UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 mars 2015

Emmanuelle Pagano, « En cheveux »

em-pagano-12116.jpg

 

« Personne n’a jamais su si elle avait des amants, des amantes peut-être, personne n’a jamais rien su de sa vie amoureuse. Je me demande si c’était un corps vierge que recouvrait le châle. Le châle pour Nella n’était pas seulement chaud, il était un baume, un pansement, comme les chiffons dont elle entourait les arbres malades, qui souffraient d’écorces déchirées ou purulentes et qu’elle pansait avec des vêtements, des foulards, et même des gaines de vieilles dames. Dans le jardin de curé de Nella, il y avait un cerisier qui avait essuyé quelques tirs de son frère, quand une des cibles avait quitté la cour devant la maison, à l’heure de la sieste, parce que dans nos chambres qui donnaient sur la cour mon frère et moi dormions, peut être accrochée derrière la maison, à ses branches basses. Nella étanchait ses larmes avec un mouchoir. C’étaient les gouttes d’un suc qui coulait à l’endroit où des branches avaient été élaguées, parfois il larmoyait quand il était un peu malade, peut-être avait-il pleuré sous les tirs de mon père. Nella recueillait les larmes qu’elle laissait sécher. Les gouttes durcissaient jusqu’à former des pierres précieuses, un peu pâteuses, opalescentes, de couleur jaune très clair, parfois plus foncé, et, plus rarement, orangées. Devant le soleil où sous une lampe, les larmes du cerisier avaient les reflets des cheveux de Nella. »

 

Emmanuelle Pagano

En cheveux

Musée des Confluences – éditions Invenit

lundi, 23 mars 2015

Chantal Dupuy-Dunier, « Éphéméride »

trombine_de_chantal_dupuy-dunier.jpg

 

« (18 mars)

Ce sont les matins qui importent,

la timidité rougissante des matins,

cet instant précis

où un rayon glisse un regard indiscret

à l’intérieur de notre chambre,

cet instant précis

où nous pouvons encore inspirer le jour.

 

(19 mars)

Le jardin s’impatiente.

À Encreux,

il est encore trop tôt

       pour travailler la terre.

Toi aussi, tu t’impatientes.

Et les outils s’impatientent.

Tu coupes un arbre mort

pour dépenser ta sève.

 

(20 mars)

Cet hiver encore,

les murs bombés

ont accouché de pierres

qui gisent en travers des chemins,

mortes nées,

ridées par le gel.

 

(21 mars)

Gestes migratoires de l’homme.

Parfois un seul pas,

mais le lieu vers lequel

progresse le pas

transforme ce déplacement

en haut vol.

 

(22 mars)

Combien de temps durera l’aube ?

Combien

avant que ne s’esquisse

une déchirure dans le brouillard,

un partage entre ceux du radeau

qui ne soit pas celui de la viande et des crocs ?

Avant que les bouches soient décousues, les langues greffées ?

 

(23 mars)

Nous marchons

sur la mer friable des pierriers,

houle brisée.

Témoin transmis

par la main de la neige,

le soleil blanc

retrouvé ce midi

en même temps qu’un ballet d’élytres. »

 

Chantal Dupuy-Dunier

Éphéméride

Poésie/Flammarion, 2009

samedi, 21 mars 2015

Emmanuel Merle, « Dernières paroles de Perceval »

Emmanuel Merle.jpg

 

 

« Quand on est enfant, tous les mots

ont des majuscules, toutes les choses

sont des êtres,

et de façon magique

rien n’est oublié,

puisque tout a lieu.

 

Je m’arrête devant le sang,

trois trous rouges

sur la neige indéfaite.

 

Ô la couleur de la joue,

quoi d’autre, malgré le rêve,

que vie et mort mêlées ? »

 

Emmanuel Merle

Dernières paroles de Perceval

L’Escampette, 2015

samedi, 14 mars 2015

Pascal Quignard, « Sur l’idée d’une communauté de solitaires »

pascal.jpg

Pascal Quignard au capc, Ritournelles 2014 © cc

 

« Les “extraordinarii” désignaient au sens strict, à Rome, les hommes “tirés des rangs”.

Boutès est celui qui quitte le rang des rameurs.

Kafka est celui qui quitte le rang des assassins

La Fontaine, après avoir recopié et transposé un fabliau qui datait du xiie siècle, nota : “Aux derniers les bons”.

Le solitaire est une des plus belles incarnations qu’ait revêtue l’humanité, qui n’est elle-même rien par rapport aux paysages des cimes, des lacs, des neiges et des nuages qui surmontent les montagnes

[…]

Seul on lit, seul à seul, avec un autre qui n’est pas là.

Cet autre qui n’est pas là ne répond pas, et cependant il répond.

Il ne prend pas la parole, et cependant une voix silencieuse particulière, si singulière, s’élève entre les lignes qui couvrent les pages des livres sans qu’elle sonne.

Tous ceux qui lisent sont seuls dans le monde avec leur unique exemplaire. Ils forment la communauté mystérieuse des lecteurs.

C’est une compagnie de solitaires comme on le dit des sangliers dans l’ombre touffue des arbres. »

 

 Pascal Quignard

 Sur l’idée d’une communauté de solitaires

Arléa-Poche, 2015

dimanche, 08 mars 2015

Xavier Person, « Une limonade pour Kafka »

IMGP2402.JPG

17 novembre 2008, Ritournelles © cc

 

« Dans son livre de dialogue avec Frédéric-Yves Jeannet, Rencontre terrestre, Hélène Cixous parle de légèreté et de transparence à propos d’une des dernières phrases griffonnées par Kafka sur son lit d’agonie :“Limonade tout était si infini.” De cette phrase qui est “de ces phrases absolues, détachées absoutes en lesquelles se précipite toute une vie dans un souffle ultime”, à partir de cette phrase, surgissement et adieu, improbable apparition, elle dit son rêve d’atteindre cette liberté de l’ultime, de pouvoir écrire “à la fin”, alors même qu’on a plus de compte à rendre à personne, dans cette “grâce”.

 

Résolution : on va continuer avec la littérature pour l’espoir de parfois rencontrer ou produire un tel énoncé, pour l’étrangeté de cette rencontre avec une phrase qu’on n’aurait pas pu écrire, qu’on n’aurait pas écrite, pour tout ce qui s’y déplace, pour cette sorte d’espoir léger qui s’y lève, cette littéralité heureuse, ce retour de la lettre à elle-même, cette idiotie ou ce retour  en enfance, cette découverte étrange qui d’un coup nous fait entrer dans un rapport inouï à nous-même, à nos significations ordinaires, dans un dégagement, recrachant la mort qu’on avait coincée dans la gorge. Dans une libération. »

 

 Xavier Person

 Une limonade pour Kakfa

 Coll. Philox, éditions de l’Attente, 2014

mardi, 03 mars 2015

Bashō, « Seigneur ermite »

260px-Zhuangzi-Butterfly-Dream.jpg

 

212.

Regardant respectueusement l’image de Tchouang-tseu

Papillon, papillon,

laisse-moi te questionner

sur la poésie chinoise

 

314.

En ce début novembre, sous un ciel flottant, j’ai l’impression d’être une feuille dans le vent.

« Voyageur »

appelez-moi ainsi –

Première averse d’hiver

 

403.

Sur la route de Mino, partant vers l’est du Japon, j’écris dans une lettre pour Riyü.

Ah ! Si je pouvais faire la sieste

dans les liserons

sur la « montagne de lit » !

 

613.

Es-tu un papillon

ou suis-je Tchouang-tseu

rêvant d’un papillon ?

 

774.

Jour de l’an

D’année en année

faire porter un masque de singe

à un singe, pourtant…

 

 

Bashō, L’intégrale des haïkus

Édition bilingue

Traduction, adaptation et édition établie par

Makoto Kemmoku & Dominique Chipot

La Table ronde, 2012, rééd. Poésie Points, 2014