UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 17 septembre 2020

Wang Wei, « Séjour dans la montagne, décrivant ce qui se passe »

wnag wei,séjour dans la montagne,décrivant ce qui se passe,le plein du vide,shitao,recherche d'immortels,moundarren

Shitao, Recherche d'immortels, vers 1700

 

« solitaire je referme mon portail en branchages

dans l’immensité floue face aux rayons du couchant

les nids des grues peuplent les pins

les visiteurs à ma porte rustique se font rares

les nœuds des nouveaux chaumes de bambou sont saupoudrés de pollen

les lotus rouges laissent tomber leurs vieilles robes

à l’embarcadère les feux des lanternes s’animent

de partout les ramasseuses de châtaignes d’eau sont de retour »

 

Wang Wei – 701-761

Le plein du vide

poèmes traduits du chinois et présentés par Cheng Wing fun & Hervé Collet

Moundarren, 2008, réédition, 2016

https://moundarren.com/livre/wang-wei/

 

Dédicace spéciale à Arthur & Sophie

Commentaires

Mon préféré. Un régal de lecture ! Quand Parra a demandé à trente poètes français de choisir un poète, toutes langues confondues, c'est lui que j'ai choisi et présenté dans l'anthologie de Poésie Gallimard. Les autres ont choisi qui Rimbaud, qui Baudelaire, qui Verlaine, qui Ronsard. Inutile de dire que, lorsque j'ai proposé Wang Wei, peu de gens en avaient entendu parler, chez Gallimard. Mais le gentil Jean-Baptiste m'a donné feu vert !

Écrit par : Gil Jouanard | jeudi, 17 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Oui. Un des plus grands. Incapable de choisir entre lui et Li Po - Li Bai -, Tu Fu - Du Fu -, ses contemporains et quelques autres. Ou Tao Yungming grand prédécesseur -365-427- et bien d’autres.

Écrit par : Claude | vendredi, 18 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.