UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 septembre 2017

Alain-Christophe Restrat, « ême »

21754572_10214062611303095_1152711576_n.jpg

Alain-Christophe Restrat & Sophie Chambard, Carcans, 1984 © CChambard

 

« le seul

ce qu’attente

d’ailes

et durée

quand la faim

du poème

est même

 

––

 

…de fois

la crête

 

le moindre mot

 

ô bouche cousue

 

––

 

(c’est le roman rose

jamais guéri de soi)

 

––

 

la chambre est close

la rédaction fond

la matière est d’air

comme trois moi

qui sont moi

 

––

 

on ne préface que

le cœur

 

comme les mots dans un livre

décevant l’attente

 

le blanc souci de la nuit

 

––

 

(c’est la lettre d’amour

jamais lue de toi)

 

––

 

le seul

…de fois

…de mots

le même

est

 

––

 

comme un tout

en pièces laissé

à portée de la main

 

––

 

relié à

un livre essentiel

que le peu de sens défend

 

––

 

se met à jour lentement

écrivant le feuilleton

les transitions d’une gamme

 

portée… table… outils

d’un travail légendaire

 

­­––

 

la lenteur en personne

amoureuse d’un objet :

 

l’étrangeté du seul

reployant les feuillets

 

­­––

 

et dans l’attente enfin regardée

lisant

       la naturation le solde

       complété d’une illusion  

       à décrire :

 

––

 

seul

fois

mots

 

ême

 

est-ce »

 

21698185_10214062540861334_928932782_n.jpg

double page de l'édition originale, travail de Sophie Chambard, technique mixte sur vélin de Rives : papier de Chine & gouache.

 

Alain-Christophe Restrat

« ême »

coll. Les Galées, à Passage, 1985

Outre l’édition ordinaire sur vergé ivoire, 11 exemplaires ont été imprimé sur vélin de Rives, enrichis de travaux originaux de Sophie Chambard, numérotés de I à XI.

 

Alain-Christophe Restrat est né le 21 décembre 1946 à Beaune, dans le Loiret.

Il est mort le 14 septembre 2017. 

C’était notre ami,

jeudi, 14 septembre 2017

Vélimir Khlebnikov, « Œuvres, 1919-1922 »

b_1_q_0_p_0.jpg

DR

 

Les tables du destin

« Feuillet I

28.I.1922

 

Si je transforme l’humanité en montre

et indique comment l’aiguille des siècles se meut

est-ce que vraiment de notre portion de temps

la guerre ne s’envolerait pas comme une lettre inutile ?

Là où le genre humain a attrapé des hémorroïdes

en restant pendant des siècles assis dans les fauteuils de la guerre à ressorts

je vous raconterai ce que je sens qui vient de l’avenir

mes rêves transhumains

Je sais que vous êtes des loups orthodoxes

avec les cinq doigts de vos fusillades je serre les miens

mais est-il possible que vous n’entendiez bruire l’aiguille-destinée

cette merveilleuse couturière ?

Sous le déluge de la force de ma pensée je noierai

les constructions des gouvernements existants

j’ouvrirai la Kitèje féériquement surgie

aux serfs de la vieille bêtise

Et quand la bande des Présidents du globe terrestre

sera jetée comme une écorce verte à la terrible famine

l’écrou existant de chaque gouvernement

obéira à notre tournevis

Et quand la jeune fille à la barbe

aura jeté la pierre promise

vous direz : “C’est ce

que nous avions attendu pendant des siècles”

Montre de l’humanité   par ton tic-tac

fais se mouvoir l’aiguille de ma pensée !

Que celle-ci grandisse en suicide des gouvernements et en livre – celle-là

la terre sera non ordonnancée !

présidentglobeterrestrélevée !

Que le chant lui soit lierre !

je raconterai que l’univers est une allumette avec de la suie

sur le visage du calcul

et que ma pensée est comme un passe-partout

pour des portes derrière lesquelles quelqu’un s’est tiré une balle… »

 

Vélimir Khlebnikov

Œuvres, 1919-1922

Traduit du russe, préfacé et annoté par Yvan Mignot

Coll. « Slovo », Verdier, 2017

http://editions-verdier.fr/livre/oeuvres-1919-1922/

lundi, 11 septembre 2017

Pierre Reverdy, « Le Voleur de Talan »

b_1_q_0_p_0.jpg

DR

 

« DÉDICACE PRÉFACE

 

L’Arme qui lui perça le flanc

                  Sa plume

Et le sang qui coulait

noir

                  de l’encre

 

         O vie factice et délicieuse plus réelle

 

                  En bas c’est un abîme familier

                  qui s’ouvre

 

 

Une bête venait de remuer

On entendit un sabot gratter le pavé sous la paille

 

                       Puis un cri

 

Attendez-vous à ce qui va se passer

 

                       Quelqu’un mit un œil à la lucarne

                       et regarda

 

C’était encore la nuit mais la pendule balançait son battant sans sonner les heures et on dut attendre le jour pour savoir de quoi il s’agissait

 

                       Les années passent vite dans la tête

                       obscure d’un enfant

 

Puis il n’y a plus qu’un souvenir unique qui se transforme

 

                      Cependant si l’on regardait

                      attentivement le même point on

                      s’apercevrait qu’il n’a pas bougé

 

C’est un jeu de lumières

On ne voit plus les mêmes couleurs

Et les oreilles aussi auront changé

 

            Quelle épaisse fumée

 

En essayant d’écarter les ténèbres avec ses doigts il s’est déchiré la figure et le cœur

 

S’il s’était rencontré lui-même à quelque carrefour

 

La roue d’une voiture qui passait le frôla et son veston resta taché de boue jusqu’à la fin

 

                       Combien y avait-il de temps qu’il

                       était sorti

 

Entre tous les objets il y avait un vide qu’il aurait voulu combler et sa tête flottait de l’un à l’autre

 

                       Le vent l’aurait emporté au-dessus

                       des arbres s’il avait voulu

 

Et toi tu restes là penché sur le parapet

en ayant l’air d’attendre

 

                       La cloche qui sonne ne t’appelle

                       pas

 

                       Les sirènes font gémir les ardeurs

                       d’un autre climat

 

            Une image

 

Il faut couper toutes les entraves et partir

                                      les mains devant

 

Au fond de soi il y a toujours un pauvre enfant qui pleure »

 

Pierre Reverdy

Le Voleur de Talan – roman

Imprimerie Rullière, Avignon, 1917, rééd. Flammarion, 1967

Pierre Reverdy est né le 11 septembre 1889 à Narbonne et mort le 17 juin 1960 à Solesmes.