truinas, le 21 avril 2001, aux éditions de la Dogana. Ce livre est absolument saisissant qui interroge la poésie devant la mort.

Quelques années plus tard Isabelle Baladine Howald – qui a lu le livre – a demandé à un couple de ses amis de l’emmener au cimetière de Truinas. Elle marche à petits pas, précautionneux ce qui lui donne une ampleur infinie que le paysage doucement lui restitue en l’acceptant absolument. Elle escalade le muret « un carré d’herbe entre ces vieux murs, une douzaine de tombes éparses ». Le nom sur une ardoise, l’écriture toujours. Que peut la poésie ? Déplacer « vers l’exactitude dans le déplacement lui-même. » C’est tout l’enjeu de ce mince livre qui s’inscrit résolument dans la réflexion que mène Isabelle Baladine Howald « comme sous l’effet d’un souffle » et que son écriture, si personnelle – fragile, friable, souple… – nous restitue  – sens, forme, langue, sentiment. Indispensable en ces temps de disette.

Claude Chambard

 

Isabelle Baladine Howald

La Douleur du retour

La Cabane

20 p. ; 6 €

http://www.editionsdelacabane.fr/

 

jeudi, 10 mars 2011

Le CIPM en danger, réagissons !

arton91.jpg2013 Marseille capitale européenne !

Afin de faire profiter chacun de cet évènement, la subvention attribuée par la municipalité au CIPM – Centre International de Poésie Marseille – sera amputée cette année de 30 000 euros.

Marseille, capitale du paradoxe ! Signez cette lettre à M. Gaudin, ci-devant sénateur maire de la dite ville & pésident du groupe UMP au Sénat.

 

Lettre ouverte à Monsieur Jean-Claude Gaudin, sénateur maire de la Ville de Marseille


À l’heure même où le « coup d’envoi » de l’année capitale était donné par l’ensemble des collectivités territoriales, réunies avec enthousiasme autour du projet porté par Monsieur Bernard Latarjet lors de la conférence de presse du 24 février dernier, nous apprenions que la subvention octroyée par la Ville au centre international de poésie Marseille [cipM] serait amputée en 2011 de 30.000 euros.

Nous sommes stupéfaits et outrés qu’une telle décision – dont la motivation n’a pas été donnée à ce jour – soit prise au moment même où il est demandé aux structures culturelles de la Ville de se mettre « en ordre de marche » pour relever le défi 2013, faisant fi des engagements pris solennellement par l’ensemble des collectivités – dont la Ville – de maintenir, à minima, les budgets de fonctionnement de nos structures.

Nous en appelons à votre responsabilité, Monsieur le Sénateur Maire, ainsi qu’à celle de nos élus à la Ville de Marseille, pour revenir sur cette décision qui, non seulement hypothèque ses projets engagés pour 2013, mais de plus, mettrait en péril le fonctionnement et les activités d’une structure qui, depuis plus de vingt ans, oeuvre à la promotion de la poésie contemporaine, aux plans local, national et international – notamment à travers des coopérations et des échanges fructueux et continus avec les pays du pourtour méditerranéen.

Nous rappelons ici que le cipM, c’est, chaque année :
• Une soirée hebdomadaire de lectures données par des auteurs
• La publication de 12 cahiers consacrés à ces auteurs invités
• La publication de deux numéros d'une revue critique de poésie de plus de 300 pages
• La publication d'ouvrages bilingues présentant les textes d’auteurs étrangers et français, résultant d'ateliers de traduction collective ; avec notamment des poètes de la Méditerranée [Syrie, Liban, Maroc, Algérie, Egypte, Palestine, Catalogne…]
• La publication de livres
• Une dizaine d’expositions
• Un colloque
• Quatre résidences d’auteurs, de plusieurs mois chacune ; dont deux résidences organisées au Maroc et au Liban.
• Des stages et des ateliers de lecture et d’écriture pour les jeunes publics
• Des événements co-produits avec de nombreux partenaires culturels du territoire
• Un site internet ressource ...

De plus, le cipM a constitué une bibliothèque, dont le fonds – ouvert gracieusement au public – est riche de plus de 50.000 livres, revues, documents sonores et vidéographiques, dont la rareté et la diversité en font un centre de ressources unique en France [nous en voulons pour exemple la donation par Jacques Roubaud de sa bibliothèque américaine]. Le cipM est aujourd'hui en pourparlers avec la Bibliothèque Nationale de France pour en devenir un pôle associé dans le domaine de la poésie.

Son équipe est constituée de 7 permanents [6 équivalents temps plein], ce qui représente un minimum pour mener à bien toutes ces missions.

Par ce courrier, nous venons exprimer notre solidarité inconditionnelle à l’égard d’une structure dont le travail mené sur ce territoire est vital pour les auteurs, artistes, revues, éditeurs, et essentiel pour les publics de la poésie contemporaine ainsi que pour ses partenaires culturels, d’ici et d’ailleurs.

Une partie de la programmation 2011 du cipM est déjà annulée – notamment les rencontres Poésie & Rock qui devaient se tenir en mars, en partenariat avec le GRIM, sur plusieurs lieux de rencontres et de concerts [cipM, Bibliothèque de L'Alcazar, L'Enthropy, La Machine à Coudre, L'Embobineuse…].

Ces annulations seront accompagnées de licenciements si cette baisse annoncée n'est pas corrigée.

Nous exprimons donc notre détermination à combattre une décision que nous jugeons dangereuse pour l’avenir de la création contemporaine à Marseille, dont la poésie est l’une des composantes fondamentales.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Sénateur Maire, à l’assurance de nos sentiments respectueux,


Signer la pétition en ligne

http://www.petitionenligne.fr/petition/lettre-ouverte-a-m...

