UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 janvier 2017

Nicolas Pesquès, « La face nord du Juliau »

b_1_q_0_p_0.jpg

DR

 

« Le 1er août

 

Ceux qui peignent, écrivent, sculptent etc. se présentent côte à côte, devant le monde. Ils sont les constructeurs d’un chassé-croisé, d’un ombrage pluriel. Ils procèdent par trouées et hybridations. Ils dressent des murs jaunes, des phrases. Ça prend forme. Ça meurt. Ça.

 

Ce qui les rapproche : la constance de l’action, la sécession. Les profondes dérivations de chaque geste, de chaque pas. Greffe et marcotage. Bientôt les frondaisons et l’ombre de chacun. Bientôt les disparus qui ne se ressemblent plus. La dissidence des corps, l’intrigue des généalogies.

 

Les fonctions sont nombreuses : tropes, images, souvenirs, afflux de toute espèce.

Dans l’affolante émulsion de tout ce que l’on voit.

 

Peindre ce qui ne se voit pas : l’air, la lumière, les peindre sans que ça se voie.

Peut-on remplacer peindre par dire ? »

 

Nicolas Pesquès

La face nord du Juliau – treize à seize

Poésie/Flammarion, 2016

Commentaires

tellement vrai.. tellement 'bien' dit avec les mots justes...je découvre .merci

Écrit par : Michèle Riesenmey | lundi, 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.