UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 septembre 2020

Gérard Haller, « Menschen »

Les Inédits du Malentendu, volume 8.

gérard haller,meschen,heimweh,galilée,les inédits du malentendu

 

 

semblable maintenant d’un bord à l’autre

de la terre on dirait l’image se clôt

et l’image se déclôt qui nous tenait

ensemble et c’est comme si tout de nouveau

me quittait. Le visage autrefois du dieu

mort que tu étais. Comme s’il revenait

mourir sous mes yeux

 

regarde

 

irressemblant maintenant vide l’enclos

là-bas lumineux de ta voix

 

tout le heim autrefois. Regarde. Gisant

nu de part et d’autre du grillage ici

qui le défigure et les traces partout

du sang sur l’herbe et les rails et le linceul

bleu du fleuve au loin miroitant sous le bleu

incicatrisable du ciel oh et tout

le ciel comme ça lèvre contre lèvre

de nouveau qui s’ouvre et les larmes dans nous

sans mer à la fin où retourner

 

Gérard Haller

Inédit, extrait de Menschen

à paraître aux éditions Galilée le 17 septembre 2020

 http://www.editions-galilee.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=3534

on pourra regarder cette lecture de Nous qui nous apparaissons de et par Gérard Haller sur le site « Philosopher au présent » ttps://www.youtube.com/watch?v=3ftmFUkUns8

 

Gérard Haller est un auteur rare, qui compte infiniment pour moi, dont j’attends chaque livre avec une vertueuse et tremblante patience depuis Météoriques (Seghers) en 2001, en passant par all/ein, Fini mère, Le grand unique sentiment (Galilée) etc. Dans quelques jours celui-ci, Menschen, sera sur nos tables, nul doute qu’il éclairera avec quelques rares autres – ceux d'Isabelle Baladine Howald, Fragments du discontinu (Isabelle Sauvage), Pascal Quignard, L'Homme aux trois lettres (Grasset), Camille de Toledo, Thésée, sa vie nouvelle (Verdier), pour n'en citer que trois essentiels – cet été qui se termine & cet automne qui commence.

dimanche, 10 mai 2020

Gérard Haller, « all / ein »

LyBxkh7_xvizghu3X7ayws0XPVc35G523DTBlzTQw-WqdK8dZbYSmqCPn6QT-oHWIdcgEMwYA36U4yhkQRDoWEmAkvT_KGuJ6cTdDAgEcw.jpg

DR

 

« […]

nuit / 21

 

allein

allein

 

[TU APPELLES]

TOI : tu es là / MOI : oui

 

[TEMPS]

 

c’est comme la mer

 

on veut y retourner on appelle on appelle on voudrait faire que c’est fini le séparé mais non

 

c’est parce que la mer aussi est vide

dedans que tout vient dehors

 

nuit /22

 

c’est parce que la mer aussi sans fin se vide

là-bas qu’il y a tout ce va-et-vient ici

des corps et tout tu sais c’est de la poésie

tout ça mais quand même c’est pas rien c’est pas rien

ce reste de peuple ainsi que nous sommes non

ça doit bien faire quelque chose comme un peuple

encore d’être comme ça tenus ensemble

par rien d’autre que les autres non je veux dire

tous ces corps ici devant la mer là oui bleue

ces mouettes là voilà qui rient comme ça

bêtement oui qui crient toujours comme un qui vient

de perdre père et mère [ah les mères les mères ]

et l’air autour sur quoi elles passent leur temps

oh / et l’eau dessous qui les attend voilà qui

leur tend les bras on dirait ça fait quelque chose

non que tout ça se touche comme ça ici

exposé bord à bord / oh / peaux / oh / et os eaux

air écume embruns vents marées matière quoi

du début à la fin / ô / infini éclat

de matière tout ça à chaque peau chaque grain

de peau et chaque de poussière je dis in

ouï corps à corps tout ça de la matière oui

le plus pauvre galet aussi bien cette moule

là cette capote cette vieille bouteille (vide

tu penses bien) et cette vague au loin ces seins

de lait ce lit ce bateau ce bout de papier

à lettres (tiens tiens encore un des ces robin

son là-bas sur son lit de pluie) et cette vieille

sèche à encre et ces vers blancs dedans toujours prêts

à tout décomposer oui c’est comme ça oui

qu’il y a quelque chose comme la poé

sie

 

nuit / 23

 

allein

allein

 

la nuit chaque nuit les mots du dehors et les mots du dedans se joignent dans toi et disjoignent tu dis et comme ça sans fin t’abandonnent toi aussi au battement de tout

