UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 mai 2017

Tao Yuanming, « Le retour aux champs »

Tao_Qian.jpg

 

« À l’enfant que j’étais point ne plaisait le monde

Et mon cœur pour les monts était tout plein d’amour.

Mon erreur m’a jeté dans les filets du siècle

Et trente années, pas moins, se sont ainsi enfuies.

L’oiseau tenu en cage se languit de ses bois,

Le poisson du bassin rêve de son étang.

J’ai défriché un champ dans les landes du sud :

Le rustre que je suis s’en revient à la glèbe !

Je ne possède en tout que quelques dix arpents

Une étroite chaumière de huit ou neuf travées.

L’arrière est ombragé d’ormes et de grands saules,

Le devant est planté de pêchers et poiriers.

Dans un lointain diffus s’aperçoit un village

D’où montent alanguies des fumées paresseuses.

Là-bas des chiens aboient au détour des ruelles,

Les coqs lancent leur chant tout en haut des mûriers.

Mon portail et ma cour ignorent la poussière,

Je goûte un long loisir dans la chambre déserte.

Je suis bien trop longtemps resté dans une cage,

Mais je retrouve enfin toute ma liberté.

* * *

Je reviens grommelant, m’appuyant sur ma canne ;

Le chemin, très pentu, contourne les fourrés.

L’eau du ru montagnard est très pure et très claire ;

C’est tout ce qu’il me faut pour me laver les pieds.

Je vais tirer du vin, du vin nouveau, bien chaud,

Je saisis un poulet, j’appelle mes voisins.

Le soleil s’est couché et l’ombre emplit la pièce ;

Un bon feu de broussailles nous tient lieu de lampe.

Alors la joie s’en vient. Hélas, la nuit est brève

Et voici que déjà un nouveau jour se lève. »

 

Tao Yuanming – 365-427

Le retour aux champs

– série de cinq poèmes, ici le premier et le dernier –

in « Les Six Dynasties et les Sui »

traduit du chinois par François Martin

Anthologie de la poésie chinoise

La Pléiade, Gallimard, 2016

mardi, 25 octobre 2016

Liu Dakui, « Offert à Xu Kunshan »

liu Dakiu, sandrine marchang, la pléiade

Gallica, tableau des peuples tributaires de la grande dynastie impériale de Chine pour l'empereur Qian long (1711-1799)

 

« Cela fait plus de dix ans,

Hélas, que je suis arrivé à Chang’an.

Parmi la foule immense, regardant de tous côtés,

Je ne connaissais personne.

Un jour, je montais sur un âne boiteux,

Ignorant encore qui j’allais rencontrer.

Je frappai à la porte de chez vous,

Et nous parlâmes de tout au point d’émouvoir les esprits.

Le vieux cheval a les os de travers,

Mais son cœur valeureux lui fait parcourir dix mille lis.

Le vent du nord souffle depuis la lointaine Mongolie,

Sans que l’on puisse l’empêcher de gémir.

Les gens de Chang’an sont riches et nobles,

Pourtant ils savent goûter la saveur d’une vulgaire bouillie.

Vous appréciez la franchise et l’audace,

Prêt à souffrir la faim pour vivre de littérature et d’histoire.

Au matin, je fredonne des vers jusqu’au soir sans repos,

À la nuit, je psalmodie jusqu’à l’aube sans une pause.

Mes difficultés s’allient à mes peines infinies,

Le noir de ma vie s’élève jusqu’au ciel.

Mon existence est semée de cent chagrins,

Je ne pourrai pleurer qu’arrivé à son terme.

Mais ce que je confie à mon cœur,

Je peux continuer à le partager grâce à vos bienfaits.

Au milieu de la nuit, une humble lune se lève,

L’ombre des hauts sophoras se répand sur le guéridon devant ma fenêtre.

Ma chevelure blanche est clairsemée,

Je chante pour vous une pastorale. »

 

Liu Dakui – 1698 - 1779

Traduit du chinois par Sandrine Marchand

Dynastie des Qing in Anthologie de la poésie chinoise

La Pléiade/Gallimard, 2015