UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 11 février 2018

Dominique Sigaud, « Dans nos langues »

47181_sigauddominique18micheldurigneux.jpg

© Michel Durigneux, pour Verdier

 

 

« La langue n’est pas un cadeau des père et mère, nation école patrie patrimoine. Elle est comme la marguerite jaune qu’on ramasse négligemment au bord du champ parce qu’elle s’y trouvait. Il y a de la langue comme il y a de petites marguerites au bord des chemins, heureusement ; il importe donc d’en multiplier les accès et non les réduire ; c’est toujours très beau quelqu’un qui s’affranchit, un jeune homme ou une jeune fille plus encore, qui fait le geste écartant le mort de la langue, le mort dans la langue, ce qui de la langue conduit à plus de mort en soi et autour que de vivant, c’est toujours très beau un jeune homme ou une jeune fille s’affranchissant des langues entassées sur lui comme un poids mort ; ce que ça éclaire d’eux quand ils le font, ce que ça leur dessine comme ouverture.

“Ma nef passe au détroit d’une mer courroucée*”, je reprends votre citation, ces phrases dont la langue est capable, une des premières que vous m’avez offertes. Je me suis appuyée parfois sur certaines de vos phrases pour avancer quand c’était un peu plus difficile. La langue est cette nef parfois passant au détroit d’une mer courroucée, sin on veut s’avancer dans la langue, ce que ça suscite autour de soi comme contraintes, violences, oppositions.

Être conduit par la langue à de la langue. Plus on s’y abandonne, plus la langue est cette nef, plus c’est elle qui conduit. »

 

* Philippe Desportes (1546-1606)

 

Dominique Sigaud

Dans nos langues

Verdier, 2018

https://editions-verdier.fr/livre/dans-nos-langues/

 

 

16:34 Publié dans Écrivains, Édition | Lien permanent | Tags : dominique siagud, verdier

mercredi, 07 février 2018

Mathieu Riboulet, « Lisières du corps »

Capture d’écran 2018-02-07 à 13.56.55.png

© des mots de minuit

 

« On ne laisse pas d’un coup cinquante-huit ans de corps

À corps avec son corps.

On ne laisse pas d’un coup repartir les vivants

Avec leurs os, leur sang, leurs larmes et leur misère.

On s’attarde et l’on trinque, on dit des choses tendres,

On te laisse filer, t’effacer pour de bon. Ça ira,

Nous sommes quittes, Ljubodrag, qu’une dernière fois je nomme,

Emportant avec moi un peu de ta lumière. »

 

Mathieu Riboulet

Lisières du corps

Verdier, 2015

 

Mathieu Riboulet, né en 1960 dans la région parisienne est mort lundi 5 février à Bordeaux.

Nous l’aimons.