UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 décembre 2014

Tu Long, « Propos détachés du Pavillon du Sal »

villa-en-hiver-sous-les-bambous-par-ma-yuan-début-du-xiiie-siècle.jpg

 

 « Une table nette et une claire fenêtre, de l’encens et du thé, à l’occasion quelques propos sur le Chán* avec un moine vénérable.

Des espaliers et un potager, un soleil tiède et un vent léger, le loisir d’écouter quelqu’un parler de tout et de rien.

 

En vieillissant on sait que tout est joué, peu importe que les gens aient tort ou raison.

Et au printemps on n’a plus qu’une affaire, voir les fleurs éclore et se faner.

 

Aucune chose n’est impérissable, encore moins notre corps, ce balourd sac de peau.

Tout ce qui a forme la perdra, mais a-t-on jamais vu un ciel décomposé ? »

 

 Tu Long**

 Propos détachés du Pavillon du Sal

 traduits du Chinois & présentés

par Martine Vallette-Hémery

 Séquences, 2001

 

*Chán : méditation silencieuse dans le bouddhisme mahāyāna, d’inspiration taoïste, né en Chine au Ve siècle

** (1542-1605)