UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 mars 2016

Philippe Lacoue-Labarthe, « phrase »

philippe-lacoue-labarthe-altus_v2.jpg

photo in Philippe Lacoue-Labarthe, Altus
un film de Christine Baudillon et François Lagarde (Hors-Œil éditions)

 

«  Phrase X

(« les morts »)

 

« Ceux-là, sans visage identifiable, mais

ceux-là, ils sont venus,

ils se sont assis autour de la lampe, ils ont

dit qu’ils étaient de passage mais ils

ont demandé pourquoi nous refusions

pratiquement de nous

départir. Ils parlaient

à voix plutôt basse, de façon retenue,

sans colère ; ils étaient, lui, elle,

fatigués, très inquiets ;

ils pensaient que rien n’arriverait plus

désormais qui pût donner un semblant

de véridiction à l’immense rumeur, à

cet écho pierreux (à la cendre, disaient-ils).

Ils ne se plaignaient pas, ils demandaient

simplement qu’on les crût, lui, son chapeau

sur la tête, les mains adressées, elle,

ombrageuse (ou fière aussi bien), belle sans doute,

qui du fond de son âge, de ses yeux devenus gris, de ses larmes,

invoquait, alors qu’il n’osait rien dire,

non pas réparation, mais la justice

simplement, qu’on exécutât

les lois connues de tous, les lois

qui gouvernent notre insignifiance, le mal

et notre infirmité. Ce n’est pas vraisemblable,

non, disait-elle, ce qui nous est arrivé,

ce n’est pas vraisemblable : vous savez

bien, vous savez que nous n’avions rien fait,

et vous n’en parlez plus, jamais, jamais.

 

Et lui, à peine audible : nous

sommes les témoins que dans la honte vous récusez. 

 

(17 décembre 1988-29 février 1996) »

 

Philippe Lacoue-Labarthe

Phrase

Collection « Détroits »,

Christian Bourgois, 2000

 

 

Les commentaires sont fermés.