UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 octobre 2014

Pierre Veilletet, « Querencia & autres lieux sûrs »

Pierre-Veilletet.jpg

 

Le canif

 

« Jamais, dans leur histoire d’animaux préhensibles, les hommes n’auront vu autant de choses et jamais ils n’en auront touché aussi peu. La multiplicité des images nous fait perdre la singularité du contact. Un de nos sens s’émousse, annonçant une évolution de l’espèce qui se recycle en voyeurs non-touchants. Comme si, désormais, la saisie était une activité dégradante, nous en abandonnons la besogne à toutes sortes d’intermédiaires mécaniques, de télécommandes, qui obéiront bientôt à la voix et à l’œil, non au doigt qui, du silex, a fait jaillir l’étincelle fondatrice et se transforme peu à peu en un appendice de chair.

Nous tuons à distance, supprimant ainsi le remords qui prenait dans nos cauchemars l’aspect d’une main ensanglantée dont aucune eau ne lavait les taches. De tous les assassins, seuls les surineurs méritent quelque estime, car ils se salissent les mains.

Je n’aime pas les armes, même blanches. Le petit canif que j’ai au fond de ma poche n’en est pas une. Je le verserais plutôt au nombre des gris-gris hérités de l’enfance, tels que le brin de celle ou le caillou ramassé en chemin, qui n’ont d’autre fonction apparente que d’être pris en main. De temps à autre, je palpe le manche de corne ou d’ivoire, l’acier de la lame, inoxydable comme il se doit, entretenue avec soin. Il me semble que toucher des objets usuels rassérène et libère l’esprit en favorisant son essor vers des contrées de la mémoire où ces objets avaient leur place, à proximité de gens dont les traits se précisent alors. Le stylo n’est pas d’une autre catégorie.

Le canif est utile. Il sert à couper la viande, à décacheter les lettres, à déculotter le fourneau de la pipe, à marquer une page dans un livre, à tailler un bâton pour l’enfant soudain admiratif. Et quand, en pleine page d’écriture, se présente une situation à couper au couteau, il suft de le regarder. C’est lui qui tranche. »

 

 Pierre Veilletet

Querencia & autres lieux sûrs

Arléa, 1991

 

Pierre Veilletet est né le 2 octobre 1943 à Momuy dans les Landes, et mort le 8 janvier 2013 à Bordeaux.

jeudi, 10 janvier 2013

Lettre à Pierre Veilletet

Très cher Pierre,

 

vous êtes un homme épatant — je me répète allez vous penser, mais c’est un mot que nous aimons tous les deux. Un « honnête homme ». Fin journaliste certes, mais aussi fin écrivain et il est bien dommage que vous n’ayez pas plus publié. Vos romans, petites proses, votre Peuple du toro, vos lectures, les échanges que nous pouvions avoir lors de rencontres le plus souvent fortuites étaient toujours un délice. Votre fino une merveille. Votre amitié un bonheur. Nous aimions la même petite peinture plus que toute autre — un Repos pendant la fuite en Égypte de Gérard David —, découverte au hasard d’une visite au Prado, elle est dans nos cœurs jusqu’à la fin de toutes choses. Nous aimions le même hôtel à Lille — le Brueghel — où vous alliez souvent écrire.

 

Depuis hier, apprenant la triste nouvelle, j’ai passé quelques heures avec vos livres, presque tous dédicacés, mais l’un d’entre eux me touche plus que tout parce que vous avez eu la délicatesse de me le signer alors qu’il venait de paraître avec ces mots de votre fine écriture « Pour Claude, Cœur de père, la veille de l’être… » le jour précédent la naissance de mon second fils. C’était en 1992.

 

Nous passions de belles soirées avec Wieland Grommes à fouiner dans votre bibliothèque du quai des Chartrons et c’était plaisir de vous voir tirer sur vos pipes tous les deux lors de conversations interminables. J’ai eu la joie plusieurs fois de vous interroger en public lors de la sortie de tel ou tel livre — Le Peuple du toro avec Véronique Flanet, Bords d’eaux, Querencia & autres lieux sûrs, Le Vin, leçon de choses — et j’ai un souvenir ému de l’exposition de vos objets intimes et de la conversation publique et joyeuse avec Olivier Mony au château Dillon à Blanquefort. Vous m’avez fait un immense cadeau en préfaçant le livre, qu’en compagnie du photographe Bruno Lasnier, j’ai publié au Festin, Un voyage fantôme, en 1997 et ce lien est pour moi incomparable.

 

Journaliste, grand reporter, rédacteur en chef de Sud Ouest Dimanche, Prix Albert-Londres en 1976, président de la section française de Reporters sans frontières, prix François Mauriac pour la Pension des nonnes en 1986, publiée par les éditions Arléa dont vous avez été le fondateur avec Catherine et Jean-Claude Guillebaud, oui vous avez été tout ça et tant d’autres choses.

 

Né le 2 octobre 1943 à Momuy dans les Landes vous venez d’avoir la mauvaise idée de nous fausser compagnie le 8 de ce mois de janvier, ici à Bordeaux, à quelques encablures des quais, dans ce quartier des Chartrons où vous aviez trouvé refuge, et vous devez bien imaginer la peine de ceux qui vous aiment.

 

Cher Pierre, j’espère que votre cœur de père aura trouvé, là où vous êtes, une querencia d’où l’on peut, pour une éternité heureuse, lire et boire des vins remarquables (je suis certain que vous n’avez pas oublié votre canif tire-bouchon au manche de corne) en regardant vivre les toros.

 


Je vous embrasse.

 

Claude

 

 

 une vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/k5axKw6qXmPnqh1PqZa#.UO6...