11:58 Publié dans Manifestations | Lien permanent | Tags : cipm, poésie, marseille, pétition

mardi, 08 mars 2011

"carnet des morts", extrait, pages 64 & 65

Les rêves nous entraînent souvent dans l’inattendu, l’incroyable voire l’impossible.


Pinocchio au long nez chevauchant un âne blanc, un tigre de papier tente des les avaler ; une mouette rieuse ouvre, sans clef, une boîte de sardines ; le lièvre de Mars distribue les œufs pour Pâques en avril ; le roi Dagobert met sa culotte à l’endroit & Ravaillac lui prête son poignard pour trancher une belle pomme rouge que vient de lui donner la vilaine sorcière aux ongles longs ; une capitale qui pleure les sanglots longs des vies perdues le long des caniveaux nauséeux ; une laitière sans pot au lait cajolant une vache aveugle qu’un train a renversé; écoute distraite de son propre éloge funèbre sur une radio culturelle...


Encore une nuit en plein jour.

Les routes des rêves paraissent libres.

Un chemin plein de traquenards est hors temps.

Ce n’est pas une récompense.

Un entêtement. Une impossible réconciliation. Au bord de la rivière.

La tête en flammes, le cœur en feu, le corps en nage dans la neige.

Blanc sur blanc = noir.


Lorsque je me réveille la neige a presque complètement fondu.

Le ciel est bleu, il fait presque doux.

Douze bâtons sont à mes pieds.

 

Une légère fumée s’élève derrière mon barda.

De l’encens brûle lentement dans une demi-coquille de Grande Nacre.

Pas de traces de pas dans la neige jaunissante.

Je décide de m’installer là pour un temps. Je tends la toile cirée entre les basses branches & la terre herbeuse, je cale le tout avec des grosses pierres.

J’amasse des mousses, des brandes, des feuilles, de jeunes branches, je déroule le duvet sur cette surface hasardeuse mais à peu près sèche. J’allume un petit feu. Il monte droit. Un tremblement dans les branches. Le clapot de l’eau. Le crépitement du petit bûcher. Les croassements des corbeaux & des corneilles. Le temps s’évapore dans le temps.

Un rouge-gorge (Erithacus rubecula) vient chaque jour me visiter. D’abord de loin, puis de jour en jour un peu plus près. Il sautille, il agite sans cesse ses ailes & sa queue, il pique les vers de terre & les avale goulûment. Je lui jette les petites baies que je trouve, quelques miettes de pain, il approche, il approche. Le matin, dressé sur une branche dégagée, il chante.

rouge-gorge.jpg

Claude Chambard

carnet des morts

couverture de François Matton

le bleu du ciel

15x19,5, 112 pages illustrées , 14 €

ISBN : 978.2.915232.72.1

16:37 | Lien permanent

lundi, 07 mars 2011

Claude Chambard & Hubert Lucot à la librairie Mollat, 9 mars 2011

Dans le cadre du Printemps des poètes

la librairie Mollat

a le plaisir de vous inviter à rencontrer

 

Claude Chambard

à propos de

Carnet des morts

qui vient de paraître aux éditions le bleu du ciel

 

&

 

         Hubert Lucot        

à propos de

Le noyau de toute chose

qui vient de paraître aux éditions P.O.L

 

Le mercredi 9 mars à 18h

au 91, rue Porte-Dijeaux

à Bordeaux

 

13:53 | Lien permanent

jeudi, 03 mars 2011

Juste la paix – extrait d'un travail en cours « sans lieu, ni date »

Cet homme fut un monstre de lâcheté & d’ignorance.

Voilà ce qu’il a fait graver sur sa pierre tombale. Pierre noire & froide, pierre convenue, pierre imbécile de cimetière ni tout à fait pareille, ni tout à fait une autre, nous sommes identiques devant la mort répètent, reniflent, les bien-pensants de droite, de gauche, du centre & du reste…

¿ Por qué no te callas ?, a-t-il crié à son reflet, à son double inversé,  dans la glace, ce soir d’un automne aussi lugubre que le fonds de la casquette d’un dictateur modèle courant.

& sur cette plaque de granit lustré, noire comme la pierre idiote que l’on a posé sur la tombe de Marcel Proust au Père Lachaise à des fins de réfections, sur cette page d’un livre noir moins drôle qu’une page de Tristam Shandy, moins profonde qu’une encre lithographique, moins dure que le cœur d’un sans cœur, il se recueille sur lui-même. Vaguement. Il se recueille vaguement. Que se recueillerait-on sur soi-même sans craindre ses propres remarques, les pires car si elles ne font jamais très mal sur l’instant, elles durent souvent plus que celles des autres, les intrus, les faux-amis, les jesaistout, les chefs, les sous-chefs, les moinsquerien et les plusquetout… pareil, tout pareil, tous pareils.

J’aurais du la faire fabriquer en calcaire de Bourgogne, ça a tout de même une autre gueule, pense-t-il. Cet artisan auxois m’aurait gravé un beau Didot, ah merde, ça aurait ressemblé à quelque chose, à une page, voilà à une page, mais ça…

Je veux juste avoir la paix, pense-t-il. Pas des cachets roses, pas des cachets bleus, pas des simulacres ou des contournements, pas des remèdes, pas des béquilles, pas des bons sentiments, pas des effusions, juste la paix sous la dalle.

 

dalle bourgogne massangis.jpg

 

Claude Chambard

26 mai 2008 – 3 mars 2011