UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 11 août 2019

Alain Coulange, « Brouhaha »

alain coulange,brouhaha,end éditions

© Vivianne Zenner

 

«  Voilà, tu écris. Encore et encore. Porté par ce désir. De paraître, d’apparaître. Désir qui ne comble rien. Qui efface. Te fait disparaître.

 

Mieux vaut arrêter ce flux qui s’étend et déborde. Ce n’est qu’une pauvre démonstration. Inutile. L’inutilité ne nous sauve pas. Nous le saurions si quelque chose devait nous sauver.

 

Ce flux, mieux vaut qu’il cesse. Et que par cet arrêt écrire cesse aussi.

[…]

 

Tout le monde écrit des livres

 

L’accès au livre est un trou d’épingle. On voit difficilement à l’intérieur. Il faudrait sur le champ inventer une lumière. On n’écrit pas en cultivant l’obscurité. On la combat. Pour voir ce que personne ne voit. Voir le livre avant qu’il s’écrive. le considérer en un instant. La langue ne règne pas seulement par la puissance de son obscurité mais par la puissance de sa rapidité. Voir l’ombre et le nombre. Tant de phrases prêtes à se former. Comment les éveiller à elles-mêmes ? Le livre vient quand il veut. Il surgit telle une apparition. Une volupté. Pièce détachée. Il se détache. La première chose qu’on a dite est qu’il ne devait pas s’écrire. On a été démenti. Il est sorti du trou. Du fatras. Tout le monde écrit des livres. Tout le monde n’écrit pas des livres comme tout le monde. »

 

Alain Coulange

Brouhaha

End éditions

http://endeditions.com/index.html

jeudi, 10 mai 2012

Hugo Pernet, "Poésie simplifiée"

picture.jpgD’abord faire glisser avec d’infinies précautions le bandeau titre qui scelle le livre vert d’eau afin de pouvoir faire bruisser les pages. Beaucoup de blancheur et au cœur une image en quadrichromie d’un otage — suppose t’on — à peine libéré, bandeau sur l’œil et couverture de survie dorée sur les épaules, micro à la main (une image du poète enfin libre ?).

 

Poésie simplifiée, ou comment, en éliminant toujours, laisser peu de place au sens et dans ce vide, voir ce que de petites propositions peuvent activer d’un reste de langue. Langue de peu, langue de l’absence de l’auteur. Poésie simplifiée, Hugo Pernet le revendique, doit beaucoup au travail inlassable de Claude Royet-Journoud et inlassablement donc à partir de minuscules propositions — ce qui reste quand on a pelé le texte — il exprime la couleur — voire son absence — plutôt que la pulpe ou le jus.

En Garamond et en Helvetica Neue, chaque partie tente l’impossible pari du « pas d’histoire », et pourtant « écrire est devenu une tâche/ménagère ».

On range le bandeau entre les pages du livre, la couverture est muette, Hugo Pernet a disparu dans le livre où on voudra bien le glisser et, régulièrement, le changer de place. C’est sa liberté chèrement gagnée.

 

Claude Chambard


Hugo Pernet

Poésie simplifiée

ENd Éditions

104 p. ; 12 €

http://endeditions.com/


Cet article a paru initialement dans ccp n° 21