UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 avril 2020

Alain Veinstein, « De loin »

alain veinstein,

DR

 

« De loin, avec l’enfant,

non pas avec les mots.

 

Enfermé là, comme autrefois,

sans un mot, sans changement.

 

Nul pas franchi, comme avant,

et ce n’est qu’une partie du jour.

 

* * *

 

Personne au commencement.

Cette chambre. Le silence. Impossible

de savoir si le jour est gagné.

Je cherche les mots d’une phrase perdue,

une phrase du temps où je vivais

de mon travail…

 

* * *

 

Bien plus tard, je ne sais plus le jour,

pas un mot en retour, le silence,

le poids d’une main

comme jamais l’amour…

Mon enfant (qui peut le dire ?)

c’est possible, c’est donc possible –

même un enfant

dans cette chambre où nous grimaçons

à cause du soleil.

 

* * *

 

Ӄvanoui de nous

aux commencements…”

 

“Je donnerais mon sang

pour mettre fin

au supplice…”

 

Vers l’absence de soutien,

revenir à la terre, l’étendue. »

 

Alain Veinstein

Même un enfant

Le Collet de Buffle, 1988

mardi, 05 février 2013

Hélène Mohone, « de loin »

 

755675861.jpg

(elle)

mal j’ai si peu le grand fracas et ta bouche répète après moi le grand fracas et ta bouche la mienne te suit trace va le dire répète les grands mensonges que seuls les anges dénoncent j’ai très peu de toi si faible un doux caillou ta silhouette très loin presque un brouillard tu dis un grand fracas j’ai si peu une tristesse à tout verser sur le chemin menus éclats à tout recouvrir une étrange plainte et terrible à recommencer à sucer son doigt tu dis chuchote j’ai si peu une tristesse toi qui marches ou marches-tu

 

Hélène Mohone

de loin

Atelier de l’agneau, 2008


en pensant à Hélène ce matin