 

oui tu sais c’est comme ça

 

nuit / 24

 

chaque nuit tu dis ça revient

les mots d’avant te manquer

 

komm

viens

komm

komm jetzt

c’est fini

komm / geh

c’est fini

geh jetzt

geh

va

allez

ça va aller

 

oui tu sais c’est comme ça

 

c’est pour appeler

 

c’est tout c’est parce que les mots aussi sont coupés de tout qu’il faut répéter l’appel »

 

Gérard Haller

all / ein

Galilée, 2003

http://www.editions-galilee.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=2870

lundi, 07 mai 2018

Gérard Haller, « mbo »

AVT_Gerard-Haller_3383.jpg

DR

 

« […]

et la girafe zarafa et

la bête aux joues rouges de zara-

thoustra

 

oh et la chatte qui a vu jacques

derrida la voir le voir tout nu

oui tout chose d’être regardé

comme une bête lui aussi et

son chéri hérisson

 

vois : divin et pas / tout le méli-

mélo des corps oui tout l’innommé

peuple depuis toujours qui vient / es-

pèce par espèce et genres fa-

milles sous-familles et tout ce qui

s’ensuit et toujours de nouveau re-

lance tous les souffles

 

vois mbo : tous les animaux ici

avec nous qui s’essouflent et multi-

plient comme ça le ciel

 

tout ce qui vit tout ce qui a peur

la nuit et meugle miaule ulule

hurle brait brâme etc. et

appelle

 

mowgli tu te souviens et le mo-

queur des savanes et tout ça

 

le solitaire et le ver de terre

le ver luisant et le ver à soie né

bombyx mori et le nécrophore

fossoyeur

 

le lamie tisserand de son vrai

nom lamia textor

 

le messager sagittaire dit

le serpentaire dit le secré-

taire des serpents et l’oiseau maître

ès ritournelles des forêts plu-

vieuses d’australie dit sceno-

poïetes

[…] »

 

Un autre extrait ici : http://poezibao.typepad.com/poezibao/2018/04/anthologie-p...

 

Gérard Haller

mbo

Harpo &, 2018

http://editionsharpo.blogg.org/

 

12:02 Publié dans Écrivains, Édition | Lien permanent | Tags : gérard haller, mbo, harpo&

mardi, 30 janvier 2018

Gérard Haller, « Le grand unique sentiment »

luttedejacobaveclange.jpg

Rembrandt, La Lutte de Jacob avec l'ange, 1659

Staatliche Museen, Gemäldegalerie, Berlin

 

« mains bras ailes

oh ailes

 

visage nu de l’un face au nu

de l’autre comme ça qui se présentent

ensemble le vide d’avant et l’intime

infini.

Le lointain : qui le font désirable

 

komm tu dis

 

c’est chaque nuit.

Nous nous prenons dans les yeux les larmes

plus loin nous nous implorons komm

prends-moi etc. et c’est chaque fois

comme si c'était la première nuit

sur la terre de nouveau comme

si c’était nous là-bas les deux

tombés nus du ciel et tu es là

je suis là tu dis regarde et tout

recommence

visage de l’un face à l’autre

dedans plus loin qui appellent

encore et encore

qui demandent la lumière

et tu me fais avancer dans toi

au bord et tu prends ma tête

comme ça dans ta main

et tu la poses sur ton sein

et tu dis mon nom

komm tu dis

et je suis toi de nouveau

dans le nu de ta voix

là-bas sans moi

et je ferme les yeux

 

[TEMPS]

 

tout le temps de l’étreinte

 

comme si c’était pour entendre

seulement ça qui appelle dedans

nous sans nom sans voix.

Nu seulement plus nu encore

et soudain c’est toi »

 

Gérard Haller

Le grand unique sentiment

Coll. « Lignes fictives », Galilée, 2018

http://www.editions-galilee.fr/f/index.php?sp=liv&liv...