UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 septembre 2017

Benoît Conort, « Sortir »

Benoît%20Conord_web[1].jpg

DR

 

« Prologue

 

I

 

consentir que ça commence là

de ce côté à cet endroit qu’on ignorait

qui n’était pas le premier

au milieu juste médian mitan

combien croire et feindre que

c’est la dernière fois qu’on

brise le silence

 

II

 

un mot tombe

sombre de la citerne

quand cela revient

on ne sait qui le ramène

ni pourquoi

de la douleur qui l’accompagne

 

III

 

on voudrait

heurtée l’épaisseur de l’air

cesser d’être

nageur malhabile

à pleins poumons pouvoir

expirer la peur

 

IV

 

nulle parole qui

ne soit nue

même peau

la caverne est d’ombre

rêvée la paroi

muqueuse des mots

 

V

 

j’écris peu

le peu que j’écris je le jette

je regarde le mur

sur le mur il est dit rien

ne s’écrit que rien ne s’écrira

je me lève

je regarde par la fenêtre

il fait dehors comme

dedans »

 

Benoît Conort

Sortir

Coll . Recueil, Champ Vallon, 2017

http://www.champ-vallon.com/

mercredi, 10 avril 2013

Ludovic Degroote, « Monologue »

ldegroote.png

« probable qu’une façon de se supporter à travers son passé c’est d’en faire quelque chose qui soit une capacité à vivre avec soi, sinon on se tuerait chaque jour

 

cela m’apparaît si simple et si compliqué que je ne sais plus comment regarder les choses ni comment les vivre, si elles sont vivables ni même si je peux les regarder, car cela me demanderait de vivre avec tout ce que j’ai enfoui, or, comme je les ai enfouies, c’est parce que je pensais ne pas vivre avec elles, à l’instant où je croyais encore, dans l’illusion qu’il m’aurait été permis de choisir, que je pourrais vivre en les abandonnant

 

alors je continue à voir ma vie comme si j’étais à côté parce qu’y pèse toujours quelque chose qui manque

 

cette impression d’être brisé, qui est une exagération, puisqu’elle n’a officiellement rien supprimé de ma vie, je retombe dans une forme d’enfance à partir de quoi il me semblerait pouvoir recommencer, si je comblais les manques

 

depuis mon adolescence j’essaie de rationaliser ce qui peut l’être pour tenter d’échapper à moi-même, je n’y arrive que par fragments, à la manière dont on s’atteint à travers ce qu’on vise, parce que, si on se rate, on touche à quelque chose d’autre de soi »

 

 Ludovic Degroote

 Monologue

Champ Vallon. Coll. Recueil, 